Chapitre V - Partie 1

14 1 0

21 Septembre 2177 après Theobran

Une semaine plus tard, Dorian, Morgane, Geldrog et Gaerald arrivèrent en vue d'Ergar. La forteresse des nains se dressait sur une montagne vertigineuse. De massives tours hexagonales couronnées d'un brasier infernal ceinturaient un spectaculaire édifice de pierre noire recouvert de glace. D'innombrables balcons témoignaient de l'interminable réseau de mines et galeries qui transperçaient la montagne de toutes parts. Les lourdes portes de bronze qui permettaient aux hommes d'entrer dans la forteresse étaient closes. Geldrog tenta de s'approcher des battants mais une cinquantaine de carreaux vint se ficher à ses pieds. Il recula aussitôt, le visage impassible. Il leva le menton et tonna :

« Je suis Geldrog Hujarii, un ancien ami de votre chamane Irau Kelorii. Au nom de la loi ancestrale de Theobran, laissez-moi passer. » Une voix nasillarde lui répondit :

« Mon cul ouais ! Va voir dans le désert si j'y suis. Les ordres sont les ordres ! N'avance pas où... » Le garde fut interrompu par un forte gifle qui l'envoya gémir au sol. En voyant qui se tenait derrière le nain sonné, Geldrog éclata de rire et dit :

« Eh bien, Irau ! Toujours aussi délicate à ce que je vois !

- Oui Geldrog, répondit la vieille femme d'une voix froide, et je vais te permettre de constater que m'a force n'a pas diminuée avec l'âge si tu es toujours aussi stupide qu'il y a quarante ans. » L'échange de regards entre les deux en dit long sur ce qu'ils avaient vécu. En posant les yeux sur Dorian, Irau sursauta et soupira :

« Entrez. Un soldat vous guidera vers mes quartiers. Toi, dit-elle en pointant Dorian d'un long doigt osseux, suis moi. » Dorian acquiesça et suivi Irau vers le Nord tandis que ses compagnons étaient guidés vers l'intérieur de la forteresse. Au bout de quelques minutes, Irau se tourna vers Dorian et dit :

« Quel est ton nom ?

- Dorian, répondit l'intéressé, Dorian Gefrazer.

- Bien. Je serais brève donc écoute bien. Toi et tes trois compagnons êtes quatre élus que je dois guider. Vous devrez surmonter sept épreuves pour obtenir la vérité que tu cherches. Ce savoir est très dangereux et la vérité sera sûrement pire que tes cauchemars. Mais ces épreuves vous apporteront un grand pouvoir pour vaincre votre ennemi. La première épreuve est non loin d'ici. Continue de suivre ce mince sillon dans la roche et tu trouveras une entrée de mine. Là, un immense dédale de galeries, de chemins au bord du vide et de ponts suspendus t'attendras. Vaincs le mal qui y règne, défait l'esprit gardien du lieu ainsi que le mal qui l'habite et il t'offrira savoir et pouvoir. Bonne chance maître Gefrazer.

- Bien, acquiesça Dorian.

- Tu ne proteste pas, s'étonna la chamane ?

- Non, vingt ans dans l'armée vous apprennent à moins protester, dit Dorian en souriant, et puis, je n'ai plus rien, et vous avez l'air si sure de vous... Au moins j'ai quelque chose à faire.

- Bien. Sincèrement, j'espère que tu réussiras. L'avenir en dépend. » Sur ce, Irau tourna les talons et laissa Dorian seul au milieu de la montagne. L'ancien soldat soupira et ajusta son plastron. Il avança ensuite vers le nord en suivant les indications de la chamane. Quelques dizaines de mètres plus loin, Dorian fut rattrapé par Irau :

" Dorian, je ne te veux aucun mal. Mais fait bien attention à toi. Je souhaite toute la chance possible."

Intrigué, Dorian la remercia et repartit. Bien vite, il fut face à une entré de mine. C'était un trou béant dans le sol. Un escalier de pierre sale et moussue descendait vers le nord-ouest depuis ce trou. Un peu plus loin, au-delà de l'escalier, Dorian aperçut une gigantesque faille dans la roche. Une balafre de plusieurs dizaines de kilomètres qui serpentait dans les monts Erg. D'une saillie rocheuse, il put voir des visages gravés dans la roche et des ruines étranges au loin. Il sut alors que l'épreuve se passerait ici. Il retourna sur ses pas et s'avança dans l'entrée de mine. Irau, au loin, s'était arrêtée et le voyait disparaître dans les ténèbres de la première épreuve. Elle chuchota alors d'une voix triste :

« Dorian Gefrazer... Le destin qui t'attend n'est pas rose mais tu sauras y faire. Que Vär-Gul te garde. »

Chroniques de la Mâ - Partie 1/Les paladins de BhaldërusLisez cette histoire GRATUITEMENT !