chapitre 14

52 11 1

Pdv Isaac
 
Vingt minutes. Les secondes filent à toute vitesse. J'ai beau garder mon calme, je sais très bien ce qui va se passer si nous n'arrivons pas à temps. Alex... tient bon. Si je te perds, je ne sais pas ce que je deviendrais. Je sombre de plus en plus loin à chaque fois que le sang coule entre mes doigts. Tuer est loin d'être sain, surtout quand ça commence à devenir une habitude. Pour le moment je n'ai qu'éliminer des tueurs, mais je crains qu'un jour je ne fasse plus la différence.
 
- Ça y est j'y suis arrivé, dit William.
 
Le sol de la cage d'ascenseur s'ouvre pour laisser place à un escalier qui s'enfonce dans les profondeurs. Je sors une lampe torche et descend sans hésiter. Kaylee me suis de prêt. Je ne crois pas être le seul à être à cran. On n'y voit presque rien et une humidité étouffante se fait ressentir. J'entame la marche et les autres me suivent sans un mot.
 
- Attendez! s'exclame le génie. Si je me fie aux ondes que je viens d'envoyer ce tunnel fait presque quatre kilomètres et Alex et les hommes qui l'ont emmené n'y sont plus. S'ils maintenaient une vitesse assez rapide, cela doit faire au moins dix minutes qu'ils n'y sont plus.
- Alors ne perdons pas de temps, en courant nous devrions atteindre le bout de ce foutu tunnel assez rapidement, dis-je.
 
Kaylee est déjà partie, elle court plutôt vite. Je la rattrape néanmoins, mais je reste à sa hauteur. Son visage est dure, elle regarde droit devant elle. La course ne semble pas affecter son souffle.
 
- Isaac, fait-elle, je vais tous les tuer.
 
Je laisse ses mots envahir mon esprit. Cette jeune femme n'aurait jamais dit cette phrase quand je l'ai recruté. Elle préférait la méthode douce, mais tout change quand il s'agit d'amour.
 
- Alors n'hésite pas une seconde, je lui réponds.
 
Elle reste stoïque. Je ne crois pas qu'elle va hésiter.
Après une quinzaine de minute de course, nous arrivons devant une immense porte de métal. On croirait l'entrée d'un bunker de l'armée. Un ordinateur en son centre fait office de verrou. Dans ce genre de situation, je me mets à haïr la technologie. Je soupire.
 
- Combien de temps, cela va-t-il prendre encore? demandé-je impatient.
- Cela ne devrait pas être bien long, répond William se mettant au travail. C'est un simple code. Après celui de l'ascenseur, celui-là est un jeu d'enfant.
- Très bien. Voici le « plan ». Selon les ondes, il y aurait environ une quinzaine d'hommes de l'autre côté de la porte. J'aimerais vous dire que l'on a l'avantage de l'effet de surprise, mais je crois bien qu'ils se doutent de notre arriver, alors dès que cette porte s'ouvrira, ce sera eux ou nous.
- Vous êtes prêt? dit le génie en tenant l'immense poignée qui venait de sortir de l'accès.
 
Nous approuvons tous d'un signe affirmatif.
L'antre se dévoile devant nous en une lumière vive. Bien que je n'y vois pas grand-chose, je tire droit devant moi, là où la forme flou d'un homme se tient. Je tire d'autres coups et c'est le vacarme. Nous nous déployons dans la salle. Je réussi à me couvrir derrière un immense fauteuil. Seth s'y est glissé avec moi. Nos regards se croisent et en même temps nous nous levons et tirons chacun un coup vers l'un de nos ennemis. Immédiatement nous nous couvrons.
 
- Il en reste encore cinq, dit le blond.
- Ou six, fait une voix à côté de nous.
 
Le gars n'a malheureusement pas le temps de dire autre chose qu'une balle lui transperce le crâne. C'est William, qui est resté au bord de la porte, qui l'a descendu. J'entends des coups de feu, je sens les balles se loger dans le meuble qui nous couvre. Puis un long silence.
Je me lève discrètement. Nos ennemis sont maintenant morts et un géant que je connais trop bien se tient au centre de la pièce.
Je sors de ma cachette. Mes alliés font de même, je leur fait signe de continuer. Il n'y a que William qui reste derrière la porte où Brad ne l'a pas remarqué j'en suis certain.
 
- Je pourrais te demander pourquoi tu es ici, mais je sais. Cela doit avoir un lien avec le fait que j'ai conduit ton petit frère ici.
 
Je pointe mon arme sur lui, il fait de même.
 
- Isaac, s'il y a bien quelque chose que je connais à ton égard, c'est que ton frère a toujours été un fardeau pour toi. Pourquoi ne le laisses-tu pas le tuer une fois pour toute? Tu serais libéré. Tu serais enfin qui tu es vraiment. Nous pourrions redevenir la bonne équipe que nous étions.
- La bonne équipe, je ris. Tu te moques de moi? Tu tuais plus d'innocents que de coupables.
- Innocence... C'est bien toi, ça. Quand vas-tu admettre que tu es un tueur? Tu la sens en toi, oui, elle grandit à chaque fois... L'envie d'enlever une nouvelle vie.
 
Les yeux de Brad perdent toutes lueurs de raison.
Un doute me saisit à l'instant. Deviendrais-je comme lui si je venais à perdre Alex. Perdrais-je la raison?
 
- Je sais ce que tu penses, dis le géant. Fait-moi confiance, je vois en toi le feu qui m'anime. Laisse ton frère mourir, laisse place à ce que tu es.
 
Il avance d'un pas.
Mon frère n'est pas encore mort et je ne l'abandonnerai pas. Je crois que même si je perdais la raison, je ne serai jamais comme Brad parce que...
Je tire. La balle se loge exactement où je le voulais; entre ses deux yeux. Son corps tombe lourdement au sol.
Je regrette chaque personne morte de mes mains.
 

Hey , Daddy !Là où vivent les histoires. Découvrez maintenant