The end of a fairytale (partie 2)

39 1 0
                                          

Un grincement strident se fit entendre, déchirant la nuit qui pourtant semblait si calme.

On pouvait distinguer quatre ombres se faufilant vers un grand portail.

-Doucement. Chuchota une voix aux accents doucereux, elle s'adressait à une ombre plus petite.

-Ne me regarde pas! C'est rêveur qui n'a pas pu s'empêcher de manger comme un porc pendant toute sa vie. Répondit une autre voix dans laquelle transperçait une grande colère contenue.

- Je te rappelle que cette graisse que tu vois grincheux s'appelle le poids des années, fit une autre ombre

Elle tentait de passer par le portail légèrement ouvert qui semblait ne pas apprécier sa corpulence et le montrait en grinçant a chaque pas de notre pauvre ombre.

Une autre ombre se tenait près de Grincheux, regardant la scène d'un oeil scinique, elle commença :

- Et nous ne serions pas là, si toi Blanche n'essayait pas de prendre la poudre d'escampette avec la voiture de ton mari en pleine nuit.

- Je ne t'ai pas demandé de m'accompagner prof, ni toi grincheux, et pas toi rêveur, je voulais le faire seule mais vous vous êtes invités!

Elle se retourna, et croisa les bras, la mine boudeuse. Rêveur réussi, sans l'aide de grincheux ni blanche ou Prof, à se dégager. Et tentait maintenant de s'adapter au pas rapide de ces deux inconscients et du vieux sage.

-Blanche, ça ne te ressemble pas...dit prof

-Peut-être, peut-être pas, fit-elle en s'arrêtant, je veux changer, passer de jeune femme qui chante avec les oiseaux, cuisine, fait le ménage, a femme qui sait ce qu'elle veut et qui aura ce qu'elle veut! Que vous le vouliez ou non!

-Ne dis pas ça voyons... Grincheux aide-moi!

- ... Elle a raison! Laisse la s'épanouir un peu!

- Oh... Blanche tu n'es pas seulement une ménagère ou une charmeuse d'oiseaux... Dit rêveur de sa voix timide

- Ah? Alors dis-moi ce que je suis! On a tout le temps pour ça après tout.

- Eh bien pour commencer tu es une princesse qui ne devrait pas s'habiller comme ça ! Commença prof.

Effectivement la tenue de Blanche-Neige n'était pas vraiment, une tenue conventionnelle. Une veste biker sur un croc-top sans manche noir qui laissait voir son ventre plat et son soutien gorge, un Jean déchiré aux genoux, et ses cheveux noirs courts s'étalaient en pagaille autour de son visage, entourés d'un bandana rouge terminaient son look "rebel"

-Et ensuite?

-Tu es notre amie et l'épouse du prince...

-Si c'est tout je n'ai aucune raison de rester ici!

Elle s'en alla d'un pas rageur mais ne pût continuer sa route a cause d'une voix familière.

-Que faites-vous dehors en plein milieu de la nuit?
Le groupe se retourna et aperçu le prince en chemise de nuit, se tenant devant le portail. Il était ensommeille et prêt a s'écrouler de fatigue. Rêveur vit alors une chance d'empêcher Blanche de partir et s'écria:

- Elle voulait prendre votre voiture et partir...

Il ne pût terminer sa phrase après avoir croiser les regards haineux de Blanche et grincheux, il chercha un soutien dans celui de prof mais lui aussi était décidé a ne pas se mêler de ces histoires. Le prince après cette déclaration se sentit parfaitement réveillé, il s'avança vers Blanche-Neige .

- C'est vrai blanche ?

- Eh oui!

Il prit un air sérieux, où une colère sourde tentait de s'installer.

- Nous en avons déjà parlé.

- Nous en avons déjà parlé. Oui.

Le prince se sentait déconcerté, Blanche semblait avoir compris et en l'occurence lui avait servit ses plus beaux sourires et mots d'amour ces derniers jours.

- Je m'en vais fit-elle en se détournant, voyant que le prince ne réagissait pas.

- Bien, je ne te retiens pas. Je ne t'ai jamais retenue. Si aujourd'hui tu veux "fuir" eh bien vas-y, mais comme je te l'ai dit je ne suis pas le fautif.

Un autre silence. Le prince eut un petit rire

- j'espère que tu as au moins pensé à prendre de l'argent

- je...

Le silence c'était trouvé une place confortable à la fin de la tirade du prince. Elle finit par se ressaisir et se dirigea d'un pas décidé vers la voiture de sport préférée de son mari. Elle s'installa, mit le contact et démarra oubliant grincheux qui de toute façon avait perdu toute envie de voyager. Les trois nains, statues dans la nuit se mirent a bouger lorsque le prince se dirigea d'un pas nonchalant vers le palais.

La lune se reflétait sur la carrosserie brillante de la voiture. A son bord, Blanche les cheveux dans le vent se sentait libre.

Adieu mon prince!

A world full of magicLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant