XIX - Prémices

3.7K 475 335
                                    

Il est temps pour moi de mettre un vrai warning, ce chapitre et le prochain contiennent du non-con, en mots très crus un viol. Il est important de comprendre que je ne fais absolument pas l'apologie ou quelconque promotion de cet acte innommable, lisez ces passages avertis. Merci, et bonne lecture tout de même.

/|\/|\/|\/|\/|\/|\/|\

L'horloge sonne discrètement onze heures du soir et Jimin est toujours dans la même position, les yeux grands ouverts dans la pénombre. Sa nervosité paralysante a laissé place à indolente lassitude, mêlée d'une pointe d'agacement. Qu'est-ce qui retient donc Yoongi pour qu'il tarde ainsi ? Il n'aime pas languir ainsi et en a assez de patienter. Il se lève donc et se dirige vers la porte avec la ferme intention d'aller voir ce que l'aîné fabrique. Il est sans s'en rendre compte poussé par son envie intense de voir le pianiste, de le voir près de lui, de se sentir enfin délivré de la solitude.

Les mises en garde de Taehyung lui reviennent brusquement en tête au moment où il arrive de façon étrangement rapide devant la porte de la chambre tant convoitée, suspendant son geste pour frapper contre le panneau de bois. Et si le jeune n'affabulait pas ? Et si Yoongi était réellement dangereux ? Après tout dans ce manoir la vie n'a de belle que l'apparence, lorsque le vernis s'écaille on voit apparaître le monde pourrissant et décadent du péché dans lequel tous sont embourbés, et peut importe la force avec laquelle ils se débattent ils sombrent lentement, avalés par la doucereuse terre du Mal.

Mais il secoue la tête, et ces horribles images sont chassées de son esprit. Il a besoin de croire en Yoongi, en ce seul support dans sa vie sans cohérence. Il veut croire qu'il peut être celui qui le sortira de cet enfer. Alors il frappe trois coups brefs à la porte et pénètre dans la pièce, refermant avec précipitation la porte derrière lui pour empêcher la lourde froideur de la nuit d'entrer en ces lieux.

Figé juste à quelques pas de la porte, il observe avec de grands yeux la chambre, dans les tons noirs et rouges. Il y flotte une odeur étrange, à la fois masculine et sucrée, mais qui ravit les sens de Jimin, son corps crispé par l'angoisse se détendant presque instantanément. Son regard s'arrête alors sur le lit monumental qui trône en plein milieu de la pièce. C'est un lit à baldaquin aux colonnes de métal noir et brillant, d'où sont suspendues des tentures rouges à demi transparentes. Des volutes de métal composent sa tête et s'enroulent ensuite délicatement autour des montants comme une sorte de lierre inanimé. L'ensemble relève plus de l'œuvre d'art que du simple sanctuaire du sommeil lorsque dehors la nuit hurle sa libération.

Son œil remarque alors un détail, pourtant capital : Yoongi est négligemment étendu sur le lit, en pyjama de satin noir qui s'ouvre largement sur son torse opalescent. Il a manifestement attendu que Jimin remarque sa présence pour bouger comme le montre son petit sourire satisfait. Il a eu exactement ce qu'il voulait, amener le jeune homme à venir de lui-même se précipiter à ses côtés. En élargissant son sourire, une lueur amicale dans les yeux il se redresse un peu et fait signe au jeune planté devant la porte de le rejoindre en tapotant le matelas du bout de ses doigts fins. Sans rechigner Jimin s'avance, et vient s'asseoir en face de l'aîné, repliant gracieusement ses jambes sous lui.

« Je t'attendais, Jimin, commence Yoongi d'une voix rauque, laissant délibérément traîner le nom du plus jeune sur sa langue, faisant parcourir un délicieux frisson le long de l'échine de ce dernier.

- Moi aussi je t'attendais, tu ne devais pas dormir avec moi ? Demande timidement la cadet d'une petite voix, perturbé par le regard brillant du plus vieux qui le dévore sans retenue, passant et repassant sur son corps vêtu de ses vêtements pourtant décents.

Wings : The Sin ManorLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant