Chapitre 1 - Partie 4 - Le Vampire de Stuttgart

390 75 42

« Mademoiselle Dagda a apporté cela au supérieur de son compagnon, Albert Lehmann, expliqua-t-elle parfaitement détendue. Qu'avez-vous à m'apprendre de plus ?

— Je n'ai rien pour vous. Rien que vous ne sachiez déjà. »

Canines un peu plus découvertes, le vampire inclina très légèrement la tête sur le côté.

« C'est la chaîne et les sources que vous me demandez. Et ce n'est pas exactement le genre de chose qu'un informateur cède aisément. »

Amalia accrocha son regard à ses dents lorsqu'il les découvrit. Elle s'y attarda une seconde avant de remonter ses yeux vers les siens. Un sourire amusé passa sur son visage.

« Je sais bien que ce que je vous demande est inhabituel. Cependant... Vous pensez bien que je ne suis pas venue les mains vides...

— Désirez-vous un autre café ? proposa le tenancier alors que lui-même s'était resservi un cocktail, sans qu'aucun de ses gestes ne fut perceptible. Vous avez mon attention.

— Avec plaisir, il est excellent », avoua-t-elle.

Il était tellement rare, de leurs jours, de déguster une boisson qui ne relève pas d'un ersatz caféiné...

« Une circulaire transite entre les ministères, reprit-elle. Une circulaire visant à limiter le montant légal des transactions en liquide...

— J'en ai connaissance. Ce serait fâcheux pour le type d'activité que je pratique et cela ne réjouit que peu mes collègues tenanciers, ou créatures de mon espèce », souffla-t-il doucement.

Il faisait glisser distraitement le bout de ses ongles sur l'arrondi de son verre.

« Je sais également que le décret doit être validé en commission. Une commission de cinq personnes... dont seule votre voix semble ne pas s'être prononcée. Oui, cela me conviendrait.

— Parfait.

— Naturellement, vous ne démentirez pas les bruits qui se répandront sur l'origine de votre prise de décision.

— Je ne démens jamais ce genre de choses... »

Le prix à payer pour obtenir son vote était suffisamment élevé pour que ce «service» soit inclus d'office...

« Que voulez-vous savoir précisément ?

— Comment fonctionne l'Ordre sans Leuthar ? Comment avez-vous amassé tant de renseignements ?

— Tant de renseignements », répéta-t-il, comme si la tournure de phrase le flattait.

L'informateur jouait la comédie, cela l'amusait. Jusqu'à présent, il était resté debout derrière le comptoir. Il vint prendre siège à côté de la sorcière.

« Le groupe que vous avez attaqué ne fonctionne plus, commença-t-il avec un rire silencieux à sa propre plaisanterie. Bon nombre de mes compatriotes ont dû s'exiler du territoire, à la mort de Leuthar. La tolérance des Fédérés est devenue... plus faible... envers les pratiques de mes semblables. Les Vestes Grises se montraient plus... ouvertes. »

Petit haussement d'épaules, apparition des canines, une seconde, avant de reprendre :

« Historiquement, Iskaar est une terre sur laquelle nous sommes bien implantés, monter une toile pour l'occasion n'a pas été compliqué. En revanche, vous éprouverez quelques des difficultés, si vous souhaitez vous l'approprier. »

Il se pencha légèrement vers elle.

« Les vampires parlent aux vampires.

— Un réseau de vampires donc, conclut-elle d'un air soucieux. Bien.

Les traitresLisez cette histoire GRATUITEMENT !