3 : Étrangement déçue

1K 94 4

Le lendemain matin, je me réveille, exténuée. Je n'ai tout simplement pas fermé l'œil plus d'une heure. Je n'ai eu cesse de ressasser le passé. J'avais arrêté cette mauvaise habitude depuis quelques années, mais cette altercation avec James a tout fait remonter.

De quel droit a-t-il pu oser sortir des horreurs pareilles ? Le pire, c'est qu'il savait qu'il allait m'amener à culpabiliser. Comment ai-je fait pour ne pas voir que notre relation ne rimait qu'avec mensonge depuis le début ?

J'ai cours, aujourd'hui. Alors déjà que la veille accapare toutes mes pensées, si en plus je dois supporter ces études rébarbatives, je ne vais pas tenir. Pour une fois, je pourrais me permettre de ne pas m'y rendre, non ?

— Lisa ? demande une voix que je connais si bien derrière ma porte qui est restée close.

Je soupire et daigne enfin aller lui ouvrir. À peine ma poignée s'est-elle abaissée que Laure me saute dans les bras. Je recule en tentant de retrouver mon équilibre.

— Tu m'as fichu une de ces trouilles ! Pourquoi tu ne m'as pas laissée entrer ? s'affole-t-elle.

— Je voulais être seule, marmonné-je.

— Tu es sûre que ça va ?

— À ton avis ?

Je me dirige vers mon matelas, sur lequel je me couche, dos à mon amie. J'enserre mon oreiller en restant silencieuse.

— Il faut que je te pose une question, déclare-t-elle en s'asseyant à côté de moi.

— Vas-y.

— Tu es mal à cause de ta rupture ou de ce qu'il t'a dit ?

— Je n'assisterai pas au cours aujourd'hui. Je peux tout t'expliquer si tu as le temps. Sinon, ce soir. Parce que, pour répondre à ton interrogation, il va me falloir plus de cinq minutes.

Je ne veux pas la forcer à rester, mais je ressens le besoin d'en parler. Maintenant.

Je ne me sens pas bien en raison des éléments qu'il a énoncés. Je me suis fiée à quelqu'un alors que tout n'était basé que sur un mensonge. Mon amie ne prend même pas le temps de réfléchir : elle s'allonge dans mon lit et me regarde, en attente de mes éclaircissements. J'inspire un bon coup puis lui explique tout, n'omettant aucun détail. Laure est l'unique véritable amie que je n'ai jamais eue. Elle a toujours été là pour moi. La preuve : elle n'a pas hésité une seule seconde pour s'absenter de la fac et rester avec moi. Je lui en serai éternellement reconnaissante.

* * *

— Les filles ? appelle une voix.

Laure et moi discutons sur mon lit depuis plusieurs heures. Je dois avouer que je me sens beaucoup mieux, même si un sentiment de culpabilité persiste et persistera toujours. Parler libère, et chaque fois que j'en ressens le besoin, je me tourne naturellement vers elle.

— On est là ! s'exclame Laure.

Greg et Matt entrent dans ma chambre.

— Pourquoi vous trouvez-vous encore en pyjama ? Savez-vous qu'il est midi et demi et qu'il y a cours aujourd'hui ? s'informe Greg, une expression confuse sur le visage.

— Lisa avait besoin de discuter, explique Laure.

— Dites plutôt que vous aviez la flemme de vous lever, raille Matt.

Greg se tourne vivement vers lui.

— Tu peux faire ce que tu veux. Il n'y a quasiment aucune règle ici. Mais, ne t'avise jamais de te moquer de Lisa lorsqu'elle est mal ou tu auras affaire à moi, le prévient-il, la mâchoire serrée.

Se sentir coupable (Sous contrat d'édition)Where stories live. Discover now