2 : Trouve le vrai bonheur

1.4K 92 57

Ma décision s'est finalement portée sur Matt. Je me suis dit qu'après tout, il serait plus jovial de vivre avec lui.

J'aurais toujours cette peur au fond de moi, pourtant j'espère qu'elle finira par disparaître.

Je suis déterminée à passer outre notre accident et sympathiser avec lui. Après, acceptera-t-il d'enterrer la hache de guerre ?

Mais qu'importe. En ce moment, je suis dans un café, patientant que mon petit ami, James, arrive. Nous nous sommes donné rendez-vous en début d'après-midi puisque Matt prend ses quartiers chez nous vers le début de soirée. Nous devons rejoindre Lucas, Greg et Laure à la gare vers quinze heures : il s'en va aujourd'hui. James devrait apparaître d'ici quelques instants. J'attends, accompagnée de ce qu'il me reste de sérénité. Dix minutes. Un quart d'heure. Au bout d'un moment, je décide de l'appeler.

— Allô ? me répond sa voix.

— James ? Où es-tu ? je m'empresse de demander.

— Chez moi, où veux-tu que je me trouve ?

— Sérieusement ? On devait se voir ! Je poireaute depuis longtemps, là ! m'exclamé-je, énervée.

Les personnes aux alentours pivotent vers moi, me rendant mal à l'aise. Je baisse la tête en espérant apparaître plus petite. Mes cheveux bruns forment une sorte de bouclier pour mon visage, rougissant. Je déteste être le centre d'attention.

— Désolé, j'ai oublié.

Le pire, c'est qu'il ne semble même pas navré. Comme s'il savait déjà que nous devions nous voir et qu'il avait fait exprès de ne pas venir.

— Tu as intérêt à être là dans dix minutes, je marmonne.

— Je ne peux pas, maintenant.

Vous vous interrogez sûrement sur les raisons qui nous poussent à ne pas nous installer ensemble. Surtout qu'il habite à dix minutes de chez moi. C'est simple : James voulait habiter seul pour être complètement autonome. Voilà la raison qu'il m'a donnée lorsque je lui ai proposé. J'étais tout excitée à l'idée que l'on puisse vivre ensemble, or il ne m'a même pas laissée argumenter : il a refusé instantanément. Je ne saisis vraiment pas pourquoi. J'ai réitéré ma demande plus tard, mais la réponse était constamment négative. Et elle l'est toujours, d'ailleurs. Je dors parfois chez lui, en revanche il n'aime pas que je reste plus d'une nuit. Étrange, j'en suis consciente. Depuis quelques semaines, il se montre distant sans que je comprenne pourquoi. Je persiste à me dire que cet éloignement est dû à nos études respectives. Peut-être que je me voile la face, finalement.

— Et puis-je savoir pourquoi ? questionné-je en soupirant.

— Je ne peux pas, c'est tout. Je passerai peut-être ce soir.

Et il raccroche. Je regarde mon téléphone, choquée par sa réaction. Qu'il vienne, il va m'entendre ! Je lâche un cri de rage et rentre à pied chez moi. Je suis venue en bus, seulement j'avais besoin de prendre l'air. Je ne pouvais pas rejoindre mon appartement et mettre toute ma colère sur les épaules de mes amis. De plus, la gare où je dois retrouver mes proches ne se situe pas très loin. Lucas part dans vingt minutes. Je presse le pas et parviens à arriver à temps. Je me rallie à mon groupe de colocataires, repéré rapidement parmi la foule présente.

— Mais où est James ? questionne Laure, confuse.

— Il m'a posé un lapin, j'explique entre mes dents, serrant mes poings sans le vouloir.

Je fais de mon mieux pour retrouver ma bonne humeur, ne pouvant pas être aigrie pour Lucas. Ils m'envoient un air désolé.

— Voici le grand jour alors, affirmé-je en regardant Lucas, changeant de sujet.

Se sentir coupable (Sous contrat d'édition)Where stories live. Discover now