-96-

7.4K 585 395

Le réveil à 07 heures avait piqué le lendemain surtout que Marc semblait au taquet. Ça lui réussissait de faire des nuits complètes de sommeil.

Il m'avait heureusement apporté un café alors qu'on s'était mis en route pour l'atelier qui devait confectionner mes costumes. Il était situé en plein centre de Paris.

Niveau vestimentaire je ne m'étais pas foulé : un slim noir, un t-shirt blanc et une paire de Nike avaient fait l'affaire.

Tous les prototypes étaient prêts et on me les fit essayer avant de me demander mon avis sur ce qu'il fallait rallonger, rétrécir, élargir...

On en sorti vers midi et après un tour à la Croissanterie pour prendre deux sandwich, je rentrais chez moi.

Ça avait été une petite matinée de travail.

Maintenant je devais tuer le temps jusqu'à ce soir.

Je tentais de regarder une série mais je n'arrivais pas à me concentrer sur l'écran.

Je sortis mon carnet mais je n'arrivais pas à me concentrer sur ma page.

Bon bah je vais ranger alors.

Je m'attaquais en premier lieu à la cuisine, puis au salon, puis à ma chambre.

Il était encore trop tôt alors je vidais mon armoire sur mon lit : un peu de tri s'imposait.


--

Il était 21 heures quand je rangeais le dernier t-shirt.

Et oui, ça m'avait bien occupé !

Pour vous dire, j'ai fini par trier mes fringues par saisons, puis par couleurs, puis par coupes.

Il me restait encore une grosse heure avant de me mettre en route, Ken habitant à une bonne demi-heure de chez moi.

Je ne vais pas me ramener avec mon vieux jean et mes baskets ?

« Ouhlala, Loulou qui veut faire un effort vestimentaire »

Je troquais mon t-shirt contre une chemisette noire que je ne boutonnais qu'à moitié pour vaguement laisser apparaître mon soutien-gorge dessous.

J'attrapais ensuite un sac et y jetais tout ce dont j'avais besoin pour la nuit avant d'enfiler une paire de derbies noires pour le total look et ma veste en cuir, les nuits sont fraiches à Paris

J'attrapais ensuite un sac et y jetais tout ce dont j'avais besoin pour la nuit avant d'enfiler une paire de derbies noires pour le total look et ma veste en cuir, les nuits sont fraiches à Paris.

Ce n'est qu'à la moitié du chemin que je me souvins que je devais rapporter à manger. Je me mis alors en quête du premier truc qui faisait de la bouffe à emporter et ma promenade me mena jusqu'à un kebab.

Connaissant la personne, ça lui irait.

-Bonsoir mademoiselle.

-Bonsoir. Je vais vous prendre deux kebabs.

FugaziLisez cette histoire GRATUITEMENT!