Ils iront tous à la morgue

27 3 0



Des fous, le docteur Thouvenin en voyait passer tous les jours, des psychotiques suicidaires mutilés, les bras couverts de bandages puants, aux animaux de basse-cour et serial killers trop cohérents. Elle avait affronté les esprits les plus extravagants le sourire aux lèvres, sans jamais élever le ton. La police lui envoyait pourtant des cas extrêmes. Mais, avant chaque entretien, elle oubliait le désarroi, le dégoût, parfois l'horreur, pour le masque implacable de la profession.

La veille, on lui avait confié un cas des plus classiques, trop pour finir dans ses dossiers habituels, un alcoolique plongé dans un coma éthylique après une crise d'hystérie sur la voie publique. Le rapport décrivait un fait divers grotesque. L'homme avait déliré à propos d'une pandémie mondiale, griffé plusieurs personnes au visage, couru sur près de cinq kilomètres totalement débraillé avant de se faire ramasser dans un caniveau. Ivre mort. Célibataire, chômeur, sans famille proche, sujet à de nombreuses plaintes de la part de son voisinage pour toutes sortes de chahuts nocturnes, Grégoire Grimault s'annonçait d'une terrible banalité. Elle n'avait pas compris l'intérêt des autorités. Les dérives des soudards étaient généralement le dernier de leurs problèmes. Excédés le soir, on les relâchait le lendemain avec un presque aimable : « Ne recommencez plus. » Il ne s'était pas plus illustré qu'un autre, avec ou sans mauvais présages en porte-voix.

Alors pourquoi, malgré des années d'expérience, des frissons traversaient-ils sa nuque depuis son entrée dans le bureau mis à sa disposition par le service médical ?

Personne n'appréciait la compagnie des malades. Ils dégageaient quelque chose qui avait tendance à vous irriter très vite l'humeur. C'était une réaction instinctive qu'elle laissait au repos, sinon pour évaluer, de temps à autre, la densité d'un mal être. Certains vous donnaient l'impression de parler à un bloc totalement hermétique, d'autres saturaient l'atmosphère d'une énergie si vive qu'ils arrivaient à perturber les connexions de votre cerveau. Elle avait fini par associer ces phénomènes à des pathologies bien distinctes. Cependant, avec Grégoire Grimault, ses raisonnements vacillaient. Une sensation de danger primitive serrait sa poitrine. Ce n'était pas son physique. Elle connaissait par cœur les visages d'aliénés, leur maigreur, leur peau translucide, leur regard à la fois fixe et vitreux.

L'homme, malgré une trentaine tout juste sonnée, était abominablement laid. La chemise d'hôpital pendait sur un corps exsangue que les os transperçaient plus qu'ils ne soutenaient. Sur son crâne, des cheveux cassés, clairsemés, se livraient une triste bataille. Il avait gardé un nez poupin, délicatement busqué au-dessus de lèvres à peine dessinées. Les doigts, longs et tordus, luisaient à la lumière. Elle les devinait moites, glacés et secs sous la chair.

Il sentait mauvais, ou, du moins, en était-elle convaincue. Elle imaginait, mêlé à l'air aseptisé de l'hôpital, un mélange de tourbe et de décomposition humaine. Elle s'attendait presque à découvrir, sous son linge blanc, une gangrène avancée, purulente, déjà attaquée par la vermine.

Ce n'était qu'un malade, se raisonna-t-elle. Un tourmenté sous sédatifs qui faisait tourner paresseusement son fauteuil à roulettes en attendant qu'on décide de son sort. S'en tirerait-il avec une petite amende, un suivi obligatoire, ou un internement plus définitif ? Elle comprenait, soudain, comment un cas d'ébriété aussi ordinaire avait pu donner lieu à une enquête poussée. Ce patient n'était pas ordinaire. Ils avaient dû le remarquer tout de suite, eux-aussi. Les témoins de la nuit évoquaient des agressions physiques, le corps infirmier s'était plaint de tentatives de morsures. Tous soulignaient un comportement hystérique, un discours très inquiétant, une obsession pour les épidémies et les infections. Inquiets de ne pas lui trouver de liens extérieurs, les services médicaux avaient réclamé une enquête pour connaître les antécédents de l'étrange patient. L'affaire avait grossi à une vitesse impressionnante. Entre les confidences énigmatiques de Grimault, et les déclarations suspectes des voisins à propos de l'odeur de son appartement, l'homme était passé du statut de soudard à celui de serial-killer potentiel. De fait, les résultats de la perquisition ordonnée dans l'urgence avaient été une presque déception.

Ils iront tous à la morgueLisez cette histoire GRATUITEMENT !