L'Affaire Henri Vernes 1/8

151 6 4
                                                  


Morgane entra dans l'immeuble, vérifia la boîte aux lettres : vide. Sébastien, son colocataire, devait donc être rentré. Elle le retrouva au sortir de l'ascenseur, trois étages plus haut, planté devant la porte de leur appartement, le nez dans le courrier.

— La facture de trop ? lança-t-elle.

Il s'écarta afin de lui permettre d'ouvrir, la mine plus intriguée que fâchée. La couleur jaune poussin du papier entre ses mains s'assortissait à une, non deux, enveloppes vert pomme. Il lui en tendit une. Elle haussa les sourcils, posa ses affaires sur le canapé et prit connaissance du pli. Une invitation, pour une cousinade, dans un cadre enchanteur. Le nom de l'hôte ne lui disait rien.

— Une arnaque ? proposa-t-elle.

— Regarde au dos, l'arbre généalogique.

Il s'étalait dans toute la largeur de la feuille sur six générations. Elle trouva le nom de Seb tout en bas d'une des branches de gauche, celui de l'envoyeur, un peu plus au centre et pour finir le sien complètement à droite.

— Nous aurions un ancêtre commun... siffla-t-elle, épatée.

— Il semblerait.

Pour une surprise cela en était une. Certes, ils partageaient le même appartement depuis maintenant presque deux ans mais, avant cela, ils ignoraient tout l'un de l'autre. Le quadragénaire, coiffeur de son état, se cherchait une colocataire, Morgane, elle, arrivait en ville, ne connaissait personne, et ses économies ne se portaient pas au mieux. Seb préférait les messieurs, mais ne voulait pas les voir s'incruster chez lui. Sous-louer sa chambre d'ami, lui semblait un moyen efficace d'éviter les tracas. Que Morgane soit accompagnée d'une mygale et s'intéresse aux personnes de son propre sexe relevait du bonus.

— Tu le connais, toi, ce Henri Vernes ? demanda-t-elle.

— De réputation. Un original, grand voyageur, marié trois fois comme tu peux le constater. Ce qui n'est rien si on le compare à son grand-père.

Henri Vernes, premier du nom, totalisait huit épouses et dix-sept enfants. Par chance, tous ne convolèrent pas. La mortalité infantile faisait des ravages à l'époque, la jeune documentaliste ne s'en étonna donc pas vraiment.

— Tu comptes y aller ? lui demanda-t-elle.

— Je me tâte... un château perché sur une bute, un cuisinier classé cinq toques, ça promet un week-end grandiose. Pour peu que mes parents se pointent...

Une lumière malicieuse s'installait dans son beau regard. Morgane tiqua.

— Je doute que les miens se commettent dans ce type de rencontre. Rien que le risque de devoir m'y côtoyer.

— C'est décidé : on y va.

— Seb !

— Attends ! Ce sont des invitations pour deux... à ton avis, Charles ou Mathieu ?

Morgane vérifia la date, la fête tombait durant les vacances : elle s'imagina, Kate à son bras, paradant au milieu des invités, affrontant hautaine leurs regards, leurs persiflages. Même si ses parents ne venaient pas, les commérages leur parviendraient.

— D'accord.

L'affaire Henri Verne [TERMINE]Là où vivent les histoires. Découvrez maintenant