Préambule

3.3K 218 19

Des plus binoclardes aux plus sexy,
il n'y avait pas une seule fille qui ne se rendait pas au lycée sans y attendre son grand amour.

Pas une.

Le Bac ?
Ce n'était qu'une excuse rassurante pour l'État et pour les parents. Il ne fallait surtout pas qu'ils engagent leurs responsabilités civiles bêtement alors oui, "très bel objectif ", reconnaissaient en géneral ces deux figures d'autorités.

Bon... Il y en avait quand même des éclairés qui se rendaient compte que l'établissement de leurs progenitures restait le plus grand speed-dating auquel ils les autorisaient à se rendre. Mais ça restait une très faible minorité.

D'où l'intérêt des écoles sur dossiers !

Pas qu'une question de fric, non.

C'est aussi pour éviter que les mômes les plus privilégiés tombent trop bas dans leurs goûts, car une passion anodine peut faire de sacrés dégâts sur un patrimoine familiale conséquent.

Dans le fond, elle le savait.

Qui se tape la honte en esperant un diplôme qui à lui seul n'ouvre que la grande serrure du Macdo du coin ?

Personne ! Le Bac est surcôté et ce comique de situation est institutionnel depuis des décennies et accepté de tous.

Mais admettre, en revanche, que chaque putain de matin, on se prépare comme une déesse pour délirer avec ses amis ou pour revoir le doux visage d'un Jules ou d'un Gaspard,

Ah ah ah ah 😂😐.

Ainsi, dans la très réputée première L de Sainte Adriane,

Jessica a simulé son ambition scolaire comme des millions d'élèves pour maintenir son droit d'acceder au lieu le plus propice pour obtenir ce que le cinéma lui avait toujours promis :

Le scénario répétitif d'un Bad boy au grand coeur qui changerait son monde à la minute où les foudres de leurs regards frapperaient au même endroit !

Et bien évidement,
Des Bad Boys, il y'en a eu...
Au grand coeur, un peu moins.
Et beaucoup plus dans la vie des autres meufs de sa classe.

Sans parler de la foudre snobinarde, plus intéressée de s'abattre sur le vieil arbuste sans feuilles près de la cantine,
que sur sa poitrine postulante, entourée elle,
par une longue chevelure qu'elle lissait assiduement chaque (putain) de matin.

Absente au casting et résignée,
le baccalauréat redevenait par défaut une priorité près de son désert sentimental.

Seulement, dans l'oasis, un drôle de rebel a fini par trouvé son chemin.

Il l'a réveillée,

hypnotisée,

puis brisée...

Des plus binoclardes aux plus sexy,

il n'y avait pas une seule fille qui ne se rendait pas au lycée sans y attendre son grand amour sans savoir que c'était une attente séduisante mais très dangereuse.

Pour cette rentrée en Terminal L, Jessica a bien mûri et ne sera plus de celles-là.

Il n'était plus question de se laisser distraire de l'excellence.

Il n'était plus question de lui appartenir.

Il n'était plus question tout court de s'ouvrir à qui que se soit,

une deuxième fois...

The Hidden BoyLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant