Chapitre 6 : Alliés ?

Depuis le début
                                                  

— Nathaniel, reste là ! hurle Zack.

Alerté par son cri et les pas que j'entends approcher de la porte, je me recule avant qu'elle ne soit ouverte violemment par le dénommé Nathaniel, énervé.

— Tuons là. Zack. Tu as un flingue ? Un couteau ira tout aussi bien. Ou si tu préfères, on l'étouffe. On peut lui accorder une mort douce.

— Nathaniel, tu n'es pas sérieux ? dit Liz qui lui emboite le pas.

Je recule effrayée.

— C'est du délire, vous n'allez pas... vous n'allez pas me tuer hein ? Il plaisante ? Votre ami plaisante ?

Je cherche du secours dans les yeux de la jeune femme, mais elle semble profondément désemparée. Mon regard revient vers Nathaniel et l'expression de son visage me montre qu'il est bien décidé à se débarrasser de moi. Mes yeux commencent à me picoter et mon cœur se met à battre plus fort.

—Nathaniel, tu la laisses, ordonne Zack en entrant calmement dans la chambre.

Il se poste devant moi et je balaye d'un revers de manche mes quelques larmes naissantes.

— Il est complètement cinglé ! hurlé-je.

Sans m'en rendre compte immédiatement, je me cramponne au bras de Zack par réflexe. Il jette un regard de côté et ne cherche pas à s'écarter. Cependant, ce geste inconscient ne passe pas inaperçu devant Nathaniel qui n'en devient que plus furieux. Ne voulant pas attiser plus que cela les braises de sa colère, je lâche le bras de Zack, mais le mal est fait.

— Cette fille t'a empoissonné l'esprit ! On en avait fini avec tout ça, mais toi, il a fallu que tu t'entiches d'une inconnue ! Tu aurais dû la tuer, lança-t-il sèchement.

— Nathaniel, arrête.

— Est-ce que tu crois que je ne vois pas ce qu'il se passe entre v...

Avant qu'il ne puisse terminer sa phrase, Zack pousse violemment Nathaniel contre le mur de la chambre et l'agrippe par le col de sa chemise.

— Ferme-là Nathaniel. Surtout tu la fermes avant de supposer des choses que tu es le seul à voir.

— Zack, je t'en prie, laisse-le... intervient Liz.

L'intervention de la jeune femme coupe court à l'altercation. Zack garde sa main en suspens tout en s'écartant de Nathaniel. Les deux hommes se jaugent du regard. Leur échange verbal m'a quelque peu interloquée. Je relève que Liz s'empresse d'aller vers Nathaniel et rajuste son col.

— Nathaniel, toi et moi sommes comme des frères, dit Zack. Mais quel que soit ton point de vue, Rose restera vivante aussi longtemps qu'il me plaira.

Jusqu'alors interdite, les mots de Zack me font tiquer.

— Qu'il te plaira ?! Je ne suis pas un jouet ! Vous croyez tous qu'on joue comme ça avec la vie des gens ?! Je...

Liz me coupe en prenant mon bras.

— Viens avec moi, jeune fille. Laissons Zack et Nathaniel discuter dans cette pièce.

Cet ordre qu'elle me donne sur un ton supérieur m'enflamme pour de bon.

— Ne me traitez pas comme une gamine, lâché-je en retirant brutalement mon bras. Je n'ai pas à vous obéir.

— Pourtant, tu obéis à Zack comme une fillette, dit-elle avec un calme plat.

Piquée au vif malgré la neutralité de son ton, je réplique avec verve :

— Zack et moi avons un accord. Mais vous, vous n'êtes qu'une suivante accompagnée d'un chien enragé.

Et voilà, j'ai parlé trop vite. Je ne mesure la conséquence de mes mots qu'après qu'ils soient sortis de ma bouche. Un court moment de silence s'en suit. Liz reste en retrait, Nathaniel attend une réaction venant de Zack, et comme celle-ci ne vient pas il s'enflamme lui-même.

— Espèce de sale petite garce, je vais te... hurle-t-il.

Furieux, il s'avance vers moi, mais Zack l'arrête et tapote doucement son épaule. Puis, il me murmure :

— N'oublie pas qu'ils sont mes amis, toi, tu n'es rien.

Ces mots me clouent littéralement sur place. J'ai l'impression d'avoir été transpercée par un pic de glace. Je me sens tellement stupide d'avoir pensé pendant quelques secondes que Zack était mon allié... Lui non plus, il n'est rien pour moi. Je le déteste. Il m'a humiliée. Je me sens si mal. Mais je refuse de laisser transparaître la moindre trace d'émotion. Je ne lui ferai pas le plaisir de lui montrer qu'il m'a touchée. Je me reprends, essaie de faire bonne figure, dénoue le nœud qui me serre la gorge et lance avec dignité à l'attention de Liz :

— Très bien, je vous suis. 

~

Une rencontre explosive ! De lourdes paroles ont été prononcées... mais les apparences sont parfois trompeuses. Le prochain chapitre sera l'occasion pour Rose de découvrir un plus la mystérieuse Liz en tête-à-tête et de creuser les secrets qui entourent Zack.

Crédits image : ?

Prisonnière de son cœur [Première partie]Là où vivent les histoires. Découvrez maintenant