LA DAME BLANCHE

19 9 0




Annabelle chevauchait en tête de la grande armée. Le roi Kildéric Ier avait sommé tous ses vassaux et alliés rescapés de la Sombre Bataille de fournir hommes et matériel. Il avait adjoint à la princesse quelques-uns de ses meilleurs guerriers. La prochaine bataille serait décisive. Morgaste avait démontré ses qualités de stratège lors de l'affrontement précédent. En cas de défaite, les soldats de l'envahisseur dévasteraient la partie occidentale du royaume des Hisles.

Tandis que ses troupes progressaient lentement, le printemps fleurissait rapidement. Les abords de la voie principale se couvraient d'ouest en est de végétation. Des couleurs chatoyantes ravivaient la grisaille des dernières neiges. Annabelle soupira, se remémorant qu'à la même époque l'année précédente, elle aidait ses parents au champ. Elle savait sa mère encore en vie, son cœur et le fragment le lui confirmaient. La guerre avait obscurci l'horizon de sa vie, jadis insouciante.

Malgré les questions au fragment, elle n'avait pas réussi à établir le contact avec Alceste. Leur lien exceptionnel semblait distendu, voire rompu. Annabelle redoutait que le décès du jeune homme en soit la cause. Elle tenta de se rassurer, en se persuadant que s'il était mort, elle l'aurait ressenti au fond de sa chair. L'espoir subsistait encore ! Elle se redressa sur sa selle, consciente que ses officiers l'observaient. Tous devaient avoir foi en ses capacités, malgré sa jeunesse et sa féminité. Aucune femme n'avait jamais mené une telle armée pour défendre sa terre natale.

— Princesse, nos éclaireurs sont de retour !

Son jeune aide de camp la détourna de ses pensées. Une escouade de cavaliers chevauchant à bride abattue approchait. La poussière soulevée par le galop de leur monture formait un nuage grisâtre. Encore sous l'influence de ses mornes pensées, elle souhaita que cela ne soit pas un mauvais présage. Elle se raccrochait à ses espoirs d'enfant, lorsque le monde semblait n'être que beauté et amour. Sa métamorphose l'avait fait grandir trop vite, la dépossédant de sa jeunesse. Brusquement, elle se retrouvait confrontée à l'âge adulte. Annabelle n'était pas préparée à ce rôle ; cependant, elle devrait l'assumer.

Annabelle serra dans sa paume le dérisoire morceau venu de l'espace. Un si petit caillou, tel un grain de sable, l'avait entraînée dans une course contre la mort. Les combattants qu'ils allaient affronter n'auraient aucune pitié. Surentraînés, alléchés par les richesses de cette contrée, ils opposeraient une résistance farouche. Les éclaireurs changèrent d'allure à son approche, mettant au pas leurs montures. Ils s'inclinèrent respectueusement lorsqu'elle les rejoignit, encadrée par ses principaux conseillers.

Le plus âgé des messagers, qui ne devait pas avoir vingt ans, s'avança.

— Princesse, notre reconnaissance en terre ennemie a révélé que l'envahisseur est déjà au courant de votre chevauchée. Il a rassemblé ses troupes pour se porter à votre rencontre.

Il fit une pause pour reprendre son souffle. « Morgaste sait, je m'en doutais ! » Annabelle ne prit pas la peine de feindre l'étonnement. Un tel conquérant avait un réseau d'informateurs, dont ses victoires dépendaient. Elle était néanmoins déçue par la teneur des informations. Elle s'apprêtait à poursuivre son chemin, quand un des éclaireurs en retrait, prit la parole :

— Votre Altesse, j'ai appris de source sûre que le Prince Noir ne mènera pas ses hommes à la bataille. C'est un certain Clodric, prince d'Arvézende, qui commandera les troupes au combat.

Certains vétérans s'étranglèrent en attendant ce nom. Annabelle interrogea du regard le plus âgé d'entre eux.

— C'est le frère du roi Kildéric Ier, avoua-t-il en baissant la tête. Clodric a été banni pour avoir intrigué contre la couronne. Il projetait de s'emparer du trône de notre suzerain légitime.

T1 - LES FRAGMENTS PERDUSLisez cette histoire GRATUITEMENT !