La croisée des chemins

142 15 6


Résumé : On devrait toujours dire aux gens qu'on les aime avant qu'il ne soit trop tard... Parce qu'ils n'avaient pas été capables de se parler plus tôt, leur destin avait basculé ce jour-là...

.......................................................................................................................

Après le départ de Lily, après que le passage se soit refermé sur elle, il était resté longtemps immobile, sous le regard désapprobateur de la grosse dame. La scène qui venait d'avoir lieu repassait en boucle dans sa tête, comme un cauchemar dont on ne peut arriver à se débarrasser.

—Je suis désolé !

—Ca ne m'intéresse pas.

—Je suis désolé !

—Epargne ta salive.

...

—... tu traites de sang-de-bourbe tous les gens qui sont de même naissance que moi, Severus. Pourquoi serais-je différente ?

« Parce que... Parce que je t'aime.
Parce que je t'aime plus que tout... Depuis la première fois où je t'ai vue, bien avant notre première rencontre, avant même de réaliser que tu étais une sorcière ! Moldue ou pas moldue, je t'aime plus que ma vie, plus que tout ce que pourrait m'apporter le seigneur des ténèbres.
Parce que je suis prêt à tout quitter, à tout renier, à changer de vie pour toi. Parce que je deviens fou à chaque fois que Potter te regarde avec ce petit air supérieur de conquérant certain que sa proie tombera bientôt dans ses filets.
Parce que je donnerais tout au monde pour un seul regard d'amour de toi.
Parce que si je suis ce que tu dis, si je fréquente les mangemorts, c'est uniquement parce qu'eux m'ont accepté, accueilli parmi eux, comme un égal, sans mépris, sans railleries, sans humiliations, et que pour moi, cela vaut bien de faire mine d'adopter certains de leurs comportements, mais ce ne sont que des mots, Lily, des mots !
... Tu comprends ? Tu comprends ?
Et pourtant, malgré tout, je n'ai jamais été vraiment loyal avec eux. Tu devrais le savoir, toi, que malgré les remords de ma mère d'avoir souillé la pureté de son sang, malgré ses efforts pour me les faire mépriser, depuis des années, depuis que je te connais, au fond de moi, je n'ai rien contre les moldus, même si mon père en est un des pires exemples. Tu devrais le savoir... puisque tu en es la raison. Et s'il est vrai que j'étudie les arts sombres, c'est uniquement pour mieux les comprendre, pour apprendre à les combattre plus efficacement. Faire partie du groupe de ceux que tu appelles mes amis, était la seule solution pour y parvenir, et cela, il vaudrait mieux pour moi qu'ils ne l'apprennent jamais...
Je n'ai jamais utilisé la magie noire contre qui que ce soit... Ni aucun autre sort qui puisse causer un quelconque mal, contrairement à certains de tes amis de Griffondor !
Pardonne-moi Lily ! Potter et sa bande sont allés trop loin aujourd'hui, j'étais hors de moi et j'en voulais au monde entier ! Mais je n'ai jamais voulu... Je n'ai jamais pensé... Les mots sont sortis de ma bouche malgré moi... C'était la rage, la colère... Si j'étais réellement ce que tu crois... Tu sais, j'ai découvert certains sorts anciens que personne ne leur a appris à contrer... j'aurais pu leur faire bien plus de mal qu'ils ne pourraient l'imaginer, même sans utiliser de sortilèges impardonnables, et pourtant je ne l'ai pas fait. Je ne suis pas mauvais, je ne désire ni la douleur ni la mort des autres. Je veux juste... être... accepté.
Pardonne-moi, je t'en supplie à genoux, je ferais n'importe quoi pour mériter ton pardon, pour mériter ton amour."

Ces paroles, ces mots qui étaient au bord de ses lèvres, pourquoi avait-il hésité ? Pourquoi n'avait-il pas été capable de les prononcer ? C'était comme si sa langue avait été nouée par un sortilège. Et avant qu'il ait pu se reprendre, elle s'était détournée, et le mépris qu'il avait lu dans son regard avait glacé le sang dans ses veines !

Il avait été confronté depuis sa plus tendre enfance au manque d'affection, aux humiliations de toutes sortes, il avait appris à verrouiller son esprit et à cacher ses émotions afin de ne pas donner à ses harceleurs le plaisir de jouir de sa souffrance, mais le rejet de Lily l'avait assommé, pétrifié. Le cœur déchiré, il n'avait pas trouvé le courage de la rattraper, de lui jeter en bloc tout ce qu'il gardait en lui depuis si longtemps. Malgré leur longue amitié, il avait eu peur d'être une fois de plus rejeté par la seule personne qui l'ait toujours accepté tel qu'il était. La personne qui comptait plus que tout pour lui. A force d'expériences malheureuses, il s'était forgé, au fil des années, une si mauvaise image de lui-même qu'il n'aurait jamais pu imaginer une seule seconde que la jeune fille aurait peut-être pu partager un jour ses sentiments.
Et maintenant, il était trop tard. Parce qu'il avait été trop lâche pour parler, elle le détestait. Maintenant, James Potter n'aurait plus qu'à la regarder avec son sourire suffisant et à tendre les bras. Il se haïssait autant qu'il haïssait son tourmenteur, la rage et l'amertume se disputaient son âme pendant qu'il tournait les talons et s'éloignait lentement dans le couloir. Il était perdu, il savait que désormais il ne pourrait jamais se racheter aux yeux de Lily, et qu'il ne pouvait s'en prendre qu'à lui-même. Il se dégoutait, il aurait préféré mourir, son monde venait de s'écrouler.

Il s'en était fallu de si peu, pourtant, pour que tout ait pu être tellement différent ! Si seulement ses pas ne l'avaient pas conduit près du lac cet après-midi là... S'il s'était rendu compte assez tôt de la présence du petit groupe nonchalamment installé sous le grand hêtre pour observer les filles qui riaient au bord de l'eau.
Les examens étaient enfin terminés, et il avait pris la résolution d'aller parler à Lily, de lui expliquer ses motivations, il était même prêt à tout laisser tomber si elle le lui avait demandé. Perdu dans son rêve éveillé, il n'avait pas prêté attention au chemin qu'il empruntait. Le destin avait pris la forme de James Potter et de sa petite bande. Il aurait pu passer outre, comme il l'avait déjà fait si souvent, si Lily n'avait pas été témoin de la pire humiliation publique qu'ils lui aient jamais fait subir. Pire, Potter avait bien pris soin qu'elle ne puisse pas en manquer une miette, et il n'avait pas pu supporter la honte. C'était comme si une brume de rage écarlate avait brusquement recouvert le monde autour de lui, déformant toute perception. L'insulte irréparable était sortie de sa bouche avant qu'il ait eu le temps d'y penser, ni même de vraiment réaliser à qui il s'adressait, et ce n'était qu'après avoir parcouru plusieurs dizaines de mètres dans un état second, que la réalité et l'horreur de ce qu'il avait dit l'avaient rattrapé. La douleur qu'il en avait éprouvée l'avait transpercé comme un coup de poignard, jamais elle ne pourrait le lui pardonner. Pourtant, le soir même, il avait pris sur lui, quitte à s'humilier d'avantage. Il était allé jusqu'à supplier Mary Macdonald d'aller la chercher, de la persuader de venir le retrouver, il était réellement décidé à passer la nuit dans le couloir s'il l'avait fallu. Mais elle n'avait rien voulu entendre et son dernier regard l'avait crucifié. Il ne supportait pas l'idée de devoir le croiser de nouveau, il aurait voulu quitter Poudlard le soir-même.

Fragments de vieLisez cette histoire GRATUITEMENT !