L'AUBE DE SANG

24 11 0


L'aube violette affichait les couleurs du sang. « Un heureux présage ! » songea Morgaste.

Après la précédente défaite, il avait décidé de conduire lui-même la prochaine campagne. Il chevauchait en tête, suivi de sa Garde Noire, ensuite venaient les différents corps de sa puissante armée. Rien n'avait été laissé au hasard cette fois-ci. Il avait confié l'avant-garde, ainsi que l'arrière-garde, à des généraux expérimentés, dans la force de l'âge et impitoyables ! Le choix de Gerwald avait été une erreur. Ce pleutre n'avait songé qu'à préserver sa misérable vie. Transgressant ses ordres, ce vieillard débile lui avait fait perdre un temps précieux... L'hiver de la vie rongeait le courage des hommes comme la lèpre.

Sa santé déclinait. Son guérisseur l'accompagnait parmi les gens de sa suite. Lui, le conquérant redouté, s'agenouillant devant la maladie ! Mais il ne rendrait pas les armes sans combattre. Seule l'union des trois fragments permettrait d'éradiquer le mal qui le rongeait depuis sa jeunesse. Rien ne le détournerait de sa quête, même s'il fallait raser des contrées entières. Son plus redoutable ennemi, le temps, distribuait telle une aumône les jours... Frissonnant, il hurla d'accélérer la cadence.

Une telle armée ne se déplaçait pas aisément au cœur de l'hiver. Il avait anticipé les difficultés en dépêchant des bataillons d'éclaireurs composés, entre autres, de terrassiers. Ceux-ci avaient fait un excellent travail, bâtissant un pont sur le lac Gelé et abattant nombre d'arbres pour tracer une voie large à travers la forêt d'Eslhongir. Un autre détachement, constitué de chasseurs et de paysans, fournissait l'approvisionnement. Malgré les conditions climatiques rigoureuses, ses légions Noires progressaient rapidement. Morgaste contemplait en chevauchant les paysages qui l'entouraient. Les rares villages rencontrés avaient été mis à sac, puis incendiés. Mort et désolation précédaient sa marche vers le triomphe, maigres consolations après cette cuisante défaite ! Il fit le serment de raser les défenses des peuplades des monts Dunhevar. Avant de fondre sur le royaume des Hisles, il châtierait ces tribus montagnardes qui avaient osé défier son pouvoir !

Horst écoutait les rapports des éclaireurs en détaillant l'avancée des forces ennemies. Depuis la victoire sur le fil des clans des Montagnes, les tribus l'avaient proclamé commandant des forces unies. Les deux chefs montagnards, incapables de s'entendre, lui avaient accordé leur confiance. Très honoré par cette promotion, il avait cependant hésité avant d'endosser ce rôle. Fédérer des combattants aussi indisciplinés relevait de l'exploit ! De plus, l'antagonisme fraternel contaminait les guerriers. Malgré son prestige, l'ancien messager devait constamment arbitrer des conflits mineurs, ce qui le contraignait à mettre aux fers les fortes têtes. Depuis, les soldats évitaient de provoquer sa colère.

À présent, l'heure était grave. Toutes les informations recueillies confirmaient la mobilisation d'un puissant contingent. Plus inquiétant, le cruel conquérant marchait en personne à la tête de ses troupes. Cela signifiait qu'il ne fallait attendre aucune mansuétude. Leur victoire inespérée ne demeurerait pas impunie ! Horst avait réuni en urgence les membres du conseil de guerre, fondé par ses soins. Ulva présidait la séance en l'absence d'Alquin. Son mentor lui manquait. D'après la Meneuse, il avait des motifs sérieux pour demeurer chez le clan des Ours malgré la victoire. Après avoir exposé les faits, Horst requit l'avis des différents participants.

— Il faut déclencher une offensive ! asséna Ergon. Choisir le lieu de la bataille plutôt qu'il nous soit imposé par le despote !

— Nous ne sommes pas en nombre suffisant pour attaquer ! rétorqua Bernulf. À découvert, sans cavalerie, nous nous ferions tailler en pièces !

Une fois encore, les avis des deux frères divergeaient. Horst songea qu'ils ne pourraient pas combattre côte à côte. D'autres membres éminents prirent la parole, mais aucune proposition intéressante n'émergea. Avant que Horst ne s'exprime, Ulva se dressa au milieu de l'assemblée.

T1 - LES FRAGMENTS PERDUSLisez cette histoire GRATUITEMENT !