Chapitre 5 - Transfert en cours

Depuis le début
                                    

SHOKO : Oui, encore une journée qui passe et qui nous rapproche de notre but.

NODOKA : Ces bonbons étaient délicieux ! Et madame Kôsaka était si gentille !

SHOKO : Si on mange trop, mais ne grossit pas, les humains vont se poser des questions.

NODOKA : Oui, tu as raison...

* * *

Une fois l'arrosage des plantes fini, Nanami rentra chez elle, un sac plastique à la main. Celui-ci contenait des petits gâteaux que madame Nishimura lui avait offerts en remerciement. Après avoir déposé les friandises dans la cuisine et dit bonsoir à Haruka et Jin, elle se dirigea vers le garage en compagnie de ce dernier.

— Allez, allonge-toi.

Il referma la porte derrière elle tandis qu'elle s'allongea sur le grand établi posé au fond. Jin, quant à lui, vint se placer debout près d'elle.

— On va commencer par ton bras droit. Montre-moi un peu tout ça.

Connaissant désormais le code par cœur, il ouvrit la mallette avec laquelle la jeune androïde était venue chez eux.

— Nanami, diagnostic.

— Entendu.

Tournant la tête, elle projeta sur le mur face à Jin une carte de son propre corps grâce à son projecteur intégré.

— J'illumine en rouge les pièces ayant besoin d'être changées.

Jin jeta un coup d'œil à la projection, puis de nouveau sur Nanami, qui avait découvert son bras droit entièrement, jusqu'à l'épaule.

— Il ne reste plus que quelques pièces à changer dans tes deux bras et tu seras comme neuve. Je me demande encore comment tu as fait jusqu'ici.

Elle rit doucement.

— Je n'ai pas eu à me servir de toutes mes capacités.

Il se mit à utiliser le pointeur laser pour révèler le contenu du bras de Nanami.

— Ah vraiment ? Quelle surprise nous réserves-tu encore ? Tu fais le café aussi ? dit-il en plaisantant.

Jin essayait de faire la conversation pour que le temps passe plus vite pour Nanami.

— Bien sûr, je sais me servir d'une cafetière, annonça-t-elle fièrement.

Il fut pris au dépourvu par sa réponse. Nanami était passée maîtresse dans l'art du premier degré.

— Nanami, c'est une blague.

Un léger silence s'installa.

— Oh.

— N'importe qui sait se servir d'une cafetière, tu sais.

— Pas tout à fait ! Je viens de consulter une étude sur Internet qui indique qu'une portion non négligeable de la population ne sait pas se servir d'une cafetière ou n'en a même jamais utilisé ! Cette étude remonte à quelques années, donc les chiffres ont peut-être quelque peu changé depuis...

Il commença à changer l'une des pièces à l'intérieur de son bras, sans pour autant exactement savoir à quoi elle pouvait bien servir. Celle qu'il avait retirée semblait abîmée, possiblement à la suite d'un impact.

— Ça va, ça va, j'ai compris ce que tu veux dire, Nanami. Si tu me racontais plutôt ta journée, vu qu'on a un peu de temps ?

— Pas de problème !

Toujours ravie de raconter ses découvertes sur la façon de vivre des humains, Nanami expliqua en détail les cours de la journée et comment elle avait ensuite aidé les Kôsaka et madame Nishimura.

Eternity - Une éternité pour être heureuxLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant