Chapitre 12

18 4 0

J'ai tenté une ruse mais j'ai perdu... Cameron en tout cas est fier de lui.

Cameron : La triche ça ne mène jamais à rien.

Moi : J'aurais au moins essayer. Et surtout, j'ai couru !

Je prend du temps avant de reprendre une respiration régulière.

Moi : Au fait, les blagues en pleine nuit évite la prochaine fois.

Cameron : De quoi tu parles ?

Moi : Fais pas l'innocent. Tu es revenu lancer des cailloux à ma fenêtre l'autre soir. J'ai eu peur !

Cameron : C'était pas moi Jessica. Je te le promet. Je suis idiot mais pas à ce point quand même.

Si ce n'était pas lui la nuit dernière, alors qui était devant chez moi ? C'est vrai que je n'ai aperçu personne, mais j'avais l'étrange sensation d'être observé.

Cameron : Bon, on va voir ce que tu sais vraiment faire maintenant.

Nous nous dirigeons un peu plus loin dans la forêt. Le soleil se lève doucement.

Moi : Plus de sport s'il te plait...

Cameron : Je n'ai pas prévu de tuer aujourd'hui, ne t'inquiète pas.

Je soupirs de soulagement. J'avoue que je ne comprends pas trop le lien entre le sport et la magie.

Cameron : Ton don est unique. Tu ne le sais pas encore mais tu as une panoplie entière de pouvoir magique. Contrairement à moi, qui suis limité.

Moi : C'est à dire ?

Cameron : Tu peux contrôler les 4 éléments : eau, terre, feu et air.

Moi : Et toi ?

Cameron : Je contrôle uniquement les corps.

Moi : Je ne comprends pas...

Soudain, mon bras se lève contre ma volonté. Je ne contrôle rien. Le regard de Cameron c'est assombri, il est concentré.

Moi : C'est bon ! J'ai compris ton pouvoir, arrête, Je commence à avoir mal au bras...

Cameron ne m'entend pas. Il est perdu dans ses pensées. Son regard est à présent inquiétant, on dirait qu'il est à la fois terrifié et en colère.

Moi : Cameron ! Tu me fais mal !!!

Il revient enfin à lui. Il a l'air totalement désorienté. Je me masse le bras, la douleur est intense.

Cameron : Excuse moi, je perd le contrôle des fois.

Moi : Des fois ou souvent ?

Cameron : C'est rare.

J'espère ne pas perdre le contrôle comme lui. Je m'en voudrais de faire du mal à quelqu'un que j'aime.

Cameron : Bref...tu as plus de pouvoir que moi. Mais pas plus d'expérience. On va commencer par quelque chose de simple. L'élément facile à maîtriser, c'est l'eau.

Moi : Je suis prête. Qu'est ce que je dois faire ?

Cameron : J'ai jamais apprécié le soleil. Je préfère quand il pleut. Donc je demande de faire pleuvoir.

J'affiche des yeux ronds. Il perd complètement la tête.

Moi : Tu avais dit qu'on débuté par quelque chose de simple...

Cameron : Justement.

Le soleil est à présent juste au dessus de nous, il brille. La chaleur s'installe.

Cameron : Prend une grande inspiration. Ferme les yeux. Vide ton esprit, essaye de ne penser à rien. Concentre toi sur ma voix.

Je suis à la lettre ses indications. J'avoue que c'est assez apaisant. D'un coup, je sens la peau tiède de Cameron m'attraper les mains. Ça me déstabilise. Son contact me donne des frissons. Il oriente mes paumes de mains vers le ciel. Il me lâche.

Cameron : Maintenant, visualise l'eau, la pluie, le mauvais temps. Et quand tu te sens prête, sers tes poings.

J'ai l'impression d'être une enfant jouant aux fées. Il a quelques jours encore je n'imaginais pas être là. La suite promet bien des surprises.

Je respire tranquillement. Je prend mon temps. En tête, des souvenirs de ma famille et moi, durant un pique-nique, un jour où le temps nous a joué un mauvais tour. De gros nuages gris avait pris la place d'une journée ensoleillée. Mais nous avons continuer à rigoler et à s'amuser sous la pluie. Mes parents étaient tellement heureux. Puis, une immense tristesse m'envahit. Je pense à l'accident qui leur a ôté la vie. Au monstre qui en ai la cause. La colère monte en moi. Je sers mes poings. Le vent se lève. Je ne ressens plus les rayons chaud du soleil sur ma peau. Les nuages assombrissent le ciel. J'ai froid, mon corps frissonne. Je ne perçois plus rien autour de moi appart le temps et la nature. Le bruit des branches qui se craquent parviennent jusqu'à mes oreilles. Les oiseaux ont arrêtés leur chant. Les lapins se sont réfugiés dans leur terrier, mettant leurs petits à l'abri de l'orage.

Soudain, plus rien. Le vent cesse. Seuls les nuages planent au dessus de nos têtes. Le calme et le silence, s'installent. Je lève les yeux vers le ciel, tout en les gardant fermer, comme me l'a dit Cameron. D'ailleurs, lui non plus, je ne l'entend plus. Et d'un coup, une petite goutte d'eau vient caresser ma peau. Elle coule le long de ma joue. Puis une autre, et encore une autre, partout sur mon corps.

Moi : J'ai réussi !

Heureuse, je me met à danser, à bouger dans tout les sens. Ça me rappelle cette journée avec mes parents et Alex, dans le parc, pour pique-niquer. Mon cœur est rempli de mélancolie. Les larmes me montent aux yeux. C'était le bon temps, comme on dit.

Cameron : Tout va bien ?

Je reprend conscience de la présence de Cameron à mes côtés.

Moi : Oui, oui. C'est juste l'émotion.

Cameron : Pendant un instant, j'ai cru que tu allais perdre le contrôle. Mais tu t'en ai bien sorti finalement.

Moi : C'est un compliment ?

Je lui affiche un sourire de satisfaction.

Cameron : Peut être, mais c'était la partie facile de ton entraînement.

Moi : Décidément, tu n'avoueras jamais que je t'ai bluffait.

Cameron : Pas encore. Il m'en faut plus pour me surprendre.

Je lui donne une tape sur l'épaule.

Cameron : Ce sera tout pour aujourd'hui. Tu peux rentrer chez toi.

Moi : Tu ne rentre pas toi ?

Cameron : J'ai quelque chose à faire avant.

Moi : D'accord, à plus tard alors.

Je rentre chez moi, à pied, seule. Je me demande où est allé Cameron. Il avait l'air préoccupé. En tout cas, moi, je suis épuisée. J'ai un mal de chien un peu partout. Surtout les jambes. Le sport n'est vraiment pas fait pour moi. Dire que ce n'est que le début...

The Witch (EN PAUSE)Lisez cette histoire GRATUITEMENT !