14. La fin d'un monde

32 11 0

2055


« Ils ont envoyé Ophélie dans le futur.

Arthur acquiesça.

Après quelques dizaines de minutes au café, ils avaient fini par trouver un autre point de chute, un bar étonnamment calme maintenant que les étudiants étaient en vacances.

– Et tu veux aller la chercher.

Il hocha de nouveau la tête.

– Et tout ça a été orchestré par votre intelligence artificielle.

« Et je dispose dans mon labo d'une machine temporelle.

Christian dit cette phrase comme s'il savait ce qu'Arthur pensait – dans la série des choses apparemment absurdes qui leur étaient arrivées, il avait déjà décroché la palme d'or.

– Tu sais que tu es en train de me donner la clé d'un mystère à cause duquel je ne dormais plus ?

Interrogatif, Arthur lui intima de continuer.

– Pourquoi ne sommes-nous pas envahis de voyageurs temporels ? Reprit Christian. Si les machines existent, cela veut dire que sur cette ligne temporelle, l'espèce humaine s'éteint trop vite, ou bien il existe une régulation très forte du voyage temporel. Ton Omni a déjà mis la main sur le procédé ? Ça ne m'étonne pas. Dans deux, trois, cinq jours peut-être, ils couperont nos fonds et fermeront notre labo. Le voyage dans le temps sera verrouillé, ils balanceront dans les médias que c'était une mascarade, en bref : motus. Pas de voyage dans le temps sur cette ligne. Ou très peu. Qui dit peu de voyage dans le temps, dit peu, ou pas de paradoxes.

Christian pointa un doigt vers lui.

– Si la technologie existe, c'est peut-être parce qu'Omni existe également pour la contrôler. Et pas l'inverse. Mais que je ne me perde pas en conjectures. Tu veux aller dans le futur ? Tu veux voyager 123 000 ans dans le futur ? Soit. Fais-le par étapes. Sois raisonné. C'est vraisemblablement un voyage à sens unique. La seule chose qui te presse, c'est qu'Omni va sans doute vouloir t'empêcher d'avancer. »

Omni.

Arthur avait commencé à le ressentir partout, tel un fantôme, un démon le suivant à la trace, caché dans les ombres.


***

5000


Le véhicule de transport n'avait pas de vitre. Il se déplaçait sans aucun mouvement de masse d'air et aucune turbulence ne venait agiter les cheveux d'Arthur tandis qu'adossé à la rambarde métallique, il observait les tours réfléchir de concert la lumière généreuse du soleil.

« Je ne m'en lasserai pas, dit-il.

– Moi, si, soupira Aurélia. La seule chose vraiment intéressante, maintenant, c'est le paradis terrestre.

– Vous me dites qu'il n'y a rien après le paradis terrestre.

– J'ai décidé d'y rester.

– Vraiment ? Ce n'est pas votre style.

– Vous ne l'avez pas deviné, à cause des modifications génétiques, mais je vais sur mes soixante ans. À cet âge, une femme se doit de penser à s'installer.

Elle le gratifia d'un regard profond – presque amoureux.

– Non, sérieusement, répliqua-t-il.

Rendez-vous à la fin des tempsLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant