For every story tagged #WattPride this month, Wattpad will donate $1 to the ILGA
Pen Your Pride

Prologue

1.4K 78 7

... : Janjira, quelqu'un veut te voir.

Je lève les yeux du livre dans lequel j'étais plongée et regarde Sarah surprise. La jeune femme se tient à quelques pas de moi, son éternel sourire gravé sur le visage. Elle me fait signe de la suivre, et j'obtempère après hésitation. Qui peut bien venir me rendre visite ? Personne n'est jamais venu me voir en 14 ans, depuis que je suis enfermée dans ce fichu orphelinat. Arrivée dans le hall, Sarah me désigne un homme d'âge mûr, au visage sérieux. Je l'observe un instant, il ne me semble pas le connaître. Je remercie la surveillante d'un signe de tête et le rejoins.

Moi : Bonjour, je suis Janjira Kongsampong. Vous vouliez me voir ?

Homme : Bonjour, je suis Paul Lepetit. Je suis notaire. Je dois vous parler, il y aurait-il un endroit plus tranquille où nous pourrions discuter ?

Moi : Bien sûr. Suivez-moi.

Je le guide jusqu'à la chambre que je partage avec Alexia et Laure, deux filles plus jeunes, qui est vide à cette heure de la journée. Je lui indique une chaise et m'assois sur mon lit.

Moi : De quoi voulez-vous me parler, Monsieur ?

L'homme se plonge quelques instants dans ses papiers avant de reprendre.

Notaire : Vous êtes bien Janjira Kongsampong, née le 27 mars 1998, de père inconnu, et votre mère est Aerin Kongsampong, morte le 7 juin 2002, emportée par la fièvre.

Moi : Oui, c'est bien moi. Pourquoi ?

Notaire : Aujourd'hui, 27 mars 2016, vous avez 18 ans et atteignez votre majorité. Je vous remets donc l'héritage de votre mère. D'après son testament, votre mère a remis toute sa fortune et le reste de ses biens à diverses associations.

Il sort une petite boîte et une enveloppe de sa sacoche.

Notaire : Ce sont les seuls biens que votre mère vous ait transmis, votre héritage.

Doucement, je prends la petite boîte noire et l'enveloppe, et les pose sur mon lit, à mes côtés.

Notaire : Je dois vous faire signer quelques papiers et ce sera tout.

J'hoche la tête.

Moi : Très bien.

Je prends un stylo posé sur mon bureau et signe les papiers du notaire. Après ça, je le raccompagne jusqu'aux portes de l'orphelinat et remonte dans ma chambre en vitesse. Je m'assois sur mon lit, prend la boite et l'ouvre. A l'intérieur, je découvre un magnifique collier de style plutôt ancien. Délicatement, je le sors de son étui et lève le pendentif à hauteur de mes yeux pour l'admirer. Il est en or blanc et représente un aigle les ailes déployées. Sa tête est ornée de petites pierres blanches, telle une couronne d'étoiles. La finesse du métal donne une impression de fragilité. Mais le réalisme de l'aigle, semble lui donné une force presque vivante. Je n'ai jamais rien vue d'aussi beau. Je souris et attache le collier autour de mon cou, puis je prends l'enveloppe et l'ouvre. J'en sors deux morceaux de papier. Le premier est une lettre, j'y reconnais l'écriture légère et élégante de ma mère.

« Ma chère fille,

Si tu lis cette lettre, c'est que je ne suis plus de ce monde. Je suis sure que tu es maintenant une magnifique jeune femme et sache que je suis fière de toi. J'imagine que tu te poses plein de questions et que tu ne comprends pas ce qui t'arrives. Je tiens à te dire que tu n'es pas folle, et que tout cela est vrai. Les réponses arriveront en temps et en heure. Le Seigneur Elrond t'expliquera tout, fais-lui confiance. Même si tout cela te paraît fou, c'est la réalité. Notre réalité. Je suis désolée de ne pas pouvoir tout t'expliquer moi-même.

Avec tout mon amour,

Ta mère. »

Je relis la lettre, surprise. Je ne comprends pas de quoi elle parle... Cependant, quelque chose m'interpelle.

Moi : Elrond... Je connais ce nom... Je l'ai déjà entendue quelque part...

Troublée, je prends la deuxième feuille. Ce n'est pas une lettre. On dirait plutôt une page déchirée d'un livre très ancien. Difficilement, je lis l'écriture ancienne et presque effacée par endroit. Sans m'en apercevoir, je récite à voix haute.

Moi : « Tout ce qui est disparu

N'est pas forcément perdu

Puisque même dans le noir

Vit la sœur de l'espoir

Héritière d'un autre temps

Liée avec l'aigle par le sang

Quand arrivera le temps sombre

Que se réveillera l'ombre

La demi-sang sera

De retour en Arda »

A peine ai-je fini de lire que tout devient noir autour de moi.

Tout ce qui est disparu n'est pas forcément perduLisez cette histoire GRATUITEMENT !