1. Découverte dans les bois

2.8K 176 30
                                                  

                  

Elle s'appelait June Miller, elle avait quinze ans et toute la vie devant elle. Son père était un petit commerçant du coin, sa mère l'élevait avec ses frères. June n'était ni belle ni moche, ni riche ni pauvre. Elle fréquentait le lycée public de Darkwoods avec ses amis et n'avait jamais commis d'infraction. Pourtant, ce matin de septembre, elle fut retrouvée morte par les occupants d'une voiture qui s'étaient perdus sur l'une des petites routes qui traversaient l'immense forêt de ce recoin d'Oregon.

Quelques instants avant sa macabre découverte, la famille s'était arrêtée au bord de la voie. Une grande femme, la quarantaine, avec un carré blond qu'elle portait très court, était descendue la première de la grosse berline de location. De fort mauvaise humeur, elle s'était allumée une cigarette sortie d'un petit étui en métal et tirait dessus sans relâche. Un homme auparavant assis sur le siège passager l'avait rejointe rapidement et lui avait pris l'engin de mort avant de s'empresser d'aspirer lui aussi un peu de poison.

— Quand je pense que tu n'es même pas fichu de lire une carte ! avait grogné la femme.

— Quand je pense que tu n'as aucun réflexe et qu'on te laisse conduire ! avait rétorqué l'homme vêtu d'un complet gris de la même couleur que sa chevelure poivre et sel.

— Un jour je te tuerai Amias ! s'était alors exclamée la femme, arrachant un sourire à son compagnon.

— J'y compte bien ! avait répondu Amias alors qu'elle se jetait sur lui et l'embrassait passionnément.

Il ne s'était pas fait désirer et avait répondu plus que positivement à ses avances.

— Charlotte, avait-il alors murmuré entre deux baisers, ici, maintenant !

Il l'avait posé sur le capot de la voiture noire aux vitres teintées et menaçait d'arracher les boutons de sa chemise Chanel alors qu'elle enroulait ses jambes autour de lui et—

— Eh ! s'était écriée une voix derrière eux. Prenez une chambre ! J'ai déjà étudié la reproduction humaine en biologie, je n'ai pas besoin de démonstration, surtout de votre part !

Charlotte avait alors soupiré et autorisé son époux à se détacher d'elle, à contrecœur.

— Rappelle-moi pourquoi on a fait un bébé Amias...

— Pour voir la perfection incarnée par le mélange de nos gènes, avait répondu AMias en riant.

Il s'était ensuite avancé vers l'adolescente qui était elle aussi sortie du véhicule, puis il avait déposé un baiser sur son front de la jeune fille.

— Désolée ma chérie, je suis faible, tu sais à quel point ta mère est irrésistible.

— Je sais surtout que vous vous cherchez et séduisez tout le temps, même en public, c'est gênant.

— C'est également le secret de la longévité de notre couple ma chérie, notre union fait notre force.

Et leur union était lucrative à souhait. Amias, comme Charlotte, venait d'une modeste famille américaine typique avec des parents qui travaillaient dur et cumulaient les emplois pour offrir le minimum à leurs enfants. Boursiers tous les deux, Charlotte et Amias s'étaient rencontrés à Harvard lors du séminaire de rentrée et de la soirée d'intégration. Il y faisait son droit, elle étudiait les marchés boursiers. L'alchimie entre eux fut immédiate et totale. Diplômes et majorat de promotion en poche ils s'étaient alliés pour créer une petite société d'investissement : Greene & Lewis, de leurs noms de familles respectifs, et l'avait transformée en un fond d'investissement des plus rentables.

NemesisLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant