Le 01 Juillet 2016

16 3 2

Les jours se suivent et se ressemblent. Notre coin de paradis en bord de mer pourrait presque nous ramollir. Le gibier se jette sur nous et les arbres fruitiers abondent. Par endroit, la terre noire et meuble nous promet une culture aisée. Une eau claire coule tout près, elle ruisselle sur un lit de galets blancs. La soif a pressé certains nomades à y goutter directement, contre l'avis du médecin. On ne releva aucune conséquence. Le breuvage est pur.

Les Crânes occupent la région voisine et nous savons qu'ils réclameront cet éden tôt ou tard. La Caravane n'oublie pas où elle va.

Nous aurions pu vivre heureux dans cette baie, à l'abri du monde, mais il nous a rattrapé en fin de matinée. Nous avons découvert le corps de Caroline près du ruisseau. Bob nous a demandé de l'accompagner. Je m'y suis rendu en compagnie de Kube et Kevin. Le cou de la demoiselle portait des marques. Les corbeaux et la vermine ont manqué de temps pour picorer sa chair. Un cadavre intact, en pleine nature, témoigne d'un meurtre frais.

Bob a inspecté les mains de la victime, en s'attardant sur ses ongles. Il l'a reposé au sol en ayant rien découvert. L'absence de trace de lutte nous a conduit à penser que Caroline connaissait son assassin ou qu'elle fut surprise par ce dernier. Kevin a longuement regardé le terrain autour de nous, ses talents de pisteur nous ont étonné. La proximité du ruisseau rend les alentours boueux, il a lu facilement les empreintes de pas. Toutes se dirigent vers la Caravane. Il n'y a pas de doute, le meurtrier est l'un des nôtres.

Kube nous a assuré avoir vu partir Caroline seule et personne ne l'a suivi. Nous sommes donc tous suspects.

Caroline entretenait deux relations amoureuses, dont une illégitime. Son amant partageait déjà sa vie avec une autre femme. La sombre tromperie s'acheva durant le déluge. L'amitié liait les deux hommes incriminés et ils disparurent dans les eaux. Sébastien et Jeremy se trouvaient dans le fourgon emporté par le glissement de terrain. Triste histoire. Nos premières pensées concernant le meurtre de Caroline se sont tournées vers Lili, l'épouse de Jeremy. Kube a proposé de l'interroger en premier, il a évoqué la vengeance.

Cependant, moi seul ai remarqué la disparition de l'arme de Caroline. Son étui était vide. Je lui avais confié un pistolet pour ses sorties, je m'en souviens très bien et je note chaque mouvement à l'armurerie. Kevin a aussitôt émis l'hypothèse que la victime aurait très bien pu dégainer son arme et l'avoir perdue dans le ruisseau, elle serait alors partie à la dérive. Je ne crois pas à sa théorie. Une arme chargée pèse bien trop lourd pour ce petit cours d'eau. Nous ne possédons pas plus d'indices.

De retour à la Caravane, Bob a ordonné une fouille générale et une inspection des armes. Kube a protesté en soulignant l'inutilité de l'idée. D'abord, le tueur se garderait bien de conserver l'arme sur lui, et puis contrôler tout le monde aurait pris trop de temps, plus que nécessaire pour laisser au coupable la possibilité de s'organiser. A qui pouvons-nous accorder notre confiance ?

Une tâche occupe chacun d'entre nous. Tous, sauf une : Sarah. Sa convalescence lui autorise l'oisiveté sous l'étroite surveillance du docteur et de l'infirmière. Elle n'a pas pu échapper à leur vigilance. J'ai partagé ma suspicion avec notre chef militaire. Son regard inquiet contrastait étrangement avec le sourire de dents blanches qui lui barrait le visage.

« Très bien. Lili et Sarah sont nos principales suspectes... J'ai toujours rêvé de jouer dans une série policière... »

Ma mère regardait des feuilletons allemands, je n'en garde pas un souvenir palpitant. Bob nous a distribué ses directives, comme d'habitude.

« Je m'occupe d'interroger Lili avec Kevin. Toi et Kube allez rendre visite à la petite.

— Pourquoi moi ? Vous avez fait, tous, des pieds et des mains pour qu'elle ne puisse pas me croiser... Et maintenant vous m'y envoyez alors que je l'évite à tout prix ?

Survivance: journal de VincentLisez cette histoire GRATUITEMENT !