Chapitre 1

1K 136 63
                                                  

— Et là je me suis cassé la gueule et la bague aussi. Alors pour rattraper le coup, je lui ai demandé si elle acceptait qu'on se lèche la chatte pour toujours. Et elle a dit oui !

Tout le monde s'arrête alors de manger après mon bref discours. Myriam se tourne vers moi, presque furieuse, enfin, elle tente de paraître énervée mais je sais très bien qu'elle tente de dissimuler son rire.

— Nous n'avions pas besoin des détails, rétorque ma mère en posant doucement sa cuillère.

Voilà pourquoi je déteste les repas de famille : on doit toujours fermer sa gueule.

— Bah quoi ? Fallait bien que je vous annonce que je vais me marier ! lâché-je d'un air désinvolte.

— Je ne comprends vraiment pas pourquoi tu n'es plus avec Damien. C'était vraiment quelqu'un de bien, s'acharne ma mère.

Je commence vraiment à en avoir marre qu'on ramène toujours le sujet à Damien. Oui, on a été ensemble pendant sept ans, mais désormais, c'est fini et ce n'est pas avec lui que je vais me marier dans quelques semaines.

Cette fois-ci, je n'ai pas réussi à me contrôler et je me saisis de mon assiette...

*

— Pourquoi tu as lancé ton assiette sur ta mère ? me demande Myriam, un tant soit peu sur les nerfs.

Je ressers l'oreiller contre moi et lui lance mon meilleur regard de biche – qui doit sûrement être merdique. Si j'avais été une bonne actrice, j'aurais pu jouer Juliette pour la pièce de théâtre du collège au lieu de jouer ce fichu arbre.

— Tu veux pas du sexe plutôt ? supplié-je pour éviter une énième dispute sur ma famille.

— Spencer, commence-t-elle d'une douce voix tout en s'asseyant sur le rebord du lit. Te fâcher avec ta famille est inutile... On n'a pas besoin de ça.

— Elle n'arrête pas de parler de Damien. C'est fini et je suis avec toi, et ce, depuis un an.

Je soupire longuement. En un an, mes parents sont toujours aussi arriérés. Je ne pensais pas qu'ils pouvaient être comme ceux de Myriam. Je les pensais bien plus ouverts d'esprit que ça... Et finalement, j'ai découvert – à contrecœur – que mon entourage est bien plus homophobe que je ne le croyais.

— Au pire, tu ne les invites pas au mariage, propose Myriam d'un ton un peu trop raisonnable.

— Non mais on les invite et on sait toutes les deux très bien qu'ils ne viendront pas ! argué-je, souriante.

— Et ils vont venir et ça va finir en bagarre de petits fours. Je te connais Spencer.

Elle me fusille du regard et je sais très bien qu'elle repense à ce moment où j'avais balancé un petit four sur ma mère à chaque fois qu'elle osait prononcer le prénom du poisson pourri. En fait, c'était assez marrant, surtout quand tout le restaurant a commencé à nous regarder. Oui, j'aime faire les choses en grand, du coup, je le fais sous les yeux de tout le monde. D'ailleurs, le serveur avait voulu me foutre dehors et j'ai prétendu avoir un cancer en phase terminale. Myriam m'en a beaucoup voulu pour ce mensonge, mais au moins, je n'ai pas payé mon repas. Je vous conseille également de noter cette astuce, ça marche très bien, sauf quand quelqu'un vous hurle dessus avec un charabia tel que "validiste". Lui aussi avait reçu un petit four dans la gueule.

— Spencer ! Tu m'écoutes ! Arrête de te perdre dans tes pensées ! s'écrie Myriam, assez furieuse.

— Pardon, pardon... Mais n'empêche c'était marrant les petits fours dans la gueule de ma mère.

Même avec un grand sourire béa elle affiche toujours une mine stricte et j'aborde alors une fausse mine boudeuse.

— On aurait vraiment dû se contenter d'un mariage entre nous, soupire-t-elle, déçue, tout en baissant son regard.

— Non ! Tu rêvais d'un grand mariage, on aura notre grand mariage ! m'opposé-je vivement.

Et moi je rêvais de balancer des petits fours, mais pour l'instant, n'en parlons pas à Myriam, elle ne va pas aimer cette idée.

— Personne de notre famille ne veut venir et on a très peu d'amis... Personne ne viendra et on va juste s'attirer des moqueries !

— Alors, il reste un mois pour préparer ce mariage. Laisse-moi m'occuper de tout, je te promets qu'il y aura plein de gens

Elle relève alors la tête, un sourire se dessine sur son visage et ses yeux s'illuminent.

— Vraiment ? Tu ferais ça ? s'étonne-t-elle.

J'ai l'impression qu'il y a une insulte derrière cette remarque, mais je vais le prendre comme un compliment. Après tout, certains ont bien perdu de leur temps pour me traiter de connasse. Ils auraient pu passer ce temps à regarder un discours de Trump, mais non, ils ont décidé que ma présence était plus importante à insulter que Trump alors je m'en sens honorée. Je crois que mon raisonnement est assez bancal, mais peu importe.

— Bien sûr que je vais le faire. Je suis quand même Spencer Parks, autrement appelée sur le forum de mon collège "la meilleure du monde", alors je peux quand même organiser un mariage.

Oui, je m'appelais vraiment comme ça sur le forum de mon collège et oui, on avait vraiment un forum au collège. D'ailleurs, ça n'avait pas plu aux profs mon pseudo et ils n'avaient pas arrêté de le changer. J'ai toujours su que mon charisme les éblouissait un peu trop.

Soudainement, Myriam me prend dans ses bras tout en me remerciant et les larmes aux yeux. J'ai l'impression que je viens de me foutre dans une belle merde, vraiment. Ouais, en fait, vu son état bien trop reconnaissant, je suis dans la merde...

À l'aide.

.

[ NDA : 

Et voilà, un tome 2 à Vengeance dans l'arc-en-ciel ! Incroyable ! J'ai écrit ça dans mon coin il y a quelques semaines et je prévoyais de le poster en juin pour le mois de la fierté, mais je ne pouvais plus attendre et ça tombe bien puisque aujourd'hui nous sommes le 17 mai, journée mondiale de lutte contre l'homophobie, la biphobie et la transphobie. 

Sur ce, have fun avec Spencer ! Parce qu'elle est de retour ! :p]

Mariage pluvieux, mariage arc-en-ciel [TOME 2]Là où vivent les histoires. Découvrez maintenant