Nouveau: Tap - Des histoires dialoguées pour votre 📲 . Disponibles en francais
Recevez le maintenant

Chapitre 3

21 0 1

Paul est blogueur et, une fois par jour, il poste un article sur son blog qui aborde le sujet du paranormal. C'est un thème qui est très mystérieux voir même inexplicable et je pense que c'est pour cela qu'il est tant fasciné par celui-ci.

L'été dernier, il était minuit passé, nous revenions de l'épicerie qui se situe à deux minutes de chez Caroline. En remontant la rue où elle habite, on passe devant plusieurs maisons avant d'arriver à la sienne. Au bout d'un moment, l'une d'elle a retenu notre attention. En effet, elle avait l'air abandonnée. Paul décida alors de s'en rapprocher afin de l'analyser de plus près. L'herbe était haute, ce qui montrait le manque d'entretien depuis un petit moment ; l'entrée avait été condamnée par des briques en béton ; les fenêtres quant à elles, étaient  tout simplement cachées derrière leurs volets. Sur la droite de la maison, un chemin s'y trouvait, menant sans doute au jardin. Il était caché par une caravane toute délabrée, garée devant le portail. En parlant du portail, lui aussi avait été condamné : deux grosses chaînes entouraient les deux battants avec un gros cadenas pour lier le tout. Après analyse, pleins d'hypothèses nous virent alors à l'esprit : pourquoi cette maison est-elle condamnée de la sorte ? Pourquoi personne ne rénove le terrain pour ensuite vendre ? Paul décida de prendre quelques photos de la maison afin d'en parler sur son blog et émettre ces hypothèses pour avoir, peut-être,l'avis des internautes qui le suivent. Par la suite, son article a reçu de nombreuses réactions qui ont suscité l'envie d'en apprendre plus sur cette fameuse maison.    

Alors que nous étions tranquillement assis à la grande table de la salle à manger avec nos ordinateurs, il me demanda :

— Tu te souviens de l'article que j'avais écrit sur la maison l'année dernière ?

— Celle qui me fait froid dans le dos avec la caravane ?

— Oui voilà ! Eh bien, l'article en question a reçu pas mal de commentaires et j'aimerais bien en savoir un peu plus sur celle-ci afin de développer.

— Je vois, un article c'est trop peu ?

— Oui, j'aimerais avoir une suite voir pourquoi pas une fin à cette histoire. Je ne sais pas moi, développer nos hypothèses en enquêtant un peu plus sur la maison.

— Ce n'est pas une mauvaise idée et ce sera avec plaisir que je t'aiderai. Tu sais au moins par où commencer ?

— Une abonnée m'a conseillé de faire un tour à la mairie afin de demander les archives... pour en savoir un peu plus sur l'histoire de la maison.

— Oulah... je ne me vois pas aller à la mairie pour demander ça, lui répondis-je en rigolant.

— Moi non plus, c'est pour ça que j'ai eu une autre idée voire deux.

— Ah oui ! Et quelles sont-elles ?

— Dans un premier temps on pourrait y retourner. Moi je prendrais des photos, plus que les deux-trois de la dernière fois et toi tu filmerais afin de montrer plus en détails ce que l'on voit.

— Filmer ce n'est pas du tout une mauvaise idée, en espérant qu'il n'y ait personne dans la rue à ce moment-là sinon la honte... ils vont se demander pourquoi on photographie et filme cette maison.

— T'inquiète pas, on ira quand il fera nuit !

— D'accord. Et pour la seconde idée ? lui demandais-je.

— Tu ne vas pas l'aimer je pense...

— Dis toujours.

— Je pensais me trouver un petit passage afin de me retrouver de l'autre côté et pourquoi pas aller jusque dans le jardin. Je trouverais peut-être des trucs intéressants.

— Tu es sérieux ? Ça va être impossible. Et puis ça n'en vaut pas le coup Paul.

— La seule chose qui me stresse vraiment dans cette idée c'est que, si les voisins ou des passants me voit, ils peuvent penser à un squatteur et appeler les flics... mais bon à l'heure où on ira ça ne risque rien normalement.

— En ce qui concerne cette seconde idée, moi je ne te suis pas car je ne me sens pas capable d'y aller. Déjà qu'elle me fout la trouille cette maison mais si toi tu as envie de le faire vas-y, je t'attendrai sur le trottoir... je ferai le guet, finis-je par lui répondre.

— D'accord si tu veux, me dit-il satisfait de ma réponse.

— Quand veux-tu qu'on y aille ?

— Je ne sais pas trop... On essaye ce soir ? me demanda-t-il.

— Oui pourquoi pas.

Après cette conversation qui nous a plongés dans une sorte d'excitation, nous retournions à nos occupations chacun de notre côté sur nos ordinateurs.

Ne m'abandonne pas...Lisez cette histoire GRATUITEMENT!