Chapitre 22

671 81 1

Durant toute la journée, je me suis maudit de ne pas avoir eu assez de courage pour parler à Samuelle du baiser de vendredi. C'est pas si compliqué que ça! Je dois juste aborder le sujet avec elle et elle m'explique ce qui s'est passé. Aussi simple que ça. Mais beaucoup plus simple à dire qu'à faire. J'ai aucun courage moi.

Dernier cours de la journée : français. Ah, merde! Je viens de me rappeler du projet! Il faut qu'on se réunisse, moi et Samuelle. Je dois lui en parler avant que la cloche sonne et qu'elle retourne chez elle. Il reste 5 minutes avant la fin du cours. 4. 3. 2. 1. DRING! Je me lève rapidement de mon bureau pour aller voir Samuelle et l'empêcher de partir.

- Toi!

- Je peux t'aider, demande Samuelle en comprenant que je voulais lui parler?

- Pour le projet de français. Il faudrait le commencer. On doit se rencontrer.

- Tu peux pas venir chez moi, je t'avertit. On fait plein de rénovation et c'est pas vivable.

- Alors on ira chez moi.

- Ça ne va pas déranger ta mère?

- Non, tant qu'elle ne te voit pas. Demain elle n'est pas là, elle a une réunion de 4 :00 à 5 :00 et après elle a un souper de travail. Tu pourrais venir à ce moment-là.

- D'accord. À demain mon petit muet!

- Bye!

J'aime bien lorsqu'elle m'appelle comme ça. C'est un surnom, non? Enfin, un peu long, mais s'en est un quand même. Si je trouve assez de courage, demain je lui parlais du sujet qui me tracasse depuis vendredi. Bon, une chose de faite! Maintenant, je dois rentrer chez moi. Et puis merde. Ma mère à une réunion aujourd'hui aussi. Elle ne va pas pouvoir venir me chercher. Je dois marcher. Ça va prendre une heure bon sang! Je déteste marcher aussi longtemps.

Alors c'est sans grand enthousiasme que je vais porter mes choses de français dans mon casier avant de faire mon sac et de partir en direction de chez moi. Je marche depuis 5 minutes et je suis déjà tanné. Ça va être long mon affaire. Alors que j'allais traverser une rue, une voiture s'arrête juste devant moi. La fenêtre du conducteur descend et le visage de Richard apparait.

- Tu veux qu'on te ramènes chez toi mon grand, propose-t-il?

- Oui, définitivement oui monsieur, dis-je avec des signes frénétiques!

- Alors embarque!

Je sais pas qui je dois remercier pour ça, dieu, bouddha, la terre ou la météo, mais merci toi! Sans me laisser prier, je monte rapidement dans la voiture et m'y installe avec un grand sourire aux lèvres!

- Salut le muet, dit Samuelle en se retournant depuis le siège passager avant.

- Sam, s'exclame son père!

- Quoi?

- C'est pas très gentil de l'appeler comme ça!

- Mais ça le déranges pas. Ça te déranges pas, hein?

- Non, pas du tout.

- Il dit non pas du tout. Tu vois?

- Juste pour être sûr. Sinon, votre journée à bien été?

- Ouais, correct je crois.

- Ouais, rien de spécial. S-A-M, dit lui pour le projet demain après l'école.

- Ah oui, s'exclame Samuelle! Papa, demain après l'école, je vais chez Frédéric pour travail sur le projet de français.

- Ça ne dérange pas tes parents que tu invites des amis pour un projet durant la semaine, demande Richard en me regardant par le rétroviseur.

- Pas ma mère, mentis-je.

Samuelle traduit.

- Et ton père?

- Parti depuis très longtemps.

Samuelle traduit.

- Oh, pardonne-moi mon garçon, je ne savais pas, dit mon prof de musique rapidement.

- Pas grave.

Le reste du trajet se fait en silence et Richard me reconduit jusqu'à chez moi sans que je lui aie indiqué les directions à prendre. À ce qui parait, Samuelle lui a dit où j'habitais. Je les remercie plusieurs fois avant de leur dire au revoir et de rentrer chez moi.



Muet [TERMINÉ]Là où vivent les histoires. Découvrez maintenant