La Grande Opération d'Amy

1.9K 375 351

L'opération-sauvetage d'Alicia-la-meilleure-pour-la-vie s'appellera La Grande Opération d'Amy-Cassie-Sidonie. Parce que, d'abord, il y a mon nom dedans et ça, c'est cool. Ensuite, parce que ça sonne historique, et quand les gens parleront de moi dans des centaines d'années, je veux qu'ils puissent le faire avec fierté.

Eh oui, moi je pense aux générations futures. 

Je prends le bus (avec Patrick) pour aller jusqu'à la boutique de cookies de Tom-Richard. C'est forcément là-bas qu'Alicia est retenue. Ça tombe bien, j'ai épuisé mon stock de cookies brûlés. Je crois que je suis devenue accro. 

Quand je descends du bus, je reçois un message.

De: Tibulle le badboy trop beau <3 mais qui m'a brisé le coeur :'(
Emily. Vu kon est dans une cronique, notre couple doit forcément faire des fodéparts, cé normal. Donc, je panse kon peu se laisser une segonde chance. Enfin une troizième je crois. Bref. RDV ds mon repaire secret de badboy solitère. Messala apporte les pizzas.

Oh non! Quelle cruel dilemme! D'un côté, je dois aller sauver Alicia, de l'autre, mon couple. Mais... Comment faire ce choix? Je me sens comme l'âne de Buridan...

Mes synapses inexistantes s'activent pour trouver la solution. Même Patrick n'a pas d'idées, et pourtant ce caillou est un génie. 

....

...

..

.

(Ces points marquent une laborieuse réflexion)

Bon, je suppose que je dois sauver Alicia et ensuite m'occuper de l'amour de ma vie. De toute façon, tout le monde sait que je vais finir avec lui à la fin de l'histoire. Oui, je vous ai spoil. Mais bon, ce n'est pas comme s'il y avait un quelconque suspense! Ahah. J'ai tellement de convictions que c'est fou.

À: Tibulle le badboy trop booo
DSL, je suis occupé se soir. 2main c OK. LOL.

De: Tibulle le badboy trop booo
Va crevé. 

Bon, une bonne chose de faite! Je peux enfin me consacrer à La Grande Opération d'Amy. Je cherche la boutique de cookies. Mais elle n'est nulle part!

Je marche un peu et finis par la repérer. Le problème, c'est qu'une grande bannière rouge en barre la porte avec marqué: FERMÉ POUR CAUSE DE KIDNAPPING.

C'est embêtant. De désespoir, je lève les bras vers le ciel et tourne sur moi-même en me lamentant. Des gens s'approchent, intrigués par mes dons d'actrice tragique. Ils se mettent à chanter autour de moi. Finalement, on improvise une petite chorégraphie digne d'une comédie musicale. 

Moi: Bon, c'est pas tout ça, mais je dois continuer la Grande Opération d'Amy!

Tous (en chantant): Bonne chance Amy!

Pour peu, je me croirais aux Rien Anonymes. D'ailleurs, il me semble apercevoir dans le foule Bérangère et Marie-Stessy, mais avant que je ne puisse le vérifier ils s'en vont tous et me laissent seule.

Comme j'ai vraiment envie de cookies, je décide de rentrer dans la boutique malgré l'interdiction. la porte est fermée à clef. J'enlève une de mes chaussures: imprimé léopard, talons de 432 cm, elles m'ont coûté le prix d'une maison, alors que je suis censée être une adolescente sans trop de moyens ahah. Mais c'est une chronique, donc la non-cohérence est autorisée.

Je m'en sers pour casser la vitre. Une vieille dame me regarde bizarrement. Partant du principe qu'il s'agit de la grand-mère de Fraise, je lui fais un doigt d'honneur. Puis, je m'introduis dans la boutique.

Et pour le coup, j'ai presque l'impression d'être l'héroïne d'autre chose qu'une chronique à deux francs.

Désespoir chroniqueLisez cette histoire GRATUITEMENT !