Chapitre 15

852 79 0

Lorsque je sors de l'infirmerie avec des bandages sur les côtes et de la crème antidouleur sur la mâchoire suivit de Chris, la première chose que je vois est une Samuelle en furie qui s'avance vers nous.

- Chris Casper, je te jure que, commence-t-elle.

- Calme toi Sam. C'est Frédéric qui m'a demandé de te faire sortir. Il était pas à l'aise ok?

Le regard de Samuelle qui était rempli de frustration s'adoucit et se pose sur moi.

- Oh, dit-elle. Désolé. Je savais pas.

- Pas grave, dis-je.

- Vous vous êtes débrouillé pour vous parlez?

- Ouais, j'ai trouvé une feuille et un crayon sur le bureau de l'infirmière.

- Cool. Bon, c'est quand qu'on va cassé la gueule à Rémi, demande Samuelle pris d'un soudain enthousiasme?

- Eh, toi tu n'embarque pas là-dedans, dit Chris alors qu'on se dirige vers la cafétéria.

Il reste 20 minutes de cours. Ça ne sert à rien de retourner en classe, alors on va à la cafet'.

- Tu crois vraiment que je vais rester les bras croisés alors qu'il a fait du mal à Frédéric, demande-t-elle.

- Oui, parce que je te le demande, dit Chris alors qu'on s'assoit à une table.

- Hors de question.

- Je veux pas que tu te fasses mal.

- Je m'en fou d'avoir mal, je me suis cassé la gueule cette semaine en skate et je m'en fou. C'est pas comme si ça allait m'handicaper toute ma vie de me battre un peu.

- C'est vrai, cette fille est fait de marbre, dis-je en regardant Chris. Je l'ai vu lorsqu'elle s'est blessé en skate hier et elle ne semblait pas avoir mal pour deux cents.

- Ha! Tu vois Chris, s'exclame Samuelle avec un grand sourire!

- Je comprends pas la langue des signes, soupire-t-il. Traduit ce qu'il a dit.

- Il a dit qu'il était la lorsque je suis tombé et que je n'avais pas l'air d'avoir mal du tout. Tu vois!

- C'est ça le bandage que t'as sur la main?

- Ouais, dit-elle en regardant ça main.

- Quand même, je veux pas, dit durement Chris.

Attendez, ils veulent sérieusement se battre contre Rémi? Je croyais qu'ils blaguaient! Je ne veux pas avoir des problèmes à cause de ça!

- Attendez, attendez, interrompis-je! Vous êtes sérieux là? Vous voulez vraiment aller vous battre contre lui.

Samuelle traduit.

- Oui, dit Chris comme si c'était évident. Il t'a fait du mal, on va pas le laisser faire.

- Le nombre de personne qu'il maltraite par jour sans qu'on lui rende la monnaie, il faut faire quelque chose, dit Samuelle.

- Je croyais que vous blaguiez.

- Chris et ses amis sont tannés de voir Rémi harcelé les élèves de l'école. Ça fait trois ans que ça dure, dit Samuelle,

- Il a dépassé les limites en levant la main sur toi Frédéric. Quelqu'un doit mettre un terme à tout ça, enrichit Chris.

- C'est pourquoi Chris, ses amis et moi allons aller lui donner une bonne leçon.

- Je te l'ai déjà dit Sam, toi, tu viens pas, s'exclame Chris, très sérieux.

- Oui je viens! Tu te rappelle le petit Ralph qui arrêtait pas de me frapper après l'école en quatrième année, demande Samuelle?

Où est-ce qu'elle veut en venir?

- Oui, dit Chris, incertain de la suite.

- Tu t'en rappel lorsque tu as voulu me défendre, mais qu'il t'a frappé au visage et que tu es tombé part terre?

- Oui, soupire Chris.

- Rappelle moi, s'il te plaît, qui l'a mis K.-O.?

Chris ne réponds pas. On peut très bien voir de la honte sur son visage.

- Quoi, j'ai pas bien entendu, dit Samuelle en tendant exagérément l'oreille.

- Toi, grogne Chris.

- Quoi?

- Toi, dit-il plus fort!

Je ris silencieusement. Samuelle qui a protégé Chris en battant un autre gars? J'aurai voulu voir ça!

- Et en sixième, rappelle moi qui a envoyé un gars à l'hôpital, parce qu'il n'arrêtait pas de t'insulter et de te pousser?

- Toi, putain, s'exclame Chris! Arrête de dire des trucs du genre! C'est gênant!

Ouais, très! Pauvre Chris!

- Entre nous deux, j'étais toujours la première à vouloir se battre et à te protéger. Toi ça te prenait au moins deux mois avant de décider de tuer une mouche dans ta maison. Chris, sérieusement, je viens avec toi.

- Bon, t'as gagné, souffle Chris.

Samuelle s'installe confortablement dans sa chaise avec un sourire satisfait aux lèvres et en croisant les bras.

- Tu vois, quand tu veux Chris, dit-elle.

- Cette fille, elle me soul, me souffle Chris avec un sourire.

- Je t'ai entendu, dit Samuelle.

- C'était le but aussi!

Comme toute réponse, elle lui tire la langue avant qu'on entende la cloche annonçant la fin des cours sonner. Je suis chanceux d'être atterri dans leur classe.


Muet [TERMINÉ]Là où vivent les histoires. Découvrez maintenant