Chapitre 11

731 85 6

-    C'était qui elle, me demande ma mère en claquant la porte derrière moi après que je sois rentré. 

-    Je l'ai vue passer en skateboard et elle est tombée. J'ai simplement voulu m'assurer qu'elle allait bien, mentis-je.

-    Elle te comprenait, demande ma mère?

Elle ne m'a pas vu la parler en langue des signes? Géniale! Super! Elle ne sait pas que c'est Samuelle et que je la connais! Merci bon dieu!

-    Non, elle n'avait pas l'air de me comprendre, dis-je. Mais je crois qu'elle a compris que je voulais m'assurer qu'elle allait bien.

-    Tu sais très bien ce que je pense des filles comme elle.

Non, justement, je comprends pas pourquoi tu les déteste. Moi je trouves que c'est des filles super intéressantes comparées aux autres!

-    Oui, dis-je avec un air las.

-    Je ne veux plus te voir trainer avec des personnes dans le genre. Est-ce bien compris, mon fils?

-    Oui maman, dis-je en roulant les yeux.

-    Dis-le moi en me regardant dans les yeux, dit-elle avant de me prendre le menton pour me forcer à la regarder dans les yeux.

-    C'est compris, dis-je en faisant un soupire.

-    Bien. On mange dans cinq minutes, dit-elle en retournant dans la cuisine.

Le lendemain matin, une fois à l'école, je cherche Samuelle dans les corridors pour lui demander la faveur de traductrice qu'elle m'avait en quelque sorte proposé. En plus, si elle accepte, ça va surement faire plaisir à Chris. Il avait l'air sincèrement triste lorsqu'il me parlait d'elle hier. Je me demande pourquoi elle s'est isolée tout d'un coup, comme il m'a dit. Peu importe, après 15 minutes à parcourir les corridors, aucune trace de Samuelle. Où est-ce qu'elle pourrait être?

Alors que je passes pour la troisième fois devant le local de musique, des sons de batterie atteignent mes oreilles. Mais bien sûr! Pourquoi j'y ai pas pensé avant! Je me dirige vers la porte de la classe de musique et l'ouvre. Inutile de cogner, personne ne m'entendrait. J'entre dans la classe et vois Samuelle en train de se déchainer sur la batterie. Dès qu'elle me voit, elle se mets à sourire et à chanter les paroles de la chanson qu'elle joue.

-    And I love the way you hurt me... It's irresistible!!!!

Étonnamment, ça voix n'ai pas mal du tout. Irresistible, de Fall Out Boy. J'adore ce groupe. Lorsqu'elle finit de jouer la chanson, elle se lève derrière la batterie, les bras dans les airs et dit :

-    Merci, merci beaucoup!

Je ris doucement la bouche fermée. Je vous jure, quand je ris, ou quand une personne muette rit, rien ne sort de ma bouche. Aucun son. J'ai juste l'air de faire de l'hyperventilation avec ma poitrine qui se soulève et se rabaisse rapidement.

-    Ça va, me demande Samuelle en venant à ma rencontre et un sourire aux lèvres?

-    Après ce que je viens de voir, c'est sûr, dis-je avec une expression joyeuse!

-    C'était rien. Je m'amusais un peu.

-    Ouais, c'est ça.

Elle lève les yeux au ciel, alors que je remarque les bandages qu'elle à sur les mains.

-    Tu t'es remise de ta chute d'hier soir, demandais-je en prenant sa main pour voir si je peux voir quelque chose.

-    Ouais, dit-elle en regardant son autre main. J'avais juste quelque cailloux pris dans les plaies. Ce n'est pas la première fois que ça m'arrive. Toi, t'as survécu au foudre de ta mère?

Hein, comment elle sait?

Muet [TERMINÉ]Là où vivent les histoires. Découvrez maintenant