Chapitre 2

34 2 1


Le lendemain de notre arrivée, le réveil se fit tranquillement. Paul et moi avions pris le temps de nous lever afin de faire la grasse matinée. En début d'après-midi, n'ayant rien de spécial à faire, vu que nous avions déjà fait le rangement de la valise la veille, Paul me proposa soudainement d'aller boire un verre sur Paris, comme nous en avons l'habitude quand nous venons passer les vacances chez Caroline. J'aime beaucoup quand il improvise des petites sorties sur un coup de tête ou tout simplement parce qu'on a rien à faire. C'est donc avec joie que j'acceptai sa proposition. Une demi-heure après, le temps de nous habiller et nous préparer, nous étions en route pour la gare afin de prendre la ligne du RER B direction gare du Nord. Ensuite, nous prenons le métro ligne 5 jusqu'à la station République : celle où on s'arrête à chaque fois. Car le café où on aime bien se poser se trouve là-bas. C'est une grande place rénovée il n'y a pas très longtemps, entourée de boutiques, restaurants, cafés et autres. À mes yeux, cette place ressemble à un rond-point géant.

Après avoir marché à peine cinq minutes, nous voilà enfin installés à la terrasse du petit café où nous nous rendons à chaque vacance.

— Aaah ! Nous voilà enfin assis tranquillement en amoureux. Ça fait du bien d'être loin de chez toi, me dit Paul.

— Moi aussi cela me fait du bien, je te rassure. J'adore venir à ce café, il n'y a pas beaucoup de monde, lui répondis-je.

À ce moment-là, un serveur s'approcha de notre table. Le service est toujours rapide ici.

— Bonjour, qu'est-ce-que je vous sers ?

— Je vais prendre un soda s'il vous plait, et toi chérie ?

— Ce sera la même s'il vous plait !

— Ça marche, deux sodas, conclu-t-il.

Puis il repartit à l'intérieur du café. En attendant, Paul sorti son téléphone pour faire je ne sais quoi et je décidai de faire pareil afin de scruter tous les réseaux sociaux sur lesquels je traînais. Quelques minutes plus tard, le serveur revint avec les deux sodas commandés sur son plateau. Il nous les déposa sur la table puis il nous laissa l'addition que Paul attrapa directement une fois que celui-ci s'éloigna.

— C'est moi qui invite, me dit-il avec un petit sourire en coin.

— Tu es sûr ? Ça ne me dérange pas de payer pour une fois, lui répondis-je gênée comme toujours.

— J'en suis certain, ça me fait plaisir.

— D'accord alors, merci mon amour, dis-je en m'approchant de ses lèvres pour l'embrasser.

Il déposa ce qu'il fallait dans la petite coupelle où se trouvait le ticket de caisse, puis commença son coca et je décidai de faire de même.

Nous sommes restés deux bonnes heures à la terrasse du petit café à discuter de tout et n'importe quoi avant de reprendre les transports. Ce que nous ignorions jusque-là, c'est qu'une étrange rencontre nous attendait à quelques maisons de celle de la mère de Paul.

Ne m'abandonne pas...Lisez cette histoire GRATUITEMENT!