/23\

413 55 17

Yuna ne s'était pas trompée : Crystal était assise près de la tombe de sa petite sœur. Elle ne semblait pas pleurer lorsque la petite se matérialisa à quelques pas. La Frenniq n'osa cependant pas l'interrompre, quoi qu'elle fût en train de faire. La fillette remarqua de nouvelles fleurs au pied de la pierre tombale d'Akuma. Elle ne connaissait pas cette variété, mais les trouva très jolies. Il y avait de nombreuses couleurs et l'idée lui vint que la gardienne avait peut-être inventé ces fleurs et qu'elles n'existaient sur aucun monde.

— Tu vas rester à me regarder comme ça pendant longtemps ?

La voix de Crystal claqua comme un fouet et Yuna fit un pas en arrière par réflexe. La gardienne se leva et avança vers elle, sans bouger les jambes : elle volait. Yuna était toujours très étonnée de la voir se déplacer ainsi.

— Excuse-moi, fit Crystal plus doucement. Je ne voulais pas te faire peur.

— Je n'ai pas eu peur, mentit l'autre.

Crystal sourit en reposant les pieds au sol.

— D'accord... Tout le monde va bien, là-bas ?

— Oui. Célina a guéri l'humain poilu. Les autres n'avaient rien.

— Pourquoi tu t'es enfuie après le combat ?

Yuna hésita un instant avant de répondre. La vérité était qu'elle ignorait pourquoi elle était partie. Elle n'avait pas pu supporter le regard haineux de Crystal. En la voyant massacrer ces sorciers, elle s'était retrouvée quelques temps plus tôt, assistant impuissante au massacre des soldats Frenniqs.

— Tu as eu peur que je m'en prenne à toi ?

— Non ! Je n'ai pas eu peur, insista la petite.

— Ah oui, c'est vrai. Pardon. Mais si jamais un jour tu as peur, sache que ce n'est pas grave. On a tous peur un jour ou l'autre...

Un nouveau silence s'installa et Crystal se mit à marcher pour s'éloigner des tombes. Yuna lui emboîta le pas.

— Cette fois, ce n'est pas moi qui ai commencé, tu sais. Et j'ai le sentiment que si on ne les avait pas tués, ils ne nous auraient pas épargnés non plus.

— Comme les soldats de mon village ?

— Oui.

Sans prévenir, Crystal se mit en position et commença à exécuter le nouveau Tao qu'elle avait présenté la veille. Yuna la regarda pendant quelques secondes avant de comprendre qu'elle connaissait ces figures et devait donc pouvoir suivre le rythme lent. Elles répétèrent l'enchaînement quatre fois avant que Crystal ne s'arrête en indiquant à son apprentie qu'elle devait poursuivre. Elle fit apparaître une canne de bois dans sa main verte et s'en servit pour corriger les positions de la fillette.

— Tu sais, lança-t-elle en rectifiant l'écart entre les pieds de la Frenniq, je n'ai pas toujours été une tueuse acharnée. Quand j'étais plus jeune, avant d'apprendre la sorcellerie, on se battait souvent dans les rues avec ma sœur. On mettait des raclés aux voyous, quand on en avait l'occasion. On a fracturé quelques os et distribué un paquet d'ecchymoses et de contusions, mais je crois bien qu'on n'a jamais tué personne. À cette époque, lorsqu'on mettait un type au tapis, il ne se relevait pas. Il savait admettre qu'il était battu. Il n'avait pas non plus de sort pour guérir en quelques secondes ou nous tuer à distance, juste en faisant des mouvements étranges avec ses bras. Tu dois être plus souple sur tes genoux, sinon tu es aussi vulnérable qu'un arbre sans racine !

Pour appuyer son propos, la gardienne poussa, d'un geste vif, sur une des épaules de la fillette qui perdit l'équilibre et chuta sur les fesses. L'élève se releva rapidement et reprit la même position en fléchissant davantage les jambes. Crystal répéta la manœuvre et, si la Frenniq chancela, elle ne tomba pas.

L'apprentie - Le Grand Livre 2Lisez cette histoire GRATUITEMENT !