6 - Mondanités et responsabilités

57 4 2


L'élévateur fonctionnait sur un simple principe hydraulique, si simple en vérité qu'il en devenait complexe d'expliquer où la machine puisait la puissance de se mouvoir. Les Maisons Luz et Arrida se chargeaient de maintenir les engins, le reste de la Tour leur faisait confiance à ce sujet. Hors pannes, une cabine se voyait universellement considérée comme un lieu sûr.

Les portes de la sienne fermée, Nathanaël de Luz reprit son souffle. Un courant d'air changeant de direction sur sa nuque l'informa que le sylphe faisait le tour des lieux. Angeline commenta :

Ce n'est pas large.

Cette touchante conclusion répondit à une question que le maître des Illusions s'était un jour posée au milieu d'un roman, alors que le fringuant héros Michel rangeait son fleuret oint à l'extrait de viscères en critiquant la disposition des balconnets : oui, il existait une personne parmi ses connaissances capable de disserter sur l'architecture d'intérieur après avoir abattu quatre hommes.

— Nous ne resterons pas longtemps.

Où allons-nous ?

— Les quartiers de la Maison Luz.

Territoire ami ?

— Je veux ! J'en suis le patron.

Quel genre de patron finit au fond d'une geôle ?

Nat se força à reprendre plusieurs fois sa respiration avant de répondre. Il bafouilla au premier essai. Le second se révéla plus concluant :

— N'est-ce pas un assassin qui me pose cette question ?

Tout dépend du point de vue.

Bouche béer bloquait la bonne prononciation des syllabes.

— 'mande 'ardon ?

Le meurtre ne peut être le fait que d'une entité pensante.

— Et ?

Je vais t'aider : « Meutre, [mœʀtʀ], acte volontaire par lequel une personne donne la mort à autrui. »

Deux battements de cils.

— Et ?

Primo, si je ne suis pas un être pensant, je n'ai pas de volonté ; deuxio, quand bien même je penserais, reste à savoir si je suis une personne ; tertio, rien n'indique qu'ils ont trépassé ; quarto, je ne les considère de toute façon pas comme autrui. Tu comprends mieux ?

— Non content de cracher sur l'éthique et d'irriter le bon sens, tu te moques de moi. Je commence à cerner un schéma.

Et pendant ce temps, nous n'avançons pas.

— Attends deux secondes que je déclenche le grand levier...

L'élévateur s'ébranla sans qu'il y eût touché. Luz blêmit.

— Si personne ne l'appelle avant.

De la compagnie à prévoir ?

— Oui, et avant que tu ne commettes la faute de goût de poser la question, ce n'est pas une bonne chose pour nous.

Au moins, ici, ce n'est pas large.

— Quel rapport ?

Ce n'est pas une mauvaise chose pour nous.

Nathanaël n'eut pas le temps de protester : la cabine s'arrêta, un tintement discret retentit, et les portes s'écartèrent. L'homme qui entra enclencha le grand levier sans prêter attention à l'autre occupant visible. Il ne se tourna pour lui adresser la parole qu'une fois l'élévateur en marche.

MirageWhere stories live. Discover now