5. Ligue clandestine

3.1K 382 43

La nuit s'acheva et il en fut de même pour le service de la Chimère. Aitsuki et Rufus remontèrent les chaises sur les tables en silence. Chacun avait des informations à demander à l'autre mais la jeune femme était en colère contre le vieil homme et refusait donc de lui adresser la parole. Son comportement paternel mais surtout machiste au possible avait laissé un goût amer à la jeune femme. Ce bien qu'elle sache pertinemment qu'il lui avait probablement sauvé la vie. Pour sa part Rufus ne comprenait ni le fait qu'elle ne l'ait pas sollicité de suite, ni qu'elle lui tienne rigueur pour l'avoir aidée. Elle s'était mise dans un sacré pétrin avec Nox et ne le réalisait même pas.

Un client qui avait une chambre à l'étage vint demander à manger avant son départ. Aitsuki soupira puis acquiesça et prit la direction des cuisines tandis que Rufus passait un coup sur une table avant d'inviter l'homme à s'asseoir.

— Tu sais qu'on ne fait plus ça Harold ? prit soin de préciser Rufus, je n'ai pas assez de personnel pour être disponible jour et nuit.

— Tu sais où tu m'envoies Rufus, répondit l'homme, mieux que quiconque tu sais qu'il me faut des forces.

— Où vous envoie-t-il ? demanda Aitsuki qui revenait avec un plateau de victuailles froides.

Elle regarda Rufus à la recherche d'une réponse mais il détourna le regard. Le dénommé Harold quant à lui, s'empressa de croquer dans un fruit. Une fois la bouche pleine il était inconvenant de parler.

— Où va-t-il Rufus ? questionna encore la jeune femme.

Le vieil homme s'étonna à voix haute qu'elle ne boude plus, dans l'espoir qu'elle prenne la mouche et parte mais, à son grand désarroi, l'adolescente avait un caractère affirmé et volontaire. En temps normal il appréciait ces qualités qu'il avait décelées chez elle quelques semaines plus tôt mais pour l'heure elles l'incommodaient fortement.

— C'est trop tôt gamine, tu n'es pas prête, murmura-t-il.

— J'ai déjà Nox sur le dos, répliqua cette dernière, cela ne peut pas être pire.

Harold manqua de s'étouffer en entendant le nom du mage-guerrier et demanda aussitôt des explications : que venait-il faire ici et quelles étaient ses relations avec la jeune femme. L'homme avait une bonne quarantaine d'années et du vécu dans les pattes mais il tremblait presque de peur. Rufus répondit qu'Aitsuki aurait ordonné l'assassinat de deux mages-guerriers de Théa, au marché noir qui plus est.

— Et Nox a pris la mission ? s'étonna Harold, il a accès au livre noir ?

La peur était maintenant palpable dans la bouche de l'homme, Aitsuki ne comprenait pas tout mais une chose était sûre, cela n'avait rien de légal. Rufus leva les yeux au ciel et l'autre plongea le nez dans son vin, conscient qu'il avait trop parlé.

— Rufus... Tu es membre d'une ligue clandestine ?

Le crime était bien organisé à Théa et de par le monde. Outre les petits brigands il existait de grandes coalitions de criminels qui s'alliaient en ligues, obtenant ainsi un réseau et une organisation à l'efficacité proche de celle de Théa et des autres cités guerrières. Certaines ligues étaient si puissantes qu'elles avaient quitté la clandestinité et opéraient en toute illégalité au grand jour. Elles avaient évolué et étaient devenues des villages, des cités. Un petit pays était même né sous l'impulsion d'une ligue plus si clandestine. L'armée de Théa l'avait anéanti peu après sa création, au cours d'une guerre qui avait vu l'émergence de légendes, mais aux yeux de tous les criminels il avait eu le mérite d'exister. Les ligues clandestines étaient un fléau à éradiquer. Théa et son conseil avait horreur du crime organisé, sous toutes ses formes. Si Rufus en était membre alors tout le monde autour de lui était en danger.

NoxLisez cette histoire GRATUITEMENT !