Chapitre 3 - Une vie de machine

23 2 1
                                                  

Nanami fredonnait d'un air joyeux dans sa chambre en une belle matinée ensoleillée. Encore en petite tenue, celle-ci commença par accrocher son médaillon autour de son cou, puis enfiler chemise, cravate, jupe et enfin blazer. Elle s'observa quelques instants dans un miroir.

Elle prit alors le ruban que Haruka lui avait offert et le noua dans ses cheveux. Posant devant son miroir, elle commença à s'observer sous différents angles.

— Tout est OK !

Pour finir, elle prit la montre éternellement éteinte sur son bureau et l'attacha à son poignet.

Elle faisait désormais intégralement partie du foyer Ayase-Ichinose, et occupait la dernière pièce encore disponible dans la maison où Jin et Haruka vivaient. Sa chambre avait été aménagée avec des meubles achetés à la va-vite par ses tuteurs durant le week-end qui avait suivi son arrivée. Un lit, un bureau, une commode, une armoire, et un grand miroir (exigé par Haruka) décoraient la pièce. Décorer était en fait un bien grand mot, car la chambre manquait cruellement de ce qui caractérisait habituellement celle d'une adolescente : un peu de fantaisie.

Nanami avait encore beaucoup à apprendre de la vie humaine, mais elle était sur le bon chemin.

Enfin, pas tout à fait, d'après certains.

Haruka et Jin, postés dans la cuisine, virent passer la jeune fille en coup de vent.

— Bonjour Haruka ! Bonjour Jin !

Nanami continua jusqu'au salon et alluma directement la télé en la fixant des yeux. Debout devant l'appareil, elle observa avec une attention toute particulière les mouvements de la star de la musique populaire japonaise du moment, Teri Suzumiya, dont un clip musical passait à l'écran.

Entendant de la musique depuis la cuisine, Haruka et Jin jetèrent un coup d'œil dans le salon, intrigués. Ils restèrent quelques instants à observer Nanami, occupée à reproduire les pas de danse à l'écran.

— Nanami ? demanda Haruka, étonnée.

Elle sursauta lorsque son nom parvint jusqu'à ses oreilles.

— Oui, pardon ! C'est sa toute dernière chanson !

Leur protégée n'avait pas daigné les regarder, trop concentrée sur ce qui se passait sous ses yeux.

— Elle commence bien, commenta Jin, enfilant sa veste.

Ce dernier portait un costard, l'attirail du parfait salaryman japonais. D'après Haruka, cela lui allait même à ravir. Si celle-ci n'avait pas les contraintes vestimentaires de Jin, elle était tout de même vêtue d'une jupe et d'un chemisier.

Elle haussa le ton, les mains sur les hanches :

— Nanami ! Tu vas être en retard ! Va prendre un petit déjeuner !

La chanson venait de se terminer, et Nanami coupa la télévision d'un coup d'œil.

— Oui, oui !

Elle se dirigea vers la cuisine et avala son petit déjeuner d'une traite. Une tartine de pain encore à moitié dans la bouche, elle commença à enfiler ses chaussures et prendre son sac.

Nanami avait l'air bien pressée de partir en cours, mais Haruka l'interrompit en l'attrapant par le col avant qu'elle ne puisse franchir le pas de la porte.

— Minute, jeune fille ! Tu ne sors pas d'ici avant d'avoir terminé ta tartine ! On n'est pas dans un manga ici, hors de question que tu partes à l'école avec ça dans la bouche !

Eternity - Une éternité pour être heureuxLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant