Chapitre 31

4.1K 223 28
                                    

Point de vue de Camila

On est lundi aujourd'hui, c'est notre premier jour de cours où on est en couple et je ne sais pas vraiment comment ça va se passer. Ma mère et ma petite sœur ont adopté Lauren, tout ce passe à merveille même si je vois que Lau' n'est encore très à l'aise. Elle a l'air perdu de temps en temps quand elle voit à quel point nous sommes proches où complices, elle n'a pas l'habitude de ce genre d'environnement familial.

J'enfile une jupe à carreaux bleue et blanche avec un haut blanc, je met des chaussettes montantes et prépare mon sac de cours avant d'aller déjeuner dans la cuisine. Je commence à manger mes tartines quand je vois Lauren descendre à son tour dans la cuisine. Elle porte une jupe à carreaux aussi mais la sienne est noire et rouge avec un haut noir assez travaillé. Elle arrive vers moi en se frottant les yeux, comme une enfant mal réveillée, elle dépose un chaste baiser sur les lèvres avant de s'asseoir en face de moi pour déjeuner.

Tout le week-end a été magique, j'ai encore du mal à imaginer que celle qui m'a si mal traitée pendant ce qui m'a semblé être une éternité est maintenant si douce avec moi et surtout que cette même fille, que Lauren Jauregui soit ma petite amie.

Après avoir fini de nous préparer et de déjeuner, nous nous dirigeons vers notre arrêt de bus. Nous marchons pas très longtemps avant de l'atteindre, nous n'avons pas vraiment parlé par rapport à cette journée, ce que nous allons faire mais je ne pense pas qu'elle soit prête à assumer notre relation, bref on verra bien. Nous montons dans le bus, côte à côte sous le regard un peu choqué de certains, en même temps ils n'ont pas l'habitude de nous voir aussi proches sans qu'elle veuille me taper dessus. Je lui tends l'un de mes écouteurs et nous faisons le trajet sans nous parler, en écoutant juste de la musique.

Nous arrivons au lycée côte à côte, Lauren rejoint Dinah et moi je vais chercher mes affaires dans mon casier. J'ai un assez mauvais pressentiment en saisissant mes affaires, un peu comme quand Lauren m'attendait derrière la porte de mon casier pour me coller une raclée. Je me calme en me disant que Lauren n'avait aucune raison de faire ça maintenant et que de toute façon elle est partie dans le sens opposé. Je finis donc de préparer mes cours et je ferme la porte de mon casier. Personne derrière. Tu vois Camila, tu paniques toujours pour rien, y avait pas à s'inquiéter. Je me retourne et sursaute en voyant Shawn et Austin accompagnés de quelques autres curieux derrière eux. Mais quelle bande de cons ceux-là.

« Alors Cabello, Lauren a eu tellement pitié de toi qu'elle est venue te protéger comme une maman, c'est tellement pitoyable de ne pas avoir d'amis au point de devoir être aidée par son ennemie, commence Shawn. Enfin aidée, tu as fait genre mais en vrai c'est toi qui l'a chauffé hein ? »

Il est vraiment con ce mec, je me demande comment j'ai pu être ami avec lui un jour...Les élèves derrière sont en train de rire comme les idiots qu'ils sont. Y en a pas un pour rattraper l'autre dans ce lycée de merde. Et dire que y a pas si longtemps, je n'aurais rien dis et je les aurais laissé continuer à m'insulter sans rien faire, je pleurerais comme une conne toute seule dans mon lit le soir, quand personne de peut me voir... Dommage pour eux, cette Camila n'existe plus.

Je lâche un sourire méprisant, relève la tête et les regarde avec l'expression la plus condescendante qu'il m'est été donné d'avoir. C'est partiii, vous vouliez de l'insulte ? Vous allez être servi :

« Tu fais le fière Shawn mais en vrai tu es jaloux hein ? Je sais pas mais t'as dû être une très mauvaise chienne pour que ton chéri ait eu envie de se vider les couilles assez fort pour choisir quelqu'un d'autre. Et puis toi, t'étais tellement en chien que tu as même pas réussi à trouver quelqu'un de consentant, je suis vraiment désolée si avec ta tête de cul même des putes ne voudraient pas se faire fourrer par ton micro-pénis. Avoue, même ta main droite ne voulait plus de toi. »

La bande de cons derrière les deux abrutis que je viens de castrer verbalement se met à rire de plus belle mais pas de la même personne, eux aussi devraient fermer leurs gueules.

« Et vous là derrière, vous voulez pas aller vous acheter des amis, de la personnalité ou un cerveau ? Non mais parce que venir rire des histoires des autres comme devant une télé-réalité pourrie c'est pathétique. »

Ils se taisent enfin, bah ouais c'est moins drôle quand on parle de vous d'un coup. Je vois Shawn froncer les sourcils, il semble vraiment énervé mais je ne m'en préoccupe pas, je commence à faire demi-tour pour partir quand je l'entends m'appeler.

« Ne m'en veux pas pas si après ça je dis à tout le monde ton petit secret. »

Merde, j'avais oublié que je lui avais dit à lui. Je me retourne vers lui, qu'est-ce qu'il me veut...

« Je vois que tu as compris, alors maintenant tu vas t'excuser bien gentiment. »

Je n'ai aucune envie de m'excuser auprès d'un gars comme lui, ça me coûte énormément d'avoir à le faire mais je n'ai pas vraiment le courage d'assumer mon homosexualité dans ce lycée. Je commence à ouvrir la bouche :

« Je-

-Attends un peu, tu ne penses pas que ça va être aussi facile, à genou, et je veux des excuses digne d'un roi. »

Je siffle entre mes dents :

« Enflure

-Quoi, j'ai pas entendu ?

-Rien.

-Je préfère. »

Je serre les dents et pose un genou à terre, je fronce les sourcils. L'état de rage dans lequel je me trouve est indescriptible, je pose le deuxième et m'apprête à m'excuser devant cette ordure lorsque je me sens basculer en avant. Mes mains me font mal, l'un des sous-fifres des imbéciles vient de me pousser.

« J'avais demandé digne d'un roi non ? » Ricane Shawn.

Ma mâchoire se crispe un peu plus et je relève la tête sans changer de position, je suis à quatre pattes devant une bonne partie de l'école. J'ai envie de hurler mais je me contrôle, quelques personnes essaient de me bousculer, de me faire tomber mais je ne bouge pas. Je vais vraiment être obligée de m'excuser auprès d'eux ?

« Alors ces excuses, je les attends mon chou. »

J'ouvre la bouche pour commencer à parler quand...

15/07/2016

-C

Oublie-moi [Camren]Où les histoires vivent. Découvrez maintenant