Comptes là-dessus !

C'est donc le sourire aux lèvres, et des images de Vicky, en train de gémir mon prénom dans chaque pièce de l'appartement, plein la tête, que je continu de préparer le petit déjeuner. Je sors la brique de jus d'orange, attrape les tartines et en met deux dans le grille-pain. Je m'allume une cigarette et c'est à ce moment que je remarque enfin Vicky. Elle se tient à une bonne distance de moi et semble perdue.

-Ça va pas, dis-je en fronçant les sourcils. T'es toute blanche ? Tu veux que je t'emmène chez le médecin ?

Elle ne répond toujours pas et je commence vraiment à m'inquiéter lorsque son beau regard vert se remplie de larmes. Réfléchis Trevor... Est-ce que tu as fait quelque chose de mal, hier soir ? Non, je pense pas... Au contraire même. Son anniversaire, c'est quand ? Mois de Février, on est qu'en Septembre. Date de notre rencontre ? J'en sais rien... Laquelle d'abord ?

-Trevor, je crois qu'il faut qu'on parle...

C'est pas bon signe ça... Ok, j'ai jamais eu de relations sérieuses, avant celle-ci, mais faudrait être complétement con pour ne pas savoir que lorsqu'une nana dit ça à son mec, bah ça sent les emmerdes. Et là, j'ai un éclair de lucidité et je me sens soulagé. Je souri doucement et lui dis

-Tu t'en veux d'avoir utilisé le sexe contre moi hier soir ? J'ai bien vu que ça n'allait pas et que t'as commencé à me chauffer pour ne pas à avoir à me dire ce qui te tracassait... Vicky, on a toujours fonctionné comme ça...

Elle s'approche doucement, attrape une chaise et s'y installe. Je continu de fumer ma cigarette et cherche à savoir ce qu'elle a bien put essayer de me cacher hier soir en utilisant son corps comme d'une arme. D'ailleurs ça ne me dérange pas du tout, elle peut faire ça quand elle veut. Et comme je l'ai dit, c'est ce qu'on a toujours fait d'ailleurs... Pourtant, je me souviens d'une chose... Putain de merde ! Elle a déjeuné avec Britney hier midi... Est-ce qu'il s'est passé quelque chose ? Elle a appris que le grand con se servait d'elle pour me faire chier...

Je prends mon courage à deux mains et la rejoins. Je me baisse pour être à sa hauteur et lui dis doucement, en la regardant droit dans les yeux

-Ça a un rapport avec Britney c'est ça ? Il s'est passé un truc pendant que vous déjeuniez ? T'as ressenti le besoin de coucher avec une nana ? C'est Will qui a préparé tout ça, hein ? Je vais aller lui casser la gueule, depuis le temps que ça me démange... Et tu sais ma belle, j'accepte totalement ta bisexualité, mais si jamais...

-Ça n'a rien à voir avec ça Trevor, me coupe-t-elle. Britney vient d'emménager dans le même immeuble que Will... Il a voulu être gentil avec elle et lui faire rencontrer du monde. Il ne savait pas que c'était la même « Britney ». Il a compris lorsqu'elle t'a décollé une gifle.

Ouai... Mon cul ! C'est facile comme explication... Bref, passons. Les yeux toujours perdus dans le vague, sans aucune expression sur le visage, sauf des larmes au coin des yeux, et après de longues secondes de silence, Vicky reprend calmement.

-Je suis enceinte...

                                                                                                       ***

                                                                                                     Vicky

J'attends une réaction, mais Trevor reste là, face à moi et me regarder comme si il venait de me pousser une corne en plein milieu du front. Je crois qu'il est en état de choc et je suis à deux doigts de le gifler, pour le faire revenir avec moi, lorsqu'il explose littéralement de rire.

Je le regarde se retenir à la table de la cuisine pour ne pas finir par terre. Il rit, il a les larmes aux yeux, et il n'arrive pratiquement plus à respirer. Sa cigarette tombe par terre, mais il n'a pas l'air de le remarquer, et il continu à se tordre dans tous les sens en riant. Alors je la ramasse et l'écrase moi-même dans le cendrier en attendant que sa crise de fou rire prenne fin.

-Putain... Pfiou... Attends..., dit-il en essayant de se calmer.

Il ferme les yeux, respire deux fois à fond, un rictus au bord des lèvres et lorsque ses yeux rencontrent les miens une nouvelle fois... Il explose à nouveau de rire. Je me lève, attrape mon café et vais m'asseoir sur le canapé en attendant qu'il se décide vraiment à se calmer et à venir en parler avec moi. Ok, j'ai oublié de prendre ma pilule, mais ce bébé je ne l'ai pas fait toute seule non plus et sa réaction m'énerve. Qu'est-ce qui le fait rire d'abord ? Y'a vraiment rien de drôle...

Je l'entends souffler encore quelque fois... Un petit rire... Puis il se décide enfin à me rejoindre, le sourire aux lèvres et des larmes plein les yeux... Mais pas les même que moi.

-Ok... Bon, maintenant que tu m'as sortie ta vanne pourrie, tu peux peut-être me dire la vérité, dit-il en restant debout face à moi.

Parce qu'il prend ça pour une blague ? Il croit quoi là ? Que j'ai seize ans d'âge mentale et que ça m'éclate de faire croire à mon mec, avec qui j'ai un passé assez « chaotique » et que je fréquente depuis seulement cinq mois, qu'il m'a fait un bébé sans le vouloir. Je reste assise les poings serrés...

-Bon aller Vicky, accouches, dit-il en se retenant de rire.

Cette fois je me lève d'un bon, sort ce foutu bâtonnet de la poche de mon peignoir en soie, et lui fout sous le nez.

-Faudra que t'attendes neuf putains de mois pour ça, Trevor !

Il recule en fronçant les sourcils, et son sourire disparaît immédiatement. Il regarde la petite fenêtre pendant au moins deux bonnes minutes sans rien dire. Puis, il tourne son regard vers moi, le petit bâtonnet toujours entre nos deux visages

-Tu prends plus la pilule ?

Alors c'est ça ? Il croit que j'ai arrêté de me protéger sans lui en parler... Je le savais, je connaissais sa réaction, je ne devrais même pas être surprise. Il croit que je l'ai piégé... Et ça me fait tellement mal. Je relaisse tomber mon bras le long de mon corps et pose le petit bâtonnet sur la table.

-J'en ai oublié une, dis-je doucement. Une seule et voilà le résultat...

Mon regard descend automatiquement au niveau de mon ventre, puis je relève les yeux vers Trevor. Il ferme les siens, se passe les deux mains dans les cheveux et je sais immédiatement que c'est mauvais signe. Il me regarde une dernière fois, sans aucune émotion, et sans rien dire, il attrape sa veste, ses clés de voiture et sort de l'appartement en claquant la porte.

Je me laisse tomber sur le canapé, regarde ce foutu bâtonnet une dernière fois, l'attrape et le balance contre le mur aussi fort que je le peux, avant d'éclater en sanglots.

Pour le plaisir de nous faire souffrir/Bonus Vicky/Trevor Lisez cette histoire GRATUITEMENT !