La mécartificienne

4.1K 721 36

Les premières semaines de septembre, Naola se rendit tous les jours au Boulon Plein pour réparer et entretenir les prothèses des mécartificiés qui acceptaient son aide

Oups ! Cette image n'est pas conforme à nos directives de contenu. Afin de continuer la publication, veuillez la retirer ou télécharger une autre image.

Les premières semaines de septembre, Naola se rendit tous les jours au Boulon Plein pour réparer et entretenir les prothèses des mécartificiés qui acceptaient son aide. Si Mordret l'apprit – et il était fort peu probable qu'il ne l'apprenne pas – il n'émit pas le moindre commentaire.

La jeune fille s'improvisa mécartificienne et se découvrit un certain sens de la mécanique. À l'école, elle faisait partie des élèves qui estimaient indispensable que tout pilote sache, au moins en surface, monter et démonter son engin. Plus d'une fois, elle nota des similitudes dans les résistances des matériaux ou dans les schémas de fluides des composants magiques. Entre l'articulation d'un membre artificiel et la jonction des ailettes de retors, par exemple, il n'y avait que la forme qui variait. Le principe dynamique restait le même.

Elle abusait de la bibliothèque du Pub pour se documenter sur les problèmes qu'elle peinait à résoudre. En quelques semaines, elle gagna une petite réputation au sein de la population des presque-organiques.

L'arrière-cour du Boulon Plein faisait office d'atelier. Le bar se transformait en salle d'attente dès qu'elle s'installait. Elle y posait sa malle à outils quelques heures, chaque jour, avant d'aller prendre son service au Pub. Elle étalait son matériel à même le sol et œuvrait sur tous ceux qui se présentaient à elle.

Elle préférait ne pas manipuler les augmentations visuelles ou les implants gris. Toucher à ces artifices directement reliés au cerveau, c'était risquer de faire plus de mal qu'autre chose. Hormis ces rares exceptions, la technologie des presque-organiques se révélait beaucoup plus grossière que les engins volants.

Celle du gamin sur lequel elle intervenait ce matin-là était déprimante de simplicité. Le môme de douze ans marchait sur un genou mécanique, mais le bas de sa jambe restait organique. Un montage peu courant et pas très heureux, car l'enfant souffrait de gros problèmes de mobilité et des douleurs atroces sur le membre raccordé.

« Ça coûte moins cher de faire comme ça », lui avait-il expliqué, quand elle avait commencé à travailler sur son cas.

Il lui manquait des pièces lorsqu'il s'était présenté à l'atelier, la veille au soir. Naola l'avait renvoyé chez lui et s'était débrouillée pour trouver le matériel nécessaire. Les commerçants des Halles Basses vendaient absolument tout. Le petit était revenu aujourd'hui et la jeune fille avait pu reprendre son ouvrage.

La mécartificienne se redressa en attrapant un chiffon pour s'essuyer les mains. Le gamin fit jouer son genou, une grimace plaquée sur le visage. Il se détendit progressivement et sourit à la sorcière. Naola le regarda s'éloigner et lui rendit son signe d'au revoir.

Il boitait moins, elle était satisfaite.

« Demain, je ne viens pas, Héris, annonça-t-elle à la vieille femme alors qu'elle lui apportait un café. C'est la rentrée. Je ne pourrais plus vous dépanner, sauf peut-être le week-end. »

Bienvenue au Mordret's Pub - Tome 1 [SCE]Lisez cette histoire GRATUITEMENT !