Chapitre 2 - Le reflet

106 3 0


Apprendre de ces erreurs est une force


C'est vrai que la vie paraît parfois difficile. Mais j'ai la chance de vivre dans un pays confortable. Et, à y bien réfléchir, le fait de vivre dans une société basée sur le confort, plutôt que la survie, ou l'idéologie, c'est un don. Je ne remercierais jamais assez tous ces humains qui ont fait de leurs mains, et de leurs cris, cette terre idyllique. Bon, j'avoue ce n'est pas complètement utopique. Il y a des conflits, des souffrances, des erreurs, des incompréhensions. Mais dans l'ensemble, il y a cette routine de la vie, qui est reposante, apaisante, et aussi, parfois frustrante.

Pour que tu comprennes l'ensemble. Je vais te décrire une partie du chemin que j'ai fait avant de te connaître. Ce bout de route, a été légèrement chaotique. Dans ce chapitre, je m'apprête à te raconter les événements qui ont fait de moi, ce que je parais en société. C'est une image, un masque. Il n'est pas complètement moi, il fait partie de moi. Cette notion est importante, dans le sens où tout ce que j'écris, vient de moi. J'ai fini par l'accepter. Et depuis, ma foi, la vie me paraît belle et magique. Une chose que tu dois savoir, c'est que les faits que je raconte, sont transformés, ils partent tous de quelque chose que j'ai réellement vécu, mais afin de garder mon anonymat, ils sont maquillés, modifiés, tant dans la temporalité que dans la localisation.

La chronologie va de mes six ans jusqu'à mes dix-huit ans. Ce n'est pas la partie la plus passionnante. Mais il faut bien commencer par quelque chose. Au cours des chapitres, tu verras que je reviens plus précisément entre certains épisodes.

Bien, commençons par les quelques souvenirs d'enfance que j'ai. Disons, que mon début de vie a été mouvementé, et que ce chapitre commence là, où il y a une certaine stabilité. Très tôt, j'ai appris qu'il fallait être poli, et ne pas faire d'esclandre. Rester dans le peloton, ni très bon, ni très mauvais, juste dans la moyenne. La politesse, et la moyenne sont les deux principes les plus efficaces en matière d'énergie. Mais pourquoi faire ça ? Tout simplement pour qu'on me foute la paix. Je ne demande rien. Car je considère qu'il y a toujours un prix. Et pire, tu peux très bien avoir ce que tu as demandé, mais pas du tout sous la forme que tu avais espéré. Ce qui peut provoquer de la déception, et de la souffrance.

Donc, dans ma sixième année, la plus jolie fille de la classe m'avait invité à son anniversaire. Accessoirement, j'en étais amoureux. J'ai toujours refusé de le lui dire, car c'était une fille. Bon ce passage, je pense que seul un garçon d'une demi-dizaine d'années peut le comprendre. Et parmi mes talents, j'ai celui de pouvoir naviguer émotionnellement à travers mes âges passés. En tant que parent, c'est très utile. Donc voilà, je suis allé à cette fête d'anniversaire. Et là, malheur, il n'est pas question de jouer dehors (c'était l'été, il me semble). Il est question de danser ... des slows ... Nan, mais, sérieux on n'est pas câblé pareil, ... les hommes et les femmes. C'est quoi ce souhait de se coller l'un à l'autre en tournant en rond, et surtout avec celle que tu trouves jolie ? Les femmes n'ont même pas l'idée du sentiment de déstabilisation que cela provoque chez moi. C'est déstabilisant, car en tant que garçon, les câlins je ne savais pas ce que c'était. C'était tout nouveau. Et en plus, il se passait des trucs en moi, dont je n'avais même pas idée. Dans ma tête, ça faisait warning, warning, conscience en perdition, directive non connue à ce jour pour répondre correctement. Bref, j'ai quand même dansé le slow, mais pas en se collant,... juste en se touchant du bout des doigts. Epreuve passée, tout le monde est content. Je me souviens de cette danse, car c'est un joli souvenir. Je le trouve touchant, et surtout, c'est un bon résumé de ma maladresse à l'égard de la gent féminine. J'ai pas mal de souvenirs de ce genre. C'est toujours pareil. Je ne comprends pas ce que l'autre veut. Alors, je prends mes distances, ou je dis quelque chose qui est en rapport avec la réponse souhaitée, mais uniquement de mon point de vue.

Le reflet du roiLisez cette histoire GRATUITEMENT !