Ecorché

2.5K 116 32

Théo

Deux coups légèrement frappés à la porte me sortent de mes réflexions et font accélérer les battements de mon cœur. Prenant une profonde inspiration, je me lève prestement pour aller ouvrir. 

Oui, ça ne peut être qu'elle. Mais tout doux...DE.TA.CHE.MENT, Théo, ne rien lui montrer... 

- T'es en retard, petite traînée !

Je la fais entrer brusquement, lui arrache son sac à main que je jette au sol puis la saisis par le cou pour la plaquer contre le panneau en bois. Putain, rien qu'en voyant ce regard effrayé, je bande déjà. Sans parler du fait qu'elle respire bruyamment, ce qui ne fait rien pour arranger mon état. Mon but n'est pas de lui faire mal, ma prise ne l'étrangle pas, il s'agit seulement de planter le décor en lui montrant qui est le patron. Je veux qu'elle comprenne que mon plaisir naît de sa soumission et qu'elle-même en tirera un certain bien-être. J'approche mon visage du sien et Vanessa me repousse en posant sa main sur mon torse, collant sa seconde paume devant sa bouche.

- Je... je ... n'embrasse pas... 

Elle se la joue à Pretty Woman ou quoi ? Ma cocotte, si tu penses qu'il va te tomber dans les bras, tu te trompes ! 

Je crois qu'elle n'a pas encore intégré ce que je recherchais en faisant appel à ses services. Il va falloir que je lui réexplique clairement les choses. Je reste convaincu qu'elle n'aura pas peur, sa dernière performance m'ayant démontré qu'elle possède les aptitudes nécessaires à ce genre de baise :

- Ici, c'est moi qui donne les ordres. Tout ce que tu dois savoir de moi, c'est que je ne suis pas un riche homme d'affaires qui va venir te délivrer avec un bouquet de fleurs coincé entre les dents. Sois tranquille. Moi non plus, je ne veux pas t'embrasser. La guimauve, ce n'est pas mon truc. Et la prochaine fois que tu poseras la main sur moi, je te le ferai payer très cher... Plus jamais tu ne me touches, t'as compris ? Concernant ta bouche, le seul endroit où elle a le droit de se poser est sur ma « queue, achevé-je en passant mon doigt sur ses lèvres.

Elle hoche la tête pour signifier son consentement, ce qui va nous permettre de passer aux choses sérieuses... Je relève ses bras au-dessus de son crâne, l'immobilise dans cette position d'une seule main, tandis que l'autre effleure ses seins à travers son soutien-gorge. Avec une délectation non feinte, je m'aperçois que ses tétons pointent déjà atrocement. Hypnotisé par sa veine qui palpite, je plonge dans son cou pour le mordiller. Son visage se penche aussitôt en arrière et elle se cambre dans un soupir qui me donne des sueurs... Il faut qu'elle arrête, sinon je vais la baiser sur-le-champ...

- Le léopard ne te va pas du tout. Enlève ça immédiatement.

Je m'éloigne d'elle pour admirer le spectacle. Je m'assieds dans le fauteuil situé à l'angle de la pièce pendant qu'elle dénoue l'attache de sa robe qui, maintenant, glisse lentement le long de son corps. Son visage tourné vers le sol, elle se tient désormais devant moi en sous-vêtements violine et talons aiguilles. Seule sa respiration saccadée traduit le trouble qu'elle ressent. Je me caresse à travers mon boxer tant l'image qu'elle renvoie m'excite et, d'un signe de tête, je l'invite à me rejoindre. Elle m'obéit, avançant vers moi dans un déhanché diabolique. Pendant ce temps, je me relève pour terminer de me déshabiller et je lui claque violemment les fesses avant de me rasseoir. Elle tombe à genoux devant moi.

- Maintenant, en bonne chienne que tu es, tu vas me sucer. Tu vas me baiser uniquement avec cette bouche insolente. Place tes mains derrière ton dos, lui ordonné-je afin d'être sûr qu'elle ne puisse me toucher.

Vanessa s'exécute puis approche ses lèvres teintées de rouge près de ma queue. Ses cheveux blonds viennent chatouiller mes cuisses, ils sont doux et agissent comme un baume réparateur sur ma peau. Son souffle chaud faisant vibrer ma verge, je durcis davantage. Elle commence ensuite à lécher mon membre d'une lenteur presque irritante, comme si elle voulait en découvrir les moindres détails. Au moment où je commence à ne plus en pouvoir, elle finit par enfouir brusquement dans sa bouche la partie de mon corps qui, à cet instant, est la plus irriguée... 

Dirty Love ( Sous contrat d'édition, tout plagiat sera lourdement sanctionné)Lisez cette histoire GRATUITEMENT !