Acte 1 - Scène 7 : Adulée par les hommes, détestée par les femmes

75 10 5



Lady Susan, seule



Susan - Me voilà donc chez Charles et Catherine Vernon. Si j'avais su ... Non vraiment, il faut que je sois tombée bien bas pour en arriver là. Enfin, je n'avais pas tellement le choix. S'ils savaient que j'ai été expulsée de Langford comme une malpropre ! L'affaire alimenterait leurs conversations pour le reste de leur misérable vie. J'espère au moins que les bruits de couloir ne leur sont pas encore parvenus aux oreilles. Ils seraient outrés et me jetteraient dehors eux aussi. Quoi que je pourrai toujours compter sur Charles pour me trouver des excuses. Il est si naïf. Je dois quand même rester prudente et me faire discrète au possible. Si Charles est déjà tout à moi, Catherine est plus difficile à amadouer. Je sais bien qu'elle ne m'aime pas, et à juste titre, mais il doit bien avoir un moyen de l'adoucir un peu. M'exalter devant l'éducation et la beauté de ses enfants semble être une approche prometteuse. Et ce jeune Reginald. Reginald ! Cet homme est un antidépresseur à lui tout seul. Son esprit est si malléable, il fait déjà un dupe parfait. Un battement de cil et hop ! il est tout acquis à ma cause. De quels qualificatifs a-t-il usé pour me décrire ? Modeste et dévouée ? Qu'il est charmant. Je vais me délecter de jouer un peu avec lui. Il me faut bien ça pour me remonter le moral. Surtout après ce que Frederica vient encore de me faire subir. La peste. La sale petit peste ! On aura tout vu. S'enfuir du pensionnat ! Pour aller où je vous prie ? On ne sait où ! Et certainement pas dans un lieu fréquentable. Après tout, qu'à cela ne tienne. Ça lui fera peut-être un peu les pieds de trainer dans les rues. Et s'il lui arrive quelque-chose, je jouerai encore la veuve éplorée. Ce n'est pas comme si j'avais l'habitude ! En revanche, l'intervention de Charles me surprend. Je ne le connaissais pas aussi hardi. Grand bien lui fasse à lui aussi. En attendant, il ne lambine pas dans mes jupes. Et s'ils pouvaient ne pas revenir, Frederica et lui, ce n'est pas moi que ça dérangerait. Deux parasites en moins ! Mais il faut que je me reconcentre, il y a des soucis plus graves auxquels il faut que je réfléchisse. Je dois trouver un moyen d'éloigner Mr Manwaring de sa sangsue de femme et empêcher sa sœur, Maria, de reconquérir Mr James. Dieu qu'il me manque. Mon cher Mr Manwaring ... Sa chevelure de soie, son sourire enjôleur, ses œillades impertinentes. Je vais en mourir de ne plus le voir tous les jours. Maudite soit sa femme ! Maudite soit sa sœur ! Si seulement j'avais été consciencieuse, rien ne se serait jamais su et j'aurai pu mener mes plans à bien. Il faut dire que j'étais en passe de réaliser un de mes plus beaux tours. Détourner deux hommes déjà amoureux de leur promise sous le même toit et en si peu de temps, ça aurait été du jamais vu ! Que n'ai-je fait pour que Maria me démasque si près du but. Une fois mes intentions comprises, il ne lui a pas fallu longtemps pour tout aller répéter à Mme Manwaring. Heureusement que Mr James est resté sous ma coupe. Tout n'est pas encore perdu. Quand je pense que Frederica a refusé sa demande en mariage ... Alors que j'avais eu tant de mal à le détacher de sa bien-aimée Maria. Quelle teigne. Mais ce n'est pas à moi qu'elle va apprendre à manipuler les esprits. Les intrigues de salon sont ma spécialité. Mon terrain de jeu favori. J'arriverai à mes fins. Frederica épousera Mr James et Mr Manwaring sera à moi. C'est dit et ce sera fait. Soyez en sûrs.



L'acte 1 se termine ici. Merci beaucoup d'avoir été jusqu'au bout !  <3

N'hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé. Je suis toujours en manque de lecteurs et d'avis divers. Je souhaite progresser alors je suis ouverte aux critiques (et je ne mords pas ! ^^). Je serais plus qu'enchantée de vous lire :P

L'acte 2 arrivera dès que j'aurai pris le temps de m'y replonger. Très bientôt j'espère. Restez à l'affût !

Lady SusanRead this story for FREE!