Chapitre 15 : La Folle de Maec

3.8K 551 45


Maec considéra la situation. Bâillonné, les poignets dans le dos, les chevilles attachées aux pieds de la chaise sur laquelle il était assis, il n'était pas vraiment à son aise. Mais au moins n'avaient-ils pas jugé bon de lui bander les yeux.

A peine arrivé dans son appartement, il avait été assommé puis traîné jusque dans son salon. Les baies vitrées sur sa gauche laissaient passer une vive lumière. Il devait bientôt être midi. De l'autre côté, la télévision éteinte et les canapés ne lui donnaient pas beaucoup d'indication. Il n'avait pas non plus d'armes dissimulées dans la pièce, aussi se contenta-t-il de lorgner la dizaine d'hommes devant lui.

Leurs cheveux blonds, presque blancs, étaient attachés en une queue de cheval ou coupés courts. Plutôt minces, musclés, ils entraient dans des armures ajustées bleues pales, agrémentées d'argent pure. Ou d'or, comme pour le capitaine de l'équipée.

Pas étonnant que les Sylphes aient été confondus avec des anges par le passé. La plus grande différence physique était l'absence d'ailes chez le peuple de Maec. Cela ne les empêchait pourtant pas de voler en contrôlant les vents.

Il laissa son regard dériver vers le balcon. S'ils étaient ici, cela impliquait que Kanna était aux prises avec d'autres monstres, quelque part. Par les dieux, pourquoi l'avait-il quitté ? Il aurait dû rester avec elle, au risque de lui déplaire. Les temps étaient trop dangereux pour elle, il se devait de la protéger. Encore une fois, il avait pris la mauvaise décision.

-Maec Katharos, tonna le capitaine en déroulant solennellement un parchemin. Vous êtes accusé de rupture du Pacte d'Ys en entrant en contact avec Kanna Haul. D'avoir mis en danger le Royaume des Sylphes et d'avoir contrarié sa Majesté du Royaume d'Ys.

Il enroula son morceau de papier, pour darder sur son prisonnier deux yeux d'un bleu perçant. Il ne semblait pas particulièrement enchanté par la situation. Pas plus que les soldats derrière lui. En dépit de son bâillon, un sourire mauvais étira les lèvres de Maec. Ces crétins avaient trop peur du roi pour le laisser partir.

-Par la présente, je vous ramène au Royaume des Sylphes sur ordre de notre Roi Hélios. Avez-vous une requête à formuler avant votre départ ?

Il hocha la tête. Les soldats hésitèrent. Finalement, le capitaine ordonna que l'on détache son bâillon. Maec fit jouer sa mâchoire engourdit. Puis il leur sourit.

-Dites-moi... A quel point avez-vous contrarié notre bon Roi, pour qu'il vous confie une mission suicide ?

*

Je n'eus pas vraiment le temps de faire de cauchemar, cette fois-ci. Revenue à moi à cause d'un seau d'eau en pleine figure, je hoquetais en tentant de comprendre ce qui se passait. Qui était le crétin qui osait arroser une élémentaire de feu !?

Mes insultes restèrent bloquées dans ma gorge en découvrant mon environnement. Une caverne. Humide, mal éclairée, où planait une odeur de moisissure. Un énorme tombeau.

Soudain glacée jusqu'aux os, je me remis sur pieds d'un bon. Pour découvrir une femme assise de l'autre côté de la caverne. Installée à une table recouverte de velours rouge, elle me salua, un verre de vin à la main. Un élémentaire d'eau se rapprocha d'elle, son corps se mouvant telle une vague. Le responsable de mon réveil aqueux.

Et celui qui nous avait attaqué Silvia et moi, selon toute vraisemblance. Ce qui ne fit pas entrer ces deux-là dans la catégorie « amie » de mon cerveau.

-Kanna Haul, fit la femme. Ravie de vous voir enfin consciente.

Elle se leva, dévoilant une robe de soirée noir spectaculaire. Je reculais comme elle avançait, les paupières plissées. L'élémentaire la talonnait, le visage invisible sous son allure d'eau. Elle m'avait mis K.O sans même bouger, tout à l'heure. Mieux valait rester vigilante.

Katharos, Costumes en Tous GenresLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant