Histoire 1 - Grimpel

65 6 10



"Chaque rencontre a sa raison d'être "


1

Incroyable ! Je laissais les quelques volutes persistantes de fumée orange se dissiper et me dirigea vers la fenêtre. Nos poursuivants avaient bel et bien disparu. Sorah et Hénora m'avait suivi. Nous étions occupées à constater, incrédules, les changements bizarres dans le paysage, comme cet immense poteau de bois auquel pendaient de grands fils, lorsqu'un toussotement discret parvint à nos oreilles. Ah ! oui, le génie !

— Votre premier vœu est exaucé jeune maîtresse.

Le génie, qui s'appelait Jín, grâce aux pouvoirs d'amplification magique des comètes qui étaient passés dans le ciel de 1618, notre époque d'origine, nous avait transporté en l'année 2012 ! Jín avait absolument raison, il nous avait débarrassé de nos poursuivants et mené à un endroit où la chasse aux sorcières n'existait plus. C'est ce que nous lui avions demandé après tout et il avait tenu parole mais, comment dire, les détails techniques eux laissaient peut-être légèrement à désirer.

2012 !!? Comment étions-nous supposées nous adapter à cette époque ? Sans compter que Jín avait utilisé une énorme quantité de ses réserves magiques pour nous transporter ici et qu'un retour n'était pas envisageable. Sorah dû percevoir mes pensées, comme à son habitude, et décida qu'il était temps de mettre carte sur table.

— Ce qui est fait est fait, il ne sert à rien de dépenser de l'énergie aux pourquoi, concentrons-nous sur le présent. Nous sommes d'accord ? demanda-t-elle en appuyant un peu plus son regard moi. Arrgh, je détestais quand elle faisait ça. Je hochais la tête en même temps qu'Hénora.

— Nous sommes d'accord, obtempérais-je avec Hénora.

2

Cela fait maintenant deux ans que nous nous sommes installées dans nos nouvelles vies. Hénora a eu la (bonne ?) idée de monter cette agence de détectives privées et c'est à moi qu'est revenu la peu intéressante tâche de rédiger les rapports. Étant donné que je suis la seule à pouvoir manipuler un ordinateur et à s'intéresser un minimum aux nouvelles technologie de cette ère, c'était le meilleur choix, même si le poste ne me réjouis pas plus que ça.

Après avoir étudié les pratiques de notre nouveau siècle, Hénora a jugé que l'activité de détectives de l'extraordinaire (comprenez extra – ordinaire) était la plus à même de nous correspondre sans dévoiler ce que nous étions réellement. Quoique, je me demande si révéler que nous sommes des sorcières, dans ce siècle où plus personne ne croit à rien, aurait vraiment un impact quelconque. Mais bon, dans le doute, il valait mieux la jouer discrètes, c'était mieux pour tout le monde.

Nous nous étions fait un nom auprès des forces de police nationales pour notre efficacité et notre discrétion sur des cas souvent épineux et très peu compréhensibles pour eux. De fait, il était bien normal que la situation leur échappe dans des cas où le monde magique était impliqué. C'était là que nous intervenions.

Je fus soudain tirée de mes réflexions par la sonnerie du téléphone. Une invention humaine très pratique, certes, mais que je trouvais parfois trop intrusive.

— Míriel Armaciès, j'écoute.

— Bonjour Míriel, j'espère que je ne dérange pas ? Je connaissais cette voix éraillée. Mon alarme pro se mit en route.

— Bonjour lieutenant Minos, que puis-je pour vous ?

— Droit au but comme toujours humm ? Je sentais le sourire dans la voix sarcastique à l'autre bout du fil. Le lieutenant, un homme entre deux âges, était notre interlocuteur privilégié dès qu'il s'agissait pour la police de nous demander notre aide sur un cas bizarre. Nous nous étions habitués à lui depuis deux ans... et lui à nous, pensais-je avec un sourire en coin.

Les Sorcières de Salers - Recueil de nouvellesLisez cette histoire GRATUITEMENT!