L'antiquaire

3.2K 471 43

Teija quitta Naola en la serrant dans ses bras et en lui souhaitant bon courage

Oups ! Cette image n'est pas conforme à nos directives de contenu. Afin de continuer la publication, veuillez la retirer ou télécharger une autre image.

Teija quitta Naola en la serrant dans ses bras et en lui souhaitant bon courage. Elle lui avait fait promettre de la contacter si jamais elle avait un problème et de la tenir au courant de comment elle se débrouillait. Quelque part, l'adolescente se sentait rassurée d'être soutenue par son amie, bien qu'elle se sentit un peu coupable de l'embarquer dans ses problèmes et de l'inquiéter autant.

Dix-huit heures approchaient lorsque Naola put enfin prendre la direction des faubourgs. Elle n'aurait probablement pas l'occasion de postuler où que ce soit à cette heure-ci, mais elle pouvait au moins commencer son repérage.

Il ne lui fallut qu'une dizaine de minutes pour quitter le couvert des Halles. Elle s'arrêta dans un petit square pour boire un peu d'eau. Quelques arbres-à-pattes se disputaient la meilleure exposition aux rayons d'été. Les feuillus trottinaient dans la poussière, et se chamaillaient à coup de racines. Leurs ramures, semblables à des lianes, fouettaient l'air pour intimider l'adversaire. Le branchu qui se montrait le plus bruyant posait sa souche en plein soleil et gagnait le droit d'y dorer la chlorophylle... jusqu'à la prochaine incartade.

Naola marcha sans but un long moment. Le jour commençait à peine à décliner et la nuit ne serait pas là avant plusieurs heures. Il y avait peu d'activité et peu de boutiques dans les rues qu'elle traversait. Tout se centralisait dans les Halles et le reste de la ville était majoritairement résidentiel. Et encore, seul un bâtiment sur trois semblait habité. L'adolescente se sentait déçue. Trouver un emploi ici s'avérait même plus improbable qu'ailleurs.

De dépit, la jeune fille s'engouffra dans le premier commerce qu'elle croisa, sans aucune conviction et sans un regard pour sa devanture. Elle resta interdite, sur le pas de la porte, à tenter de mettre un mot sur le capharnaüm qui se dessinait autour d'elle.

La boutique était un véritable bric-à-brac d'objets de tailles et de provenances très variées. Des vasques en métal, des cartes, des globes, des vases chinois, de l'argenterie... Beaucoup de choses sans grand intérêt et, tout au bout de la longue et étroite salle, un bureau couvert de papiers et de tasses de café vides. Un bureau... ou plutôt une lourde porte en bois précieux posée sur deux tréteaux. Seul élément ayant une réelle valeur dans l'ensemble. Et dans le fauteuil, les pieds en équilibre sur le plateau, le commerçant dormait.

« Hum..., commença-t-elle en se grattant la gorge. Bonjour ? »

L'homme ouvrit un œil, mais n'eut pas d'autres réactions pendant quelques instants. Puis il s'étira, reposa les pieds au sol et se leva. De taille moyenne, les cheveux châtain clair assez longs –la coupe, comme la barbe – légèrement négligée. Il portait un jean sur une chemise type bûcheron par-dessus un tee-shirt à manche mi-longue.

« Mademoiselle », salua-t-il, pas perturbé par le bazar ambiant.

Il fit disparaître son café et les restes d'un repas, d'un geste désinvolte, puis détailla la nouvelle venue. Il devait avoir la vingtaine.

Bienvenue au Mordret's Pub - Tome 1 [SCE]Lisez cette histoire GRATUITEMENT !