La Vieille Naine

6.6K 872 75

Trouver de quoi gagner sa vie s'avéra bien plus complexe que ce à quoi Naola s'attendait

Oups ! Cette image n'est pas conforme à nos directives de contenu. Afin de continuer la publication, veuillez la retirer ou télécharger une autre image.

Trouver de quoi gagner sa vie s'avéra bien plus complexe que ce à quoi Naola s'attendait.

Elle se présenta dans plusieurs bars et dans toutes les boutiques des Halles Basses, l'extrême limite du quartier couvert, sans dénicher la moindre piste. Même ceux qui embauchaient ne voulaient pas d'elle. Personne ne la prenait au sérieux.

Elle suivait les conseils de Harlem et se montrait très discrète. Le secteur, très populaire, se peuplait d'une multitude d'étranges personnages ; sorciers, humains, méca, vampires, loups et autres presque-hommes. Il y régnait, du matin jusqu'au milieu de la nuit, une effervescence tantôt tendue, tantôt joyeuse.

Les basses classes de la Fédération fabriquaient leurs codes, leurs règles, leurs clans. Des factions qui n'hésitaient pas à s'affronter en pleine rue... Ou à faire front commun, coudes à coudes, quand les P.M.F. s'aventuraient dans cette cour des miracles.

Par le plus grand des hasards, croyait-elle, l'adolescente finit par trouver une logeuse. La Vieille Naine, ainsi qu'elle se présenta, avait des allures de patate, mais faisait preuve d'une bienveillance presque suspecte au milieu de toute cette hostilité. Elle lui proposa, pour cinq Dens la semaine, un couchage dans les combles de son établissement.

L'étrange personnage possédait une maison de six étages et trois sous-sols. Elle installa la jeune sorcière dans une mansarde un peu poussiéreuse. Un matelas à même le sol, une couverture et beaucoup de courants d'air entre les tuiles mal jointes de la toiture...

Naola s'en contentait. Mieux, la fenêtre de la chambrette ouvrait sur le toit du bâtiment. La fille, peu épaisse, pouvait s'y faufiler sans difficulté. Elle profitait alors d'une vue à couper le souffle. L'immense enchevêtrement d'étroites verrières, de tôles, d'ardoises, de planches et de métal qui composait le couvre-chef des Halles Basses s'étirait sous ses yeux, splendide et décrépit.

Cela faisait quinze jours qu'elle était partie de chez elle. En ce milieu d'été, la nuit se faisait douce. L'adolescente la passait installée le dos contre une des cheminées du bâtiment, à compter les étoiles tout en méditant sur son avenir.

Elle observait, à l'est, le ciel nocturne se diluer lentement dans les couleurs de l'aube. En dessous d'elle, Stuttgart s'éveillait. Elle, elle n'avait pas dormi, angoissée par l'impasse de sa situation.

Quinze jours, toujours pas d'emploi, et ses économies fondaient à vue d'œil. Il fallait bien manger. Elle notait chaque dépense, chaque quart de Den qui l'éloignaient des deux milles nécessaires à son indépendance et à l'achat de son hexoplan.

Personne ne daignait même à lui accorder quelques minutes pour un entretien d'embauche. Certes, elle n'avait aucune expérience, mais les boulots auxquels elle postulait ne demandaient pas de qualification particulière... La jeune fille en était à soupçonner un complot, un stratagème sournois mis en place par ses parents pour qu'elle rentre d'elle-même chez elle, la queue entre les jambes. Qu'ils espèrent ! Ça n'était pas près d'arriver !

Bienvenue au Mordret's Pub - Tome 1 [SCE]Lisez cette histoire GRATUITEMENT !