Chapitre 5

80 14 4
                                                  

Je suis en train de manger avec Théo lorsque je vois Alex traverser le réfectoire, prendre à manger et repartir d'où il venait.

- Tu sais ce qu'il a Alex? Demandé-je à Théo.

- Non, me répond-il en haussant les épaules. Ça arrive à tout le monde d'être de mauvaise humeur parfois.

C'est vrai, mais hier quand il s'acharnait à lancer des haches, ce n'était pas juste de la mauvaise humeur.

- Je pense que quelque chose ne va pas, dis-je.

- Peut être, mais ce ne sont pas nos affaires. Je te conseille de ne pas chercher à savoir, m'alerte-t-il.

Je le regarde d'un air interrogateur.

- Parfois la colère nous fait perdre notre maîtrise et notre raison, ajoute-t-il, alors avec nos pouvoirs ça peut vite dégénérer. Mieux vaut se tenir à l'écart.

Pendant qu'on termine de manger, Théo m'explique qu'il n'y a aucun adulte responsable des élèves dans l'académie. Toutes les décisions sont prises par le conseil qui est composé des deux leaders: Juditte et Andrew qui est le seul ici à pouvoir contrôler deux éléments, et Alex et Michael appelés les deux seconds.
Alex repasse chercher de la nourriture puis il repart à nouveau. Je me lève de table et décide de le suivre.
Une pomme et une bouteille d'eau à la main, il rentre dans sa chambre. Il a poussé la porte mais ne l'a pas totalement fermée, alors j'essaie de voir ce qu'il fait par l'ouverture en faisant le moins de bruit possible. Il met des provisions dans son sac à dos, et prépare quelques vêtements. Pourquoi fait-il ses bagages? Pour aller où?
Je commence à faire demi-tour quand je me cogne le genou contre le mur. J'entends Alex s'arrêter de bouger pour écouter. Il va comprendre que quelqu'un l'observait, alors je me retourne et toque à sa porte comme si de rien n'était. Il vient m'ouvrir. Il faut absolument que je trouve quelque chose à lui dire et rapidement.

- Juditte m'a dit que tu m'aiderais à découvrir mes pouvoirs.

Il me regarde un moment sans rien dire, sort de sa chambre et ferme sa porte à clé.

- Suis-moi.

Il marche d'un pas rapide jusqu'au réfectoire, rentre dans les cuisines, prend un saladier et le remplit d'eau. Je le suis ensuite jusqu'au gymnase. Il pose le saladier sur une table à côté d'un panier de basket-ball.

-On commence très souvent par l'eau parce que c'est l'élément le plus facile à repérer. La moindre ondulation d'eau se voit facilement, m'explique-t-il d'un ton neutre et en parlant rapidement. Essaie de te concentrer sur l'eau, essaie de la mettre en mouvement.

Ça me paraît complétement absurde, pourtant j'essaie de me concentrer un maximum. J'imagine une ondulation sur la surface mais rien ne se passe. J'imagine tout un tas de chose, une goutte d'eau qui tombe, une vague qui déferle sur la plage, mais toujours rien. Alex soupire derrière moi.

- Concentre toi, me dit-il autoritairement avec une pointe d'agacement.

J'essaie mais je ne sais même pas quoi faire. Il remue sa jambe d'impatience.

- Où est-ce que tu as l'intention de partir? Lui demandé-je tout d'un coup.

- Ça te regarde peut-être? Me répond-il sèchement.

- Tu n'étais pas comme ça avant.

Il lâche un rire forcé, avant d'ajouter:

- Attends, rappelle-moi déjà depuis combien de temps tu es la?

Ok, peut-être que je n'aurais pas dû me mêler de ce qui ne me regarde pas, mais c'est plus fort que moi, je suis trop curieuse.

- Je suis simplement là pour t'aider à découvrir ton don, à condition biensur que tu en ais un, mais cela ne fait pas de moi ton ami.

J'ai l'impression de me recevoir un coup de poing dans le ventre.

- Réessaie, ajoute-t-il.

Je n'ai pas envie de lui obéir, mais il répète ce mot une deuxième fois avec tellement d'autorité que je m'exécute. Je me remets face au saladier et j'imagine une violente claque d'eau qui percute le visage d'Alex. Tout à coup, l'eau déborde du saladier et nous arrose tous les deux. Je me retourne vers lui, stupéfaite. Il a les yeux grands ouverts et un mince sourir aux lèvres.

- La colère t'as permis d'augmenter tes pouvoirs et de les faire ressortir.

Je fronce les sourcils et essaie de prendre un ton neutre:

- Je ne suis pas énervée.

- Si tu l'es, me répond-il sûr de lui. Essaie de refaire la même chose, me dit-il en s'éloignant. Demain matin, on continuera.

- À condition que tu ne sois pas parti!

Il se retourne pour me jeter un regard froid avant de disparaître dans le couloir.

***

- Alors, me dit Juditte en s'installant à côté de moi avec son plateau, tu as découvert ton élément?

Elle paraît toute excitée et attend avec impatience ma réponse.

- Oui, je peux maîtriser l'eau.

- Maintenant, tu es des nôtres, me dit Gary en me donnant un coup de coude.

Je finis rapidement mon repas et je les préviens que je vais me coucher. Je passe par la salle de bain pour me brosser les dents, puis je me dirige ensuite vers ma chambre. Tout à coup, sans l'entendre arriver, Bran se dresse devant moi avec un sourire sadique aux lèvres. J'essaie de passer à droite mais il se décale d'un pas pour se poster devant moi. Je tente une deuxième fois de passer à gauche mais il se déplace encore une fois pour me bloquer le passage.

- Laisse-moi passer, dis-je fermement.

- Et pourquoi ça chérie?

D'un pas rapide je fonce sur sa gauche, mais il m'attrape par le poignet et me plaque contre le mur. Il sert mon poignet à l'endroit où la corde m'avait entaillée la peau. J'essaie de me débattre mais il est bien plus fort que moi. Il referme sa poigne et je lui donne un coup de poing avec ma main libre dans ses abdominaux mais ça n'a pas l'air de lui faire vraiment mal. Il essaie de me tordre le bras et pour me défendre je plaque ma main gauche sur son visage et le repousse de toutes mes forces mais en vain.
J'entends des pas se rapprocher. J'espère que cette personne va me venir en aide. Je vois Alex s'arrêter au bout du couloirs. Il nous regarde et puis disparaît au bout du couloir. Quoi? Est-ce qu'il m'a réellement laisser?
Bran me tort le bras de plus en plus fort et j'ai l'impression de manquer d'air. Je suffoque et je l'entends ricaner. Je comprends alors que l'air est son élément. Je ne sais pas s'il a l'intention de me tuer ou s'il veut juste me faire peur mais dans les deux cas je dois réfléchir vite. Je ne sais pas quoi faire, je ne me suis jamais battue et je n'ai jamais eu besoin de me défendre.
Je donne un violent coup de genou bien visé entre ses jambes. Il me lâche et se pli en deux. Il est désormais à genou à mes pieds et je ressens une certaine satisfaction à le voir souffrir. Il n'a eu que ce qu'il méritait.
Une fois dans ma chambre, je m'allonge sur mon lit et je respire. Inspirer, expirer, inspirer.

Je ne peux m'empêcher de penser à alex qui a fuit. Soit il est lâche soit il se fiche totalement de ce qu'il peut m'arriver.

Louise MayetLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant