Les Agates

10.1K 1K 127

La rosée ornait l'herbe et les fleurs du Parc Aux Agates d'une parure scintillante, la lumière rasante des premières lueurs de l'aube miroitait sur mille gouttelettes

Oups ! Cette image n'est pas conforme à nos directives de contenu. Afin de continuer la publication, veuillez la retirer ou télécharger une autre image.

La rosée ornait l'herbe et les fleurs du Parc Aux Agates d'une parure scintillante, la lumière rasante des premières lueurs de l'aube miroitait sur mille gouttelettes. C'était le plein été, mais le ciel dépourvu de nuages rendait les nuits très fraîches. Naola avait peu dormi, allongée sous une couverture trop fine. Elle s'était dissimulée dans le bosquet touffu derrière lequel elle se réfugiait ces deux derniers jours.

Le Parc Aux Agates était un petit jardin public aménagé à l'anglaise dans les quartiers les plus prisés de Stuttgart. En venant s'y perdre, l'adolescente avait limité le danger. Pas de mauvaises rencontres. Pas, non plus, de risque de se faire repérer : elle n'utilisait pas sa magie.

La grande banlieue où se trouvait sa maison et le centre de Stuttgart étaient distants d'une soixantaine de kilomètres. Pour Naola, habituée à se déplacer via le réseau de transfert de la Fédération, ce chiffre ne représentait rien. Avant, elle n'avait aucune idée, aucune échelle de valeurs pour juger de la difficulté et du temps que prendrait une telle randonnée. Maintenant, elle savait. Des jours. Et un sacré mal aux pieds.

Elle était arrivée dans les beaux quartiers l'avant-veille et avait décidé de s'y poser. Elle ne pouvait plus marcher. Épuisée, elle avait songé à faire demi-tour. Avec un transfert, en moins de deux secondes, elle aurait retrouvé le confort de son lit, la sécurité de sa maison. Lorsqu'elle doutait, il lui suffisait de penser à Sverre, à sa mort atroce et au rôle que son père avait joué dans son agonie pour réaffirmer sa détermination.

Naola grogna en se redressant et se frotta vigoureusement les bras pour se réchauffer. Elle se réconfortait en se disant que, ce soir, elle dormirait dans un vrai lit. En centre-ville, les hôtels étaient nombreux. Elle disposait de beaucoup de liquide et n'avait aucune obligation de laisser son nom.

Le plus dur est fait. Reste à ne pas se faire choper, et tout ira bien.

L'adolescente s'imaginait recherchée par les P.M.F., ou pire, par l'Ordre. Les menaces de la Veste Grise l'avaient tenue éveillée une bonne partie des deux premières nuits passées à la belle étoile.

La prochaine fois que je te croiserai, gamine, tu vas salement regretter de m'avoir mordu. Fais gaffe à toi.

Puis la fatigue avait eu raison d'elle.

Naola s'extirpa de sa cachette, regroupa ses affaires, hissa son sac sur son épaule et alla s'installer sur le banc le plus proche. Le parc apparaissait dans toute sa superbe. Conçu par un paysagiste visionnaire, cet espace vert rendait un glorieux hommage à la beauté de la nature ; à sa magie qui persistait encore et toujours, malgré l'insistance des humains à la meurtrir.

La jeune fille faisait face à une série de modestes étendues d'eau, les Agates, protégées par un écrin de pelouse vallonnée et entremêlée de saules. Les arbres centenaires, plantés peu après les Cataclysmes, pleuraient leurs branches jusqu'à l'ondée. Ils la caressaient avec délicatesse et faisaient chatoyer le flot de petits cercles, à la lumière du jour naissant.

Bienvenue au Mordret's Pub - Tome 1 [SCE]Lisez cette histoire GRATUITEMENT !