13 -

811 89 14


24 Janvier 2004, 12h03...
LOTUS Head Quarter, Large des îles Pitcairn, Océan Pacifique...

Kevin Albin avait passé vingt-quatre heures au centre de soin privé de New York afin de panser ses blessures dignement. Il avait pu donner l'alerte et appeler une autre équipe de spécial OPS pour venir le chercher et le mener à l'infirmerie, comme l'appelait les soldats de la société secrète. Ayant perdu une grande quantité de sang, il sombra rapidement dans l'inconscience et ses hommes le trouvèrent donc inanimé dans sa chambre. Le pire put cependant être évité et les chirurgiens – tirés de leur sommeil pour l'occasion – effectuèrent un excellent travail. Pourtant, Kevin était extrêmement en colère lorsqu'il fut ranimé par les médecins. Venus étant partie avec son bras, il avait été hors de question de lui replacer. C'est donc mutilé et particulièrement faible qu'il se présenta au rapport devant tous les patrons de la LOTUS après un court voyage en avion. John ne voulait pas perdre une seconde et le fit rapatrier malgré les avis contraires de l'unanimité des docteurs. L'ambiance particulière de ses réunions aida le chef des armées à garder sa dignité malgré tout.

La grande pièce qui les accueillait était plongée dans l'obscurité et seuls les visages de ceux qui prenaient la parole étaient éclairés. Cette ambiance peu orthodoxe avait été mise en place dès les premières réunions de comité de la LOTUS. À l'époque, il fallait protéger l'anonymat du créateur de la société secrète, James Everwat. Personne ne savait si ce patronyme était réel ou emprunté. Le visage de monsieur Everwat n'était jamais sous la lumière. Il se murmurait d'ailleurs que certains des dirigeants de la LOTUS ne l'avait jamais vu. Son extrême paranoïa avait cependant permis à l'organisation d'atteindre les sommets dans le domaine du renseignement. Pour autant, si son successeur garda le principe des jeux de lumière, ce n'était que pour le plaisir du folklore. Il adorait cette ambiance si particulière qui rappelait à tous les participants qu'ils faisaient parties d'une société sans existence réelle. Ainsi, il organisait très régulièrement les « réunions de commandements ». John Ducrane, à son arrivée, garda lui aussi les jeux de lumière, uniquement en mémoire du passé, avait-il déclaré. Il était plus dans l'efficacité : si une réunion devait avoir lieu urgemment, elle ne nécessitait pas pour autant la présence des neufs membres de direction. Ainsi, avec Ducrane vint le temps des réunions de travail improvisées sur un coin de table, ou encore des réunions téléphoniques. Aujourd'hui pourtant, tous les dirigeants étaient présents et cette pénombre généralisée permettait de camoufler en grande partie l'état de santé de Kevin Albin.

Le chef des armées expliqua rapidement les desideratas des vampires, puis exposa son propre point de vue.

— Il est évident que nous devons riposter en frappant vite et fort, conclut-il.

— Et qu'avons-nous exactement comme options ? interrogea Patrice Pollack, directeur de la section armements.

— La première de nos priorités est de remettre la main sur Venus de Witford, reprit John Ducrane. Elle semble avoir pris du grade dans l'organisation des vampires et elle en sait énormément sur nos techniques.

— Pouvons-nous seulement la retrouver ? questionna Gabrielle Parker des affaires externes. On dirait bien qu'elle nous a échappé pendant près de deux ans avant de réapparaître, comme par magie, au moment des tests avec Samantha.

— En effet, répondit immédiatement Rafaëlle Parker – directrice des renseignements. Mais, nous sommes maintenant en situation de guerre ouverte et il y a de fortes chances qu'elle doive se déplacer plus souvent et plus précipitamment. Si elle doit agir, elle le fera en personne, comme ça a été le cas hier, et donc à découvert. Nous la trouverons.

Sang-purs (Chronicles 4)Lisez cette histoire GRATUITEMENT !