Pour toutes les filles qui me lisent, Je vous dédie cette histoire. Faites attention et méfiez-vous des mauvaises intentions invisibles.

Merci à Everythingabout_you   pour la couverture de ma fiction qui est superbement réussite !

~

TRAILER EN HAUT ! :)

L'histoire que je vais vous raconter est fictive. Elle sort tout droit de mon imagination mais je vais vous demander de vous mettre dans la peau d'Emy quand son point de vu fera surface dans le récit. C'est peut-être inventé mais je sais que des choses encore plus graves arrivent à l'heure d'aujourd'hui et même au moment où je suis entrain d'aligner ses mots sur mon ordinateur et au moment ou vous lisez ce livre. Nous sommes des filles et Dieu sait comment n'importe qu'elle fille sur Terre aime plaire. Nous voyons un groupe de garçons assez mignons, il est normal pour nous et nos copines de se faire remarquer, et de se faire regarder. L'époque d'aujourd'hui fait que nous devons nous méfier des garçons. Attention, je ne mets pas tout le monde dans le même sac mais nous savons tous et toutes que beaucoup regorgent de mauvaises intentions et cette histoire le montre bien. Derrière un bel homme, un regard à tomber, des paroles qui ne vendent que du rêve, se cachent un vice qui nous aveuglent. Comme on le dit très bien, mesdemoiselles, l'amour rend aveugle et même si quelqu'un d'autre remarque que quelque chose ne va pas, par amour, on refuse d'écouter et quand le mal frappe, on se rend vite compte que la personne qui nous avait prévenu avait raison et on regrette. Selon les dégâts, on se referme sur sois-même, on se forge une carapace et après, une fois qu'elle est bien solide, il est dur d'en sortir. Alors maintenant, je vais vous projeter à Austin, dans l'université du Texas et vous allez vous transformer en jolie brunette de dix-neuf ans qui aime beaucoup plaire au garçons. Vous verrez que rien ne se passera comme elle l'aurait voulu.

– Une jeune fille a encore été retrouvée morte noyée au fond du lac Austin. Elle a été violée puis assassinée.

Mael pose le journal sur la table de la cuisine et s'assied désespéré des nouvelles du jour. Je lève mon regard vers lui puis il hausse un sourcil avant de reprendre :

– Où est mon petit-déjeuner, Emy ? C'était à ton tour de le préparer aujourd'hui et je ne vois pas mes pancakes. Où sont mes pancakes ?

– Laisse-moi une chance de me réveiller, Mael.

Il fait la moue alors je roule des yeux et pose ma tasse de café sur la table en verre et me lève pour regarder dans le réfrigérateur.

– Il n'y a plus d'œufs. Tu te contenteras de toast grillés.

Je l'entends souffler puis me moque de lui en envoyant les tartines à griller dans le grille-pain :

– C'était à toi d'aller aux courses, je te signale alors ne râle pas s'il te plaît.

Mael est mon meilleur ami et tous les matin c'est comme cela. Nous trouvons toujours un sujet, qu'importe ce que cela peut être, mais il faut absolument que nous nous taquinons. Ce n'est pas voulu mais c'est comme ça. Je vis avec lui en colocation depuis aujourd'hui un an. Nous sommes dans la même université et pour nos parents qui sont proches également, c'était plus simple de partager les frais. Je m'assieds face à lui après lui avoir déposé son assiette de toasts puis attrape le journal pour y lire l'article que Mael a énoncé plus tôt.

– Marysa Lewis ? Je connais cette fille...

– Vraiment ? Me demande Mael la bouche pleine et étonné.

– Oui, elle était dans mon cours de physique-chimie. Une très gentille jeune fille, elle était la meilleure en classe et elle ne méritait pas ça...

– Tu ne trouves pas ça étrange deux meurtres en deux semaines ? Je veux dire... depuis quelques temps, Austin n'est plus la simple ville calme du Texas, c'est devenu assez agité et tous les journaux en parlent.

Je hausse les épaules et attrape l'aspirine sur le comptoir derrière moi. Mael laisse échapper un sourire moqueur en me regardant puis termine ses tartines grillées.

– Tu n'assumes vraiment rien toi, les lendemains de soirée.

– Depuis le temps tu me connais. Soupiré-je. J'ai tout de même passé une excellente soirée.

– Avec qui as-tu finis ta nuit ?

Mael me regarde comme-ci ce qu'il me demandait était évident et bien évidemment, ça l'est. Je peux dire – et je l'assume entièrement – que je suis une fille qui aime plaire et ça fonctionne avec pas mal de garçons alors hier soir j'ai finis ma soirée chez Andrew Tyler. Le capitaine de l'équipe de football américain de l'université et aux dernières nouvelles, aux yeux de Mael, ce type est un connard.

– Andrew Tyler.

Il manque de s'étouffer avec son verre de jus d'orange et me dévisage en s'essuyant la bouche et en marquant chacun de ses mouvements. Il se racle la gorge avant de taper la table du bout de ses doigts et de relever son regards vers moi.

– Ne me dis pas que tu as couché avec ce trou du cul ?

– Hum... si. Je suis désolée, je savais que tu n'aimes pas ce mec mais, Mael, j'avais bu et tu sais que quand je bois je fais n'importe quoi mais il baise comme un-

– C'est bon, ça va. J'ai compris ne va pas plus loin dans les détails.

Mael me coupe en plein milieu de ma phrase en fermant les yeux et plaçant sa main devant moi puis soupire. Il n'aime pas Andrew tout simplement parce qu'il a pris sa place, Mael devait intégrer l'équipe en tant que capitaine mais apparemment – d'après les histoires qu'il m'a raconté – Andrew aurait triché. Bien évidemment, quand Mael m'a raconté cela, j'ai simplement hoché la tête et lancé un signe de compréhension en posant ma main sur la sienne pour le rassurer que ce n'était pas grave mais je doute que l'on puisse tricher dans ce domaine. Je pense que la vérité est tout simplement que Mael est jaloux de ce gars qui arrive à avoir toutes les filles – dont moi – dans son lit en un claquement de doigt. Je pointe mon index en sa direction et accentue chacun de mes mots en tapant du bout de mon doigt son torse dénudé :

– Tu es jaloux. Il attrape mon poignet et fronce des sourcils.

– C'est faux. Je ne suis pas jaloux d'une petite bite comme lui.

Mael est jaloux parce qu'il n'arrive pas à pecho, Mael est jaloux parce qu'il n'arrive pas à pecho. Chantonné-je en m'éloignant de la cuisine pour aller vers la salle de bains.

Je l'entends protester mais n'y prête aucune attention car je ferme la porte à clés afin de prendre une bonne douche dans l'espoir que cela me fasse passer mon mal de crâne.

Voilà pour le premier chapitre. N'hésitez pas à voter, commenter, partager, en parler autour de vous. Vous pouvez réagir sur le hashtag #killerteacherff sur Twitter et me suivre sur les réseaux sociaux où je poste souvent l'actualité de mes fictions et chapitres ! :)

Instagram : freefictions

twitter : paynecake21

snap : tomlinsteack


Killer teacherLisez cette histoire GRATUITEMENT !