9 janvier 2016

60 3 2
                                                  


- Tu te dépêches ? s'impatiente Magalie alors que Cannelle sort sa caisse claire de la voiture.

- Ça va. On n'est pas en retard.

Cannelle devine le regard de tueuse que Magalie lui jette derrière ses lunettes de soleil. A peine le coffre fermé, Magalie met l'alarme et Cannelle doit se dépêcher pour la rattraper. L'hostilité de Magalie depuis le petit-déjeuner la fait hésiter avant d'arrêter sa soeur en lui bloquant le passage. 

- Tu sais, on n'a pas fait de photo l'année dernière, commence Cannelle en sortant son portable de la poche de son jean. Je m'étais dit qu'on—

- Plus tard.

Entre les enfants s'amusant avec leur fouet, les femmes discutant de la chorégraphie et les musiciens préparant leurs instruments, une joyeuse cacophonie règne sur l'aire de jeux où Mas Mizik répète. Alors que le groupe ne comptait qu'une trentaine de personnes à ses débuts, une centaine de personnes participe au défilé désormais. La plupart des musiciennes se chargent des chachas. A part les deux femmes trentenaires qui jouent aussi de la caisse claire, Cannelle ne passe pas inaperçue dans la section. Néanmoins, tous les regards convergent vers Magalie qui s'arrête et fait semblant de répondre à un SMS afin de laisser sa combinaison short bustier faire effet à leur entrée. Cela donne le temps à Cannelle de repérer Yohan qui lui fait signe avec une de ses baguettes et espérer que personne n'a vu la façon dont Magalie l'a ignorée pour rejoindre ses amies.

- Ta sœur a un problème ? demande Yohan en faisant la bise à Cannelle quand elle a fini sa tournée générale de bonjour auprès de la quarantaine de musiciens.

- Elle fait sa diva depuis hier soir. Elle stresse pour l'élection de Miss Carnaval, répond-elle en sortant le livre de maths de son sac à dos.

- Elle devrait pas parce que, franchement, ta frangine est trop bonne, commente Gégé en passant ses bras autour des épaules de Cannelle et Yohan comme s'ils étaient les meilleurs amis du monde. Les cheveux hirsutes, le regard taquin mais un sens de la mode datant des années 90, Gégé ne ferait pas de mal à une mouche mais il a toujours le don de s'incruster au mauvais moment.

- Tu vois, c'est à cause de réflexions comme ça qu'aucune fille ne veut de toi, réplique Cannelle sans essayer de cacher son agacement.

- Ça et son haleine. T'as mangé de la morue ce midi ou quoi ? ajoute Yohan en repoussant légèrement la tête de Gégé.

- C'est bon. Vous êtes célibataires aussi, donc vous êtes pas mieux.

- Va jouer ailleurs. Tu saoules là, dit Cannelle.

- Tu vois, commence Gégé en posant ses mains sur les épaules de Cannelle et en la regardant droit dans les yeux d'un air solennel. C'est à cause de cette attitude qu'aucun mec ne veut de toi.

Sa répartie de perroquet ne fait rire que lui et il continue de rire tout en s'éloignant. Cannelle l'aurait bien suivi, histoire de ne pas lui laisser le dernier mot.

- Laisse-le, dit Yohan en la rattrapant gentiment par la main. T'es sûre que ça va ? redemande-t-il en la prenant par les épaules. Ce n'est que lorsqu'il la secoue légèrement qu'elle se décide à répondre.

- C'est notre dernier carnaval.

- Je suis au courant.

- Vraiment dernier de chez dernier. L'année prochaine, toi tu seras en prépa ici et moi je serai à Paris.

- Si tu es acceptée. Sinon tu iras à la fac ici.

- Donc tu penses que je suis trop nulle pour être acceptée, réplique-t-elle en s'écartant. Merci.

Sur un air de carnavalLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant