Chapitre 6 : Un Délicieux Mensonge

4.2K 622 20

Dans mon cauchemar, j'étais de nouveau enfermée dans la sphère de verre. L'eau se trouvait déjà ma taille, annihilant tous mes pouvoirs sur le feu. Je hurlai, frappai la paroi, les yeux rivés à ceux de Maec, de l'autre côté. Il me contemplait, sans rien faire. Sans m'aider.

Autour de nous, des centaines de personnes me regardaient. Personne n'intervint. Pas même lorsque l'eau atteignit le haut de la sphère, me coupant de toute source d'oxygène. Je me noyais. Je mourrais.

Il te mènera à ta perte...

Je me réveillais d'un coup, le corps tendu, la main sur ma gorge. Maec était au-dessus de moi, en train de me parler. L'affolement me gagna. Qu'est-ce que... Je... L'air passa enfin dans me poumons. Je me retournais en aspirant de grande goulée, telle une rescapée. Quelle horreur. Qu'est-ce que... Le cœur battant la chamade, je découvris les flammes. Elles c'étaient saisit des draps, me séparant de mon amant.

-Merde...

D'un claquement de doigt, je les fis disparaitre. De la fumée envahit la chambre, emportant ma panique avec elle.

-Je... Désolée.

-Ce n'est rien, murmura-t-il en me prenant dans ses bras. Un cauchemar, sans doute.

Ça pour un cauchemar, s'en était un ! J'ai vraiment cru me noyer. Je sentais encore l'eau s'infiltrant dans mes poumons, me faisant suffoquer jusqu'à ce que... Non. Mieux valait ne pas y penser. Tremblante, je m'accrochais à Maec. Comment pouvait-il me supporter ? C'était trop parfait. Il était trop parfait.

J'avais l'impression de vivre un mensonge. Un délicieux mensonge, mais un mensonge quand même.

-Tu penses à quoi là ? fit-il, une note de reproche dans la voix.

-Hein ?

-Ton corps s'est tendu d'un seul coup. Tu doutes de nous ?

Par chance, j'avais le visage contre son torse. Il ne me vit pas rougir.

-C'est juste que... Tu es si parfait...

-Je ne suis pas parfait.

Je me séparais de lui, pour lui adresser un haussement de sourcil sarcastique. Avec ses cheveux en bataille et ses yeux bleus inhumains, il était à tomber. Bon, l'odeur de brulé venait gâcher la scène, mais tout de même.

-Quoi ? Je suis caractériel, jaloux, possessif... Et dès que je te vois j'ai envie de te faire l'amour. Je suis loin d'être parfait.

-J'aime beaucoup le dernier point, soulignai-je avec un sourire.

Il rit en m'embrassant le front, de nouveau décontracté. C'était si naturel... Si doux... J'avais l'impression de vivre pour la première fois depuis des années.

-C'est étrange, ajouta-t-il en s'allongeant de nouveau. Je n'ai jamais été... Sexuellement dépendant de quelqu'un, avant.

-Quoi, tu es dépendant de moi ? Impossible !

-Impossible ou pas... Il est trois heures du mat' et nous devons changer les draps ! s'exclama-t-il en se redressant. Tout est brulé.

-Désolée, bafouillai-je en l'aidant à les enlever. Je perds le contrôle, parfois.

-Mmh... Tu es chaude dans tous les sens du terme.

-Hé !

Je lui lançai un coussin, qu'il évita agilement. Ce faisant, je perçus un morceau de son tatouage. Cela me remit brutalement les pieds sur terre. Maec perçut mon nouveau changement d'humeur.

Katharos, Costumes en Tous GenresLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant