Chapitre 31.

86.3K 4.1K 1.4K

Pdv Evan. 

 Ce matin j'ai un entrainement de foot avant de commencer les cours. D'habitude je sèche les entraînements si matinaux parce que je suis crevé. Généralement quand je vais en soirée le lendemain j'ai une gueule de bois pas possible. Mais là, faut vraiment que j'y aille.

En y réfléchissant bien, les seules personnes au courant de ce putain de pari sont les gars du foot et Cassandra mais je pense que je vais réussir à  supprimer le problème. Je n'ai qu'à aller les voir et leur dire de fermer leur gueule. Ils me respectent assez pour m'obéir. Ils savent que je n'hésiterais pas à les frapper si quelque chose ne me plait pas. J'ai la réputation d'être un putain de malade mais surtout d'avoir un bon coup droit.

Je fonce sous la douche et ressors les cheveux trempés. Je mets vite fait du parfum parce que je sais qu'ensuite je vais voir Calliope et qu'elle adore cette odeur. Même si on va être coincé pendant une heure dans une salle de cours, je serai avec elle et donc le reste j'en ai rien à faire.

Je grimpe sur ma moto et arrive le plus vite possible dans les vestiaires. En un coup d'œil je constate que tout le monde est là.

— Les gars, j'ai besoin de vous parler, je dis d'une voix forte.

Les rires et les discussions s'arrêtent immédiatement. Vous voyez : le respect !
Ils se rassemblent tous autour de moi y compris Mickey qui vient me taper dans le dos.

— Qu'est ce qu'il y a mon pote ? T'es enceinte ? se moque-t-il. 

Je lui lance un regard noir et les mecs que sa plaisanterie avaient fait rire se calment directement. Je n'ai pas envie de plaisanter.

— Vous vous rappelez du pari ? je commence.

— Tu l'as enfin baisée ? me demande un gars de l'équipe et je me retiens de lui foutre mon poing dans la gueule.

Et dire qu'avant de la rencontrer j'étais comme lui, je ne pensais qu'à ma bite. Ma colère vient se perdre dans l'un des casiers à ma gauche. Je fais mine de rien mais ma main me lance douloureusement.

— Laissez-moi finir, putain !

Je les regarde tous et je sais que plus personne ne dira quoi que ce soit tant que je n'aurai pas terminé. Ils ne veulent pas réveiller le dragon qui sommeille en moi et ils ont bien raison.

— Je ne l'ai pas baisée, comme tu dis. On a fait quelque chose de beaucoup mieux...bref, je veux juste qu'elle n'apprenne jamais pour ce pari, c'est clair ? Ma question n'appelle pas de réponse, c'est plus comme une menace mais David, un des défenseurs, s'avance quand même vers moi. Qu'est ce qu'il veut lui ? Je sens que ce qu'il va me dire ne va pas me plaire.

— Je pense qu'elle mérite de le savoir ! me dit-il.

Il se prend pour qui ce mec ? En quoi il a besoin de s'immiscer dans la relation que j'ai avec Calliope. Peut-être qu'il l'aime ? J'avoue que c'est l'un des gars qui couche avec le moins de meufs. Je dois dire que je ne l'ai jamais vu parler d'aucune nana. Peut être qu'il est en couple et qu'il aime tellement sa copine qu'il ne souhaite pas parler de sa relation sexuelle avec nous ? Comme moi d'ailleurs. Jamais je ne raconterais à cette bande de pervers ce qu'on fait tous les deux avec Calliope, même pas à Mickey.

— Ce n'est pas à toi de décider ce qui est bon pour elle ou non, je réponds la mâchoire contractée.

J'essaie de ne pas montrer à quel point je suis énervé et à quel point je tiens à elle. Putain de fierté !

— Tu l'aimes ou quoi ? me demande Mickey en rigolant. Sûrement une blague pour détendre l'atmosphère, mais il ne sait pas à quel point il est proche de la vérité.

Bad choice, Bad boy Lisez cette histoire GRATUITEMENT !