Confidences

27.2K 2.2K 130


- vous êtes vous reposez demanda-t-il en la faisant asseoir sur l'un des fauteuils.

- oui et vous répondit-elle timidement

- je n'ai pas eu le temps de me reposer, j'ai eu beaucoup de choses à régler.

- oh, je vois dit-elle les mains moites 

- je voulais vous parler, car j'ai cru comprendre que vous aviez était adopter.

- oui, j'avais cinq ans, mais si votre question est où sont vos vrais parents, ils sont morts. sa voix était tremblante et ses yeux river sur la fenêtre.

- je suis désolé, je ne voulais pas vous faire de peine.

- non ne soyez pas désolé, je n'ai pratiquement pas de souvenir d'eux. Déclara belle 

Malgré les vagues souvenirs de ses parents, elle sentait des larmes envahir ses yeux.

Il s'approcha d'elle trop près même à son goût, il fallait qu'elle change de sujet vite.

- il y a autre chose que vous souhaitez me parler votre majesté articula-t-elle

S'arrêtant dans sa lancé le prince la regardait puis souriait légèrement.

- oui en effet, je vous ai commandé des vêtements, ils devront arriver demain matin.

- pourquoi ? Demanda-t-elle mal à l'aise

 - cela me semble évident belle murmura-t-il tout près d'elle, vous n'aviez pas suffisamment de vêtements pour séjourner ici sous cette chaleur.

- pourquoi répéta belle pourquoi vous êtes gentil avec moi ? 

Lui prenant la main d'un geste plein de tendresse, il embrassa sa paume, les lèvres chaudes du prince la fit frissonner.

- vous le serez bien assez tôt souffla-t-il

Ne comprenant pas le sens de sa phrase ni de ses mots employés en arabe belle le regardait dans les yeux son visage était tout proche du sien, elle pouvait sentir son souffle sur elle.

- arretez , je vous en prie murmura-t-elle

Il planta son regard dans le sien en fronçant les sourcils.

- arrêter quoi ? 

- d'être gentil avec moi, vous devriez l'être avec votre fiancée dit-elle les yeux plantés sur le tapis.

- regardez moi ordonna-t-il d'une voix graves

Obéissante, elle leva les yeux vers lui tremblante.

- Eleanore ne mérite pour l'instant rien de ma part si ce n'est du mépris et de la colère pour m'avoir menti et elle a beaucoup de chance d'avoir le statut de fiancée, car si ce n'était pas le cas, je l'aurai déjà jeté en prison siffla-t-il en s'éloignant d'elle.

- mais c'est votre future femme rétorqua belle

- rien n'est encore fait, c'est moi qui décide dit-il d'une voix autoritaire

N'osant plus rien dire belle le regardait il était de dos à la fenêtre les mains dans les poches.

- je veux des enfants belle.

- alors où est le problème demanda-t-elle

- le problème, c'est que je veux une mère qui sache aimer son enfant comme sa propre vie qui s'en occupe qui lui apporte tout son amour et quand je vois votre demi sœur, je ne la vois pas mère, mais je vois une petite fille gâter qui en a qu'après l'argent. Declara t-il la voix grave

LA ROSE DES SABLES TOME 1Lisez cette histoire GRATUITEMENT !